Cette deuxième journée a été celle des premières avec Robert Khathi et Steven Arnold récoltant leurs premiers lauriers sur notre turf, et Ricky Maingard et Rameshwar Gujadhur accueillant leurs premiers vainqueurs 2017. Le dernier nommé se signala dans l’épreuve principale avec Blow Me Away qui, après avoir fait l’effort pour surmonter son mauvais départ, résista au favori Charles Lytton. Il confirme par là même qu’il avait des aptitudes à ce niveau après sa performance encourageante sur un parcours un peu trop long pour ses réelles capacités dans la dernière Coupe d’Or.
Rameshwar Gujadhur a attendu la deuxième journée pour enregistrer sa première victoire 2017. C’est Blow Me Away, aligné avec une légère charge dans l’épreuve principale, The Noble Salute-Radio One 15th Anniversary Cup, qui a délivré les membres de cet établissement. Ces derniers ont toutefois eu des sueurs froides après le mauvais départ de leur favori. En effet, on s’attendait tous à voir Blow Me Away au sein du peloton de tête dès les premières encablures, mais l’alezan pointa à l’ouverture des stalles et se montra lent pour ne précéder que Chinese Gold au premier passage du but.
Contre toute attente, c’est Charles Lytton qui se retrouva aux avant-postes. Cependant, il imprima un train mou. Blow Me Away en profita pour se rapprocher dans la première courbe avant de se retrouver dans le dos de Reim, qui se porta sur l’arrière-main du meneur, lequel durcit l’allure dans la descente. Vu que sa monture tirait, Goomany prit l’initiative dans la ligne d’en face et il lui fila les rênes pour lui permettre de contourner Reim, avant de déborder le favori au 600m.
Sur le plan tactique, on aurait pu demander à Lerena de réclamer un effort à sa monture afin de ne pas céder facilement la corde à Blow Me Away. Toutefois, en jetant un coup d’oeil au chronomètre — Blow Me Away réalisa 10.60 entre le poteau des 600m et celui des 400m —, le jockey de Gilbert Rousset aurait sans doute hypothéqué ses chances en démarrant à cet instant de la course avec un handicap 60.5kg. Lerena attendit la ligne droite finale pour demander un effort à Charles Lytton. Sur ses meilleures performances 2016, on voyait le favori capable de refaire tout son retard sur le meneur, mais ce dernier, bien accompagné par Goomany, parvint à tenir jusqu’au bout. Le malheureux de la course se nomme Chinese Gold, qui n’obtint pas le passage sur les derniers 100m. Avec son poids plume, il aurait facilement pu se glisser dans les bonnes combinaisons à défaut de victoire.
On prévoyait une lutte pour le commandement dans la course d’ouverture, vu la présence de trois potentiels meneurs, qui aurait servi les desseins des finisseurs. Tel ne fut pas le cas. Si Robert Khathi sollicita Seven Carat afin de profiter de sa première ligne, en revanche, Shield Of Thunder, qui avait hérité du deuxième couloir, ne fut pas mis sous pression par Vinay Naiko, qui avait visiblement opté pour la course d’attente. Il ne put toutefois s’installer dans le dos du meneur du fait que Jeanot Bardottier demanda un effort à Tornado Man, afin de conserver l’avantage de la corde.
Les commissaires ont interrogé Raj Ramdin et Vinay Naiko à propos de cette course. L’entraîneur a expliqué que son cheval a « tendance à se montrer ardent » lorsqu’il est sollicité sur la partie initiale, d’où ses instructions d’essayer de mener sans lui demander un gros effort ou de se placer dans le dos de Seven Carat. Naiko a, lui, déclaré que lorsqu’il tenta de se rapprocher après les 500m, le meneur versa à l’extérieur et que, par la suite, son cheval perdit son mors et n’accéléra pas. Après avoir écouté ces explications, les commissaires ont décidé de ne pas aller de l’avant dans leur enquête.
Shield Of Thunder se montra ardent, mais il fut retenu par Naiko qui ne lui fila les rênes qu’à environ 600 mètres de l’arrivée. Corker Stalker était à l’extérieur de Studiolo qui précédait Commodus. Ce dernier fut contraint d’aborder la dernière courbe en épaisseur, car il eut à contourner la doublure de Rameshwar Gujadhur. En tête, Seven Carat quitta les barres peu après la route pour aborder la dernière courbe en épaisseur. Tornado Man s’était déjà rapproché à l’intérieur de Shield Of Thunder, qui n’avançait plus. Seven Carat abusa de la largeur de la piste et Khathi utilisa la cravache de la main gauche. Dans les derniers 100m, le coursier de Shirish Narang versa à l’intérieur — Khathi fut rappelé de son devoir de redresser sa monture à l’avenir —, mais il maintint le rythme pour repousser le retour tardif de Studiolo avec assurance.
Jiggery Pokery bis repetita
Robert Khathi réalisa le doublé grâce à Jiggery Pokery, une monte victorieuse qu’il avait été contraint de céder à Swapneal Rama une semaine plus tôt suite à sa chute sur Mountain Master. Shirish Narang profita de sa bonne forme du moment pour l’aligner pour la deuxième journée consécutive. Il se retrouvait toutefois dans une classe supérieure et avait à nouveau contre lui sa ligne extérieure à surmonter. Khathi démontra sa science du pas en surmontant ce handicap de façon graduelle pour s’emparer de la position tête et corde après deux furlongs devant Harryhopeithappens. Le plus difficile était fait pour Jiggery Pokery qui imprima une allure régulière.
Ready For Take Off était troisième à l’intérieur de Rock Hard, tandis que le favori Aspara évoluait à l’extérieur en cinquième position. Vinrent ensuite Shreya’s Star, en épaisseur, Prince Lateral, Supreme Power, Jullidar et Fleetfox. Tout comme la semaine dernière, Jiggery Pokery creusa l’écart dans la dernière courbe. Harryhopeithappens se rapprocha à l’entrée de la ligne droite. Il ne fut cependant pas en mesure de prolonger son effort jusqu’au bout. Aspara était lancé au milieu de la piste, mais il ne se montra pas aussi percutant que prévu. En revanche, Prince Lateral, qui était à sa première sortie pour le compte de Rameshwar Gujadhur, se rapprocha vivement à son extérieur. Malgré tout, contraint d’attendre les derniers 250m pour se rapprocher, il eut trop de terrain à refaire sur Jiggery Pokery. Jullidar fut crédité d’une bonne fin de course dans cette valeur et il mérite d’être sérieusement considéré la prochaine fois.
The Radio One Trail 2017 Cup livra une belle arrivée avec quatre chevaux pouvant encore prétendre à la victoire à mi-ligne droite. Le dernier mot revint à Phiri E Kwatile, qui permit à Rye Joorawon et Ricky Maingard d’ouvrir leur compteur 2017. De sa première ligne, on voyait Maestro’s Salute logiquement se porter aux avant-postes. Ryan Wiggins ne montra pas la même détermination que sur Le Clos, ce qui permit à Burg de se placer devant lui après une centaine de mètres seulement. Du coup, Brandon Lerena put prendre les choses en main sans difficulté devant Emaar.
S’il n’offrit aucune résistance à Burg sur la partie initiale, Maestro’s Salute fut déboité peu après pour se placer sur le flanc gauche du gris de Jean Michel Henry, avant de se rapprocher à l’extérieur d’Emaar. Phiri E Kwatile améliora sa position sur le flanc de Burg, qui dut être repris à l’extérieur dans la descente afin d’éviter les talons d’Emaar. Ce dernier avait lui-même été repris, vu que No Resistance avait ralenti. Beach In A Bottle précéda Roman Silvanus qui se rapprocha également au bas de la descente. Jeanot Bardottier prit la décision de partir à 350 mètres du but vu que No Resistance n’accélérait pas. Manoeuvre qui donne la chance à Burg de se rapprocher à la corde et de bénéficier du chemin le plus court, contrairement à Emaar. Le gris de Jean-Michel Henry ne put cependant prolonger son effort jusqu’au bout, confirmant qu’il était limité sur la distance hier. Quatre chevaux étaient pratiquement sur la même ligne à 100m du but, jusqu’à ce que Phiri E Kwatile se montra le plus percutant pour mettre tout le monde d’accord.
Joorawon réalisa le doublé sur Elite Class, qui était le favori de la cinquième épreuve disputée sur 1400m. À l’occasion, ce fils de Mogok montait encore de classe et visait une neuvième victoire en douze sorties. Sachant que The Tripster représentait un de ses principaux adversaires, Joorawon tira profit de sa meilleure ligne pour faire courir le cheval de Simon Jones dans le premier virage. The Tripster partit sur de bonnes bases avant de souffler dans la descente. Malgré le manque de rythme dans cette partie de la course, Elite Class n’en fit pas trop comme à son habitude en pareille circonstance. On savait alors que la tâche de ses adversaires ne serait pas facile. En effet, dès qu’il eut accroché le meneur à l’entrée de la ligne droite, la messe était dite. Elite Class s’imposa par plus de 3L devant Split The Breeze, auteur d’une fin de course honorable.
Bénéfice du doute à Wiggins
Pari réussi pour Gilbert Rousset en alignant Gharbee sur un 1365m, parcours qui paraissait un peu court pour ses réelles aptitudes, lui qui avait gagné de 1500m à 1850m sur notre turf. Brandon Lerena avait sans doute bien fait son homework puisqu’il se montra très calme à l’ouverture des boîtes pour permettre à sa monture, qui s’était montrée ardente en plusieurs occasions, de se détendre. Il faut reconnaître qu’il fut avantagé par le train de la course avec la lutte à l’avant.
Si Fort Ozark contourna facilement Mr Bond, qui lui-même avait débordé Max Rapax, le nouvel élève de Shyam Hurchund fut mis sous pression en début de descente par Le Clos. Ce dernier sollicité jusqu’aux abords du Tombeau Malartic afin de tenter de surmonter le handicap de sa ligne extérieure. Il fut toutefois contraint d’aborder cette courbe en quatrième épaisseur, vu que Valerin essayait également de bien se positionner à son intérieur.
Une enquête fut ouverte sur le handling de Le Clos. Vincent Allet expliqua que les instructions étaient de « diriger les opérations », car ce cheval était réputé pour être un frontrunner en Afrique du Sud et qu’il avait montré du pas lors de son barrier trial. Wiggins dira qu’il a « monté selon les instructions » et qu’il insista du fait qu’au 1250m, il voyait que Valerin était retenu à son intérieur. L’Australien plaida non-coupable sous la règle 160 A (i), à savoir : « for failing to ride Le Clos to the satisfaction of the Stewards, the particulars being that after vigorously urging his mount forward from the start until approaching the 1250 metres, when it was obvious that his mount could not secure the lead as instructed and there was an opportunity for him to stay behind Valerin and secure a position closer to the fence, he failed to do so and instead kept urging his mount uphill in a 4-wide position without cover until the 900 metres, this being counter-productive to its chances. » Malgré les faits établis, les commissaires accordèrent le bénéfice du doute à Wiggins.
Pour en revenir au déroulement de la course, Bono Vox faisait l’extérieur devant Jambamman, Max Rapax et Gharbee respectivement. En jetant un coup d’oeil au chronomètre à mi-course, on pouvait déjà prédire que la victoire allait revenir à un finisseur. Et lorsque Gharbee commença sa progression à 600 mètres de l’arrivée, le vainqueur était déjà tout désigné. Cédric Ségeon se montra plus patient sur Jambamman, mais il dut être repris en plusieurs occasions et fut pris de vitesse par le futur gagnant. L’alezan de Gilbert Rousset contourna le peloton avec une facilité déconcertante avant d’attaquer Fort Ozark à l’entrée de la ligne droite. Mr Bond se mêla également à la lutte finale. Le nouveau de Rameshwar Gujadhur fit illusion, mais, sous la conduite de Lerena, Gharbee contra son attaque jusqu’au bout. C’est Jambamman qui termina le plus fort, le but arrivant cependant trop tôt pour lui.
Nishal Teeha inscrivit également son nom au tableau des vainqueurs grâce à Canadian Dollar pour mettre fin à 16 mois de disette. En effet, la dernière victoire de ce jockey mauricien remontait à la 33e journée de 2015, lorsqu’il réalisa le doublé sur Don’t Tel Mama et Always Flirting. Le favori de la course d’hier n’était autre que The Deacon, l’autre partant de Gilbert Rousset, confié à Brandon Lerena. Il n’empêche que ce coursier courut nettement en dessous des prévisions en complétant le quarté. Il se fit coiffer sur le tard par Schachar, qui joua de malchance. En effet, il fut enfermé avec la présence de The Deacon à son extérieur et ne put se dégager lorsqu’il le souhaitait, soit peu après le passage de la route. Et lorsqu’il put déboiter sa monture, Kersley Ramsamy se retrouva dans le dos d’Elusive Love qui n’avançait plus. Il dut reprendre Schachar à l’extérieur, mais là encore The Deacon lui coupa la route après qu’il eut, selon le rapport des commissaires, pris peur par Canadian Dollar, qui versa à l’intérieur après avoir passé en revue le peloton. Aucune sanction ne fut prise suite à cet incident. Avec du recul, on trouve qu’il aurait été plus judicieux pour Ramsamy d’attendre l’ouverture à l’intérieur, là où Antwerp put s’infiltrer. Il n’était cependant pas un fait établi qu’il aurait bénéficié du passage à l’intérieur d’Impressed. Antwerp se montra le plus dangereux, mais bien que versant à l’intérieur, Canadian Dollar avait assez de gaz pour contrer son attaque.
Without A Doubt émule Cape Horn
La logique a été respectée dans l’épreuve de clôture, considérée comme la petite Duchesse puisqu’elle était réservée aux nouveaux chevaux au bas de l’échelle, avec la convaincante victoire de Without A Doubt. Il émula ainsi Cape Horn, victorieux une semaine plus tôt. Sur leur valeur sud-africaine, le représentant de Ramapatee Gujadhur était déclassé, car, après sa participation dans un Groupe, il avait un Merit Rating de 88. Lequel avait été converti en un Rating local de 21, vu qu’il avait été acquis à deux ans et qu’il n’avait pas encore gagné. À titre de comparaison, Logan est arrivé à Maurice avec un Merit Rating de 73, mais il portait 2.5kg de plus que Without A Doubt. Le seul point d’interrogation concernait son comportement en course. Malgré tout, ce hongre bai fit montre de maturité et s’exécuta sans puiser dans ses réserves aux ordres de Steven Arnold, qui en profita pour ouvrir son compteur mauricien. Le jockey Australien commit toutefois une faute au 1200m, où il gêna Logan en se rabattant à la corde. Les commissaires enquêteront sur cet incident mardi prochain.