Un air authenticité et une vibration roots rempliront l’amphithéâtre de Pointe Canon, Mahébourg, le 30 juin. Des artistes de la région du sud y donneront un concert qui s’annonce exceptionnel, à partir de 20h, dans le cadre d’un projet baptisé One Love, One Continent. L’événement a été imaginé par Zulu, qui sera entouré du Sunshine Gang de Sup Saman & Ludmila, Denis Fricot, Fusional Mind, Dagger Killa et Etae.
La marée s’est retirée, et ceux qui connaissent ce petit bout de paradis peuvent se délasser en toute quiétude. La brise de mer commence à rafraîchir l’air gorgé du soleil de l’après-midi, qui disparaîtra bientôt derrière l’un des pics de la chaîne de montagnes surplombant le village. Assis sur des bancs en béton d’un autre âge, des hommes observent la mer, momentanément dérangée par la pirogue de trois pêcheurs qui ont pris leur filet pour une dernière virée.
Sous le dôme naturel tissé de branches et de feuilles de badamiers et de banians, le temps s’est arrêté, retenu par ces lianes qui pendent et qui dandinent au gré du vent. Trois guitares, un trombone, un djembé, une caisse : la mélodie rythme le paysage de la Pointe des Régates. Denis Fricot avait rendez-vous; Ton Rolo est passé dire bonjour; Zulu et ses complices du Sunshine Gang ont choisi ce détour comme cadre d’évasion avant la reprise des répétitions.
La discussion ne pouvait qu’être musicale. Commencée dans l’épave d’une pirogue, elle s’est poursuivie entre deux arbres, avant de se terminer par une jam, animée de la poésie de Denis Fricot au bord de l’eau, sous l’oeil vigilant de sa majesté la Montagne Lion.
En face, de l’autre côté de la baie, l’amphithéâtre de Pointe Canon. À la fin de ce mois, la même équipe sera rejointe par d’autres musiciens et chanteurs qui habitent également cette partie du pays ou qui y sont associés. Parmi les autres points communs qui les rassemblent : un même état d’esprit musical les ramenant vers un son roots inspiré de blues, black, ragga, funk, jazz et d’autres résonances d’ici et de continents d’ailleurs.
One.
One Love, One Continent. Le concert du 30 juin à Pointe Canon soufflera comme un vent frais sur un paysage parfois trop saturé et qui espère un renouvellement. Cette fois, l’assaut viendra du sud, la rencontre musicale rêvant d’une dimension nationale. Le repaire du griot Fanfan, où les Zenfans Dodo ont bougé les consciences et d’où s’est fait entendre Blackmen Bluz, révélera d’autres trésors. Une richesse culturelle, héritée de l’ouverture d’esprit d’artistes non conformistes, qui ont choisi d’innover en naviguant sur des airs jusqu’ici inexplorés.
L’idée de ce concert est née dans le sillage de la création de Sunshine par Zulu. Comme il l’a récemment souligné dans Scope, parallèlement à Blackmen Bluz, l’artiste de Mahébourg voulait d’une plate-forme pour aider d’autres talents de la région à émerger. L’auteur de Gabriella et de Tir Bouson a travaillé de nouvelles créations pour cette expérience, qui, dès ses balbutiements à Baz’Art, avait déjà trouvé des émules grâce à son groove. “Je n’ai voulu ressembler à personne. Nous avons choisi de revenir vers la base, vers le roots, alors qu’il y a en ce moment une tendance qui pousse la musique locale vers un style salon.” Un album en chantier, Zulu a choisi de faire grand en s’imaginant avec cette formation dans l’amphithéâtre. Une expérience qu’il se devait de partager avec les autres, “dans un esprit d’unité et de partage pour rassembler d’autres artistes sur la même plate-forme”.
Oser.
Denis Fricot y sera, avec quelques-uns des titres qui ont construit la réputation de ce poète de Rivière des Anguilles, dont la mélodie romantique et mélancolique s’adresse aux mélomanes avertis. Quelques retouches ont été apportées à ses compositions pour rester dans l’esprit du concert : “Je fais un retour au bercail avec un son enrichi.” Denis Fricot s’accorde à la philosophie de Zulu : “Il faut avant tout pouvoir oser pour avancer. Même si nous faisons des erreurs, cela nous permet de découvrir des couleurs et des tendances différentes.”
Oser. C’est ce que fera également Pascal Ferdinand lorsqu’il sera sur la scène à Pointe Canon, le 30 juin. Deux guitares, un percussionniste : Dagger Killa revient avec du ragga en acoustique, “avec ma guitare, comme il me plaît de le faire dan kwin lari et sur la plage”. Pas de répertoire prédéterminé, prévient-il, mais une vraie envie de plaire et de faire de l’instant un moment de partage avec le public. “Comme pour les sound systems, nous déciderons des morceaux que nous interpréterons en fonction du public et du feeling qui se dégagera du concert.”
Ce n’est pas seulement parce qu’il a été séduit par le punch du Sunshine Gang que Dagger s’est associé à ce projet. C’est aussi pour lui l’occasion de faire la traversée du nord pour revenir vers cette partie de l’île qui l’a inspiré pour son maxi 4. Antisipe a été imaginé à Chemin Grenier, lorsqu’il s’y était exilé pour travailler.
Fusion.
Il y aura aussi Fusional Mind. Une musique mélangée, souligne Steeve Laridon, un de ses quatre membres, qui permettra au public de voyager à travers les sonorités. Un style inventé à partir de différents courants et selon un principe roots, poursuit-il. Venant de Souillac, de La Gaulette, entre autres, les musiciens préparent la rencontre avec sérieux avant la sortie de leur album.
En ce qui concerne Etae, ce sera l’autre grande rencontre avec le public après le concert donné à l’IFM. Toujours dans le cadre du lancement de Parfin ou Loder, la bande à Stéphan Gua proposera son authenticité à ceux qui feront le trajet jusqu’à Pointe Canon. Dix titres dans son escarcelle : Etae saura aussi s’adapter à la demande de son auditoire.
Ton Rolo accompagnera de son côté Ludmila, chanteuse qui se passe aujourd’hui de présentation après avoir attiré l’attention par l’intensité de sa voix et la sincérité de son intonation.
Pour Zulu, One Love, One Continent peut être le préambule à un projet artistique encore plus ambitieux, qui aidera au développement de la région si les soutiens nécessaires sont reçus. Pour l’instant, l’homme prévoit un “concert familial destiné à l’ensemble du pays”, et visant à réunir les artistes en des temps où les relations entre certains sont parfois trop tendues. Il replace la création musicale au centre et refait de la musique un plaisir qui se savoure le mieux dans le cadre du partage.
One Love, One Continent, à l’amphithéâtre de Pointe Canon, débutera à 20h le 30 juin.