Après avoir passé 16 heures d’affilée au QG du Central CID, dont la majeure partie consacrée à la rédaction de sa défense face aux accusations de la ministre Sheila Bappoo, le leader du MSM, Pravind Jugnauth, a pu quitter les Casernes centrales sur le coup de 3 heures ce matin. À ce stade, aucune charge n’a été retenue contre lui par les limiers du Central CID sous la supervision de l’assistant commissaire de police, l’ACP Pregassen Vudamalay. Mais le Legal Panel mené par Me Roshi Bhadain a dû se battre dur entre 1 h et 2 h 30 ce matin pour éviter que des inculpations provisoires ne soient retenues contre Pravind Jugnauth.
Aux petites heures du matin, les hommes de loi du leader du MSM ont soutenu avec force qu’il était important pour les enquêteurs de la police d’étudier tous les détails de la déposition, écrite de la main propre du principal concerné, plutôt que de prendre des décisions à la hâte. « Nous avons passé presque 15 heures à faire état de tous les détails des explications recherchées dans cette affaire de “gouvernman pédofil”. Maintenant, sans aucune lecture approfondie de cette déposition, la police se croit autorisée à décider d’une inculpation provisoire. Ce n’est pas normal et nous ne nous sommes pas laissés faire en objectant formellement à toute inculpation », a déclaré à lemauricien.com un des membres du panel des avocats.
« C’est une victoire. La police n’a pu trouver aucune charge contre moi. Mo pe défanne bann valer moral. Nou bizin protez bann madam, bann tifi, bann mineures. Ko éna cover-up li mo devwar dénonsé », a déclaré en substance Pravind Jugnauth à la presse peu après 3 h ce matin en quittant les locaux du Central CID. Il s’est appesanti sur le fait qu’il a fourni à la police « beaucoup d’éléments et de preuves » et qu’il s’attend à voir la police agir de manière indépendante et objective.
Voir les détails de la longue journée de Pravind Jugnauth aux Casernes centrales dans l’édition de cet après-midi du Mauricien.