Un maçon, habitant la rue La Croix, à Curepipe, s’est mis dans de beaux draps en ayant violé une condition attachée à sa remise en liberté sous caution. Il avait été poursuivi en Cour intermédiaire pour vol en bande organisée. Il répondait de neuf chefs d’accusation. La cour lui avait toutefois accordé la liberté sous caution, en septembre 2014. Il avait eu à s’acquitter d’une somme de Rs 30 000 pour recouvrer la liberté.

Dans les conditions imposées, il s’était engagé à faire preuve de bonne conduite pour une période de trois ans. S’il ne respectait pas cette règle, il aurait à purger 30 mois de prison.

Chose faite, vu qu’il a eu des démêlés avec la justice à de nombreuses reprises depuis sa remise en liberté conditionnelle. Entre février 2015 et janvier 2017, il a reçu cinq condamnations et en mai 2016, il a écopé d’une amende de Rs 3 000 pour possession d’héroïne et de seringues.

En Cour intermédiaire, il a ainsi été reconnu coupable de n’avoir pas respecté une des conditions imposées pour sa remise en liberté sous caution. Pour n’avoir pas fait preuve de bonne conduite pendant ces trois ans, en ayant accumulé de nombreux délits, le maçon a ainsi écopé de 30 mois de prison. Le verdict a été prononcé par la magistrate Adeela Hamuth.