A ce stade, seul le handisport n’a toujours pas de qualifié. Car selon Ram Lollchand, aucun athlète n’a réalisé les minima après un premier exercice qui a été fait  le 28 avril dernier au stade de Bambous pour le 400m T54, soit en fautueil roulant en présence d’un officiel de l’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA) et d’un officier du ministère de la Jeunesse et des Sports. Soit un temps de 53sec. Lors de cet exercice, il est bon de souligner que Cédric Ravet, qui avait terminé à la première place, avait réussi un chrono de 1.08:05s, suivi de Nitesh McMine- 1.14:9s et Jéremie L’Etendrine 1.25:1s. Ce qui veut dire que les trois participants, dont deux sont du Magic QB Club et le 3e de la FMMH, sont loin, voire  très loin du minima.
D’un commun accord avec la MNPC et la PHYFED, ceux qui veulent réussir les minimas auront la possibilité de le faire le vendredi 31 mai lors d’une rencontre au stade de Réduit. « Les athlètes étaient assez loin des minima et j’ai demandé au nouveau président du NPC (National Paralympics Committee), Jean Marie Malépa, d’organiser une autre compétition d’ici le 31 de ce mois, toujours en présence d’un technicien de l’AMA et du MJS, afin de donner la possibilité  aux athlètes de réaliser les minima », a déclaré Ram Lollchand. Ce dernier a ajouté être en présence d’une correspondance de Rodrigues à l’effet qu’un athlète mal-voyant, nommément Davidson Gaspard, a réalisé une performance de 5m18 au saut en longueur, alors que les minima est de 5m25. Selon Ram Lollchand, ce dernier devra toutefois réaliser les minima et ce, devant les techniciens de l’AMA et ceux du MJS, pour espérer gagner sa place en sélection.
Mais cette affaire de minima pour les Jeux de la Francophonie vient, encore une fois, mettre en relief les relations à couteaux tirés qui existent au sein de la famille du handisport. D’abord à Week-End, nous nous posons la question pourquoi c’est toujours et uniquement les longues distances (400m ou 1500m T54)  qui est à l’ordre du jour lorsqu’il faut choisir un athlète pour représenter Maurice dans une compétition internationale, alors qu’il existe des athlètes tel que Davidson Gaspard ou encore Linley l’Eveillé (lancé et 100m T54), Charlotte Labourdeuse (8 médailles d’or CJSOI-lancé et 100m T54) ou Donovan Amadis (natation 50m nage libre) qui sont aussi, sinon meilleur que ceux qui cherchent un minima pour le 31 mai?
Cette question posée, il est bon de savoir que la PHYFED a officiellement soutenu la thèse que si aucun athlète ne réalise les minima en 400m T54 le 31 mai «personne ne  part pour la France. Car comme les valides, nous devons être aussi professionnels dans notre approche pour une compétition internationale», a soutenu Dominique Marisson à Week-End.
Cette démarche sera-t-elle suivie par la MNPC?