Ce trentième acte a été riche en émotions. D’abord, pour Serge Henry qui y inscrivait sa 656e victoire en tant qu’entraîneur par l’entremise de Tigger. Il détrône ainsi son frère Philippe comme l’entraîneur le plus prolifique au Champ de Mars. Journée mémorable également pour Alain Perdrau qui, après un début de saison difficile, s’est offert un précieux triplé signé Maverick, Icy Jet et Barney Barnato. L’écurie Foo Kune s’est, elle offert un doublé avec Diamond Light sur tapis vert et Always Flirting. La moisson aurait même pu être meilleure, mais Man Of His Word fut déclassé au profit du nouveau Maigrot Top Of The Chocs après qu’il eut été trouvé coupable d’interférence. Ce doublé permet à Foo Kune de passer deuxième devant Merven et de se rapprocher de Rousset vainqueur de l’épreuve principale avec Intercontinental qui s’est assuré au moins d’un titre cette saison : celui de stayer de l’année.
Triplé de Perdrau
Serge Henry améliore le record de son frère Philippe
Après le Supertote Golden Trophy et la Maiden Cup, Intercontinental s’est offert une troisième victoire de groupe consécutive, épinglant cette fois The MTC 175th Anniversary Cup disputée sur 1850m. Bien que deuxième dans la plus prestigieuse épreuve de notre calendrier, Vettel était le favori des parieurs, tandis qu’avec son lourd handicap de 61kg, le pensionnaire de l’écurie Rousset était délaissé au niveau des paris. Intercontinental donna tort une fois de plus à ceux qui ne croyaient pas en ses chances pour se signaler à l’issue d’une sage course d’attente signée Johnny Geroudis. Cette victoire lui permet de s’assurer du titre de champion des stayers et de prendre une bonne option pour le titre de cheval de l’année. Elle permet également à son établissement de conserver sa place au haut du tableau avec Rs 10 052 400
On pensait qu’il y aurait eu lutte pour le commandement, mais Esteco de sa première ligne et avec son léger handicap s’installa tranquillement en tête. Vettel fut quelque peu retenu pour se retrouver sur son arrière-main avec Code Rock à son intérieur. Dans la première courbe, les deux chevaux de tête se montrèrent ardents vu que la doublure de l’écurie Foo Kune imprimait un train relativement lent. Intercontinental, en revanche, courut bien dans son pas en one off devant Prince Of Troy, Bastille Day et From My Heart qui évoluaient en file indienne. Esteco durcit considérablement le rythme au Tombeau Marlartic, contrant une éventuelle attaque prématurée de Vettel ou d’un autre adversaire. Cette accélération  fit l’affaire d’Intercontinental qui avait bénéficié pratiquement des mêmes circonstances dans le Maiden. Prince Of Troy déboîta à la route pour se rapprocher sur l’arrière-main de Seattle Ice. Esteco en remit une couche à 350 mètres de l’arrivée pour creuser l’écart et aborder la ligne droite finale avec des ambitions légitimes. L’euphorie de Sooful fut de courte durée, car sa monture plafonna à mi-ligne droite où il fut accroché par Seattle Ice à la corde et Intercontinental au milieu de la piste. Prince Of Troy qui avait longtemps patienté dans le dos du futur gagnant se mêla également à la lutte, se rapprochant à l’extérieur du vainqueur du dernier Maiden. Toujours dernier à l’entrée de la ligne droite, Bastille Day dut slalomer entre Vettel, qui s’effaça et sur lequel Victoire posa les rênes à mi-ligne droite, et Code Rock afin de pouvoir continuer sa progression. Comme cela a souvent été le cas ces derniers temps, le but est arrivé trop tôt pour lui. La victoire se joua entre Seattle Ice et Intercontinental montés à fond par leurs jockeys respectifs. Le dernier mot revint à Geroudis qui s’associait victorieusement pour la dixième fois à Intercontinental qui enregistrait, lui, son onzième succès sur notre turf. Les 1850m furent couverts en 1.52.37.
Il avait rejoint son frère Philippe lors de la vingt-septième journée en tant qu’entraîneur ayant remporté le plus de victoires au Champ de Mars après la réussite de Beautiful Bhutan. Après deux journées sans, Serge Henry a remis son compteur en marche pour devenir le plus prolifique du turf et avec la marque de 656 réussites. Ceci, grâce à Tigger bien piloté Rakesh Bhaugeerothee qui surclassa ses adversaires dans l’épreuve d’ouverture, réservée aux chevaux qui ont couru en 2012 et 2013 sur notre turf sans avoir gagné. Appeal Board misa sur son bon pas initial et sa ligne intérieure pour s’emparer du commandement devant les deux représentants de l’écurie Foo Kune. Don’t Tell Mama se rapprocha dans la descente afin de ne pas demeurer en troisième épaisseur, mais bien qu’ayant mis le nez devant, il fut condamné à l’extérieur par Appeal Board. King Fahiem suivait tranquillement en cinquième position à l’intérieur de Young Royal devant Tigger, Pilot, Cirac et Pride Of Prussia respectivement. Le dernier nommé passa à l’attaque à la rue du Gouvernement et contourna le peloton pour accrocher les meneurs dans la dernière courbe. King Fahiem avait déjà déboîté et il fut lancé à l’extérieur de son compagnon d’écurie. Tigger en profita pour se rapprocher à la corde et Rakesh Bhagheerothee attendit la fin des false rails pour accompagner sa monture. King Fahiem et Pride Of Prussia firent impression, mais lorsque Tigger trouva son rythme, il transperça le peloton pour gagner dans un fauteuil.
Deux victoires sur tapis vert
Les commissaires des courses ouvrirent de facto une enquête suite à un incident intervenu dans l’emballage final de la deuxième épreuve avant que Nooresh Juglall qui pilotait Top Of The Chocs ne loge un objection pour interférence alléguée contre le gagnant Man Of His Word. Quelques minutes après, Serge Henry logea une objection contre les deux premiers pour interférence alléguée à l’entrée de la ligne droite finale. Il fut établi durant l’enquête que Man Of His Word commença à pencher sur sa droite à 200 mètres de l’arrivée, gênant sur plusieurs foulées la nouvelle unité de l’écurie Maigrot qui s’était déjà engagée à son intérieur. Si Top Of The Chocs ne fut pas en mesure d’inquiéter le gagnant, on pouvait constater qu’il refit du terrain sur Rainbow Man qui le précédait au moment ou intervint l’incident. Se basant, entre autres, sur cet élément, Man Of His Word fut rétrogradé de la première à la deuxième place. Imperial City fut églement incommodé durant cet incident, d’où la réclamation de Serge Henry. Cependant, celle-ci ne fut pas retenue. Robbie Burke plaida coupable de monte négligente et écopa d’une suspension d’une semaine. S’agissant du déroulement de la course, Man Of His Words se propulsa vite en tête devant Top Of The Chocs qui condamna Mighty Mars et Rainbow Man à faire les extérieurs dans la descente. Imperial Palace était cinquième, tandis que Princely Reason qui retrouvait la compétition après quatre mois, et Strike Master, lent au départ pour ses débuts, furent vite pris de vitesse. Juglall attendit la fin des false rails pour lancer Top Of The Chocs à la corde. Malheureusement pour lui, il ne put s’étendre comme il se doit sur plusieurs foulées, car Man Of His Word pencha sur sa droite, refermant ainsi le passage. Lorsqu’il se rééquilibra, il était déjà trop tard pour le nouvel élément de l’écurie Maigrot qui reprit toutefois Rainbow Man.
La huitième épreuve fut également marquée par des incidents dans l’ultime ligne droite où les rôles furent inversés, car cette fois c’est le cheval de l’écurie Foo Kune qui fut la victime. La sirène retentit une fois pour annoncer une enquête d’office des Racing Stewards avant que Robbie Burke ne loge une objection contre le gagnant Acuppa pour interférence alléguée. Lors de l’enquête, il fut établi que Diamond Light fut incommodé une première fois par Acuppa peu après le poteau des 200m. Le cheval de l’écurie Gujadhur continuant de verser à l’intérieur, Robbie Burke fut contraint de reprendre sa monture à l’extérieur. Compte tenu des cirsonctances et de la petite marge séparant les deux chevaux, Acuppa fut déclassé au profit de Diamond Light. On s’attendait de voir Druid’s Moon ou Solar Symbol aux commandes, mais Governor General surprit tout le monde pour conserver l’avantage à la corde de sa première ligne. Vu qu’il partit sur de bonnes bases, Druid’s Moon ne put vraiment l’inquiéter et demeura sur son arrière-main. Solar Symbol fut repris pour se positionner sur le flanc gauche de Solar Captain. Vinrent ensuite Silver Dice, Why Worry, Acuppa et Diamond Light respectivement. Geroudis laissa souffler sa monture dans la descente avant de repartir à 600 mètres de l’arrivée. Bhaugeerothee attendit le poteau des 300m pour solliciter franchement Acuppa. Ce dernier se rapprocha vivement dans la courbe pour accrocher  son compagnon d’écurie avant de se lancer à la poursuite du meneur. Dans son action, Acuppa versa à l’intérieur, forçant Diamond Light qui tentait de s’infiltrer à son intérieur, d’être repris à son extérieur. Lorsqu’il put bien s’exprimer, le coursier de l’écurie Foo Kune termina en force, mais le but arriva trop tôt pour lui. Cependant, vu que la culpabilité d’Acuppa fut établie durant l’enquête, Diamond Light fut déclaré vainqueur sur tapis vert.
Doublé de Burke
L’écurie Foo Kune réalisa son doublé de la journée grâce à Always Flirting qui demeurait sur une série de trois accessits après sa victoire enregistrée lors de la 12e journée. Cette victoire se joua au départ, car en surmontant le handicap de sa ligne extérieure pour se placer en tête devant Catch The Gers le plus difficile était fait pour Robbie Burke. Ce dernier dosa les efforts de sa monture comme il se doit et lorsqu’il lui demanda un nouvel effort dans la ligne d’arrivée, il repartit de plus belle pour s’imposer avec autorité. Starspangledbanner suivit longtemps à l’extérieur du meneur, mais il s’effaça dans la ligne d’arrivée. Catch The Gers se battit courageusement, mais il ne put contrer le finish du vainqueur. Polar Royale dont on attendait de gros progrès avec les oeillères ne se montra pas assez percutant dans la ligne d’arrivée et se contenta de la troisième marche du podium. On pouvait voir qu’il sauta au passage de la route et qu’il fut débalancé sur quelques foulées. Les représentants de l’écurie Maigrot qui demeuraient sur de bonnes tentatives se contentèrent des quatrième et cinquième places. Saziwayo se cabra au départ et perdit pas mal de terrain. Lancé en épaisseur à 400 mètres de l’arrivée, il ne se montra pas assez percutant pour influencer les résultats.
La belle série continue pour Corne Orffer sous les couleurs de l’écurie R. Gujadhur. Hier, le Sud-Africain s’est signalé sur Fort Stride qui en profitait pour inscrire sa deuxième victoire consécutive. Mc Naught se montra le plus prompt à l’ouverture des stalles, mais ce n’est qu’après le premier passage du but qu’il parvint à trouver la corde vu que Rulerofmyheart fut sollicité pour se maintenir à l’extérieur de Point Of Policy. Obama, qui avait pris un bon départ, fut retenu pour se placer en quatrième position devant Black Gambit, Fort Stride, Leo’s Rush, Pattaya Beach et Fidelis respectivement. Rama laissa souffler Mc Naught dans la descente avant de durcir l’allure à 600 mètres de l’arrivée. Orffer attendit la dernière courbe pour solliciter sa monture. Point Of Policy et Rulerofmyheart ne tardèrent pas à remonter le meneur. Fort Stride se mêla vite à la lutte et prit l’avantage à mi-ligne droite. Longtemps dernier, Fidelis mit la tête à l’ouvrage dans la ligne d’arrivée. Il se rapprocha vivement sur le tard, mais le but arriva trop tôt pour lui.
Maverick (Rs 2500) cause la surprise
En l’absence d’Iwannadance qui fonça sous sa stalle et qui aurait pu se mêler à la lutte pour le commandement, Maverick n’eut aucune peine à s’installer en tête. Il le fit dans un canter sans être pressé par ses adversaires qui se bousculaient tellement ils étaient retenus dans le premier tournant. A la fin des false rails, Go West gêna Double Dash lorsqu’il se rabattit à la corde. Cédric Ségeon fut débalancé et perdit l’usage d’un de ses étriers. Pour cette faute, Nishal Teeha fut sanctionné sous le règlement 160 A (e) d’une suspension d’une journée. Nullement inquiété, Maverick imprima un train modéré devant Go West, Direct Approach, Double Dash et Teamog. Kumba-Ya améliora graduellement sa position et fut suivit par Baron Blixen. Friday Lunch Club ne précéda longtemps que Salvador Dali. A 700 mètres de l’arrivée, Teamog fut repris lorsqu’il se retrouva dans les talons de Double Dash et la selle de son cavalier se déplaça. Ce dernier stoppa ainsi sa monture qui ne termina pas la course. Lorsque le meneur lança le sprint au poteau des 600m, il était évident que les finisseurs n’auraient pas la partie facile. En tête, Maverick maintenait le cap et, sous la conduite de Bussunt, il creusa l’écart avant de gagner arrêté.
L’écurie Perdrau réalisa le doublé avec Icy Jet qui était confié à Rye Joorawon avec lequel il s’était déjà imposé lors de la 22e journée. La difficulté avec ce cheval était de le maintenir dans sa trajectoire dans l’ultime ligne droite car il avait cette fâcheuse habitude de pencher exagérément sur sa droite. Bien qu’aligné dans une valeur supérieure par rapport à sa dernière course, Icy Jet surclassa le lot à l’issue d’un pillar to post. De sa deuxième ligne, le pensionnaire de l’établissement Perdrau se plaça facilement en tête. Beach Club qui faisait des siennes dans les stalles et sur lequel Corne Orffer criait encore au moment où les stalles s’ouvraient, se montra moins rapide que prévu et il fut contraint de se rapprocher en épaisseur dans la courbe avec la présence à son intérieur de Kruger Rand qui était à l’extérieur de Strike Again. Shahruhk était cinquième sur le flanc gauche de Joe’s Legacy et ce n’est qu’au bas de la descente qu’il parvint à trouver la corde. Cult Status et Polar Falcon fermaient la marche. Après avoir bien retenu sa monture dans le tournant, Joorawon lui fila les rênes dans la descente, durcissant considérablement l’allure. Icy Jet aborda la ligne droite avec de solides prétentions. Strike Again qui se trouvait à une distance respectable donna l’impression de pouvoir refaire son retard sur le meneur, mais bien accompagné par Joorawon, le brillant élève d’Alain Perdrau pencha moins que d’habitude et maintint le rythme pour s’imposer facilement. A l’issue de la course, Ricky Maingard rapporta Jeannot Bardottier pour ne pas avoir monté selon ses instructions. L’entraîneur était surtout mécontent que Bardottier ait décidé de quitter la corde à 400 mètres de l’arrivée alors que les instructions étaient de garder les barres avant de commencer son effort à l’entrée de la ligne droite. Cependant après avoir écouté les explications du jockey mauricien ainsi que celles de Ricky Maingard, les commissaires des courses ont décidé de ne pas aller de l’avant avec l’enquête.
C’était la journée d’Alain Perdrau puisqu’il accueillit son troisième gagnant de la journée avec Barney Barnato qui avait déjà laissé entrevoir des qualités dans le passé. S’il avait manqué de punch après avoir suivi dans le sillage du meneur à sa dernière tentative, ce fils de Dynasty se montra plus percutant cette fois bien qu’ayant évolué en one off dans le dos du favori pour mettre tout le monde d’accord. Monsieur Dane n’eut aucune peine à prendre le train à son compte devant Wind Power qui condamna Rear Admiral à son extérieur. Barney Barnato était quatrième à l’extérieur de Benjamen Brush devant Don’t Say Don’t, Burberry, Assogia Wood, Day Of Reckoning et Georgean Boy qui avait manqué son départ. Les positions demeurèrent longtemps inchangées. Les choses se précisèrent à l’amorce du dernier virage où Barney Barnato se rapprocha à l’extérieur de Rear Admiral qui était déjà lancé aux trousses du meneur. En quelques foulées, le représentant de l’écurie Perdrau prit l’avantage. Burberry se rapprocha dangereusement à son extérieur, mais sous la monte énergique de Joorawon, Barney Barnato contra son assaut jusqu’au bout.