L’avant dernière étape de la 33e édition du Tour de Maurice 2014, la plus importante et la plus dure a vu le victoire du sociétaire du Faucon Flack Sporting Club (FFSC)-KFC, le Mauricien Steward Pharmasse, dans le temps de 3h22:26. Suite à ce succès au sprint devant Ian Pienaar, Yannick Lincoln et James Tennent entre autres, il subtilise le maillot du meilleur grimpeur au Sud-Africain Jaco Ferreira. Lincoln, pour sa part, conserve trois secondes d’avance sur Tennent au classement général. Une première car ce scénario ne s’est jamais produit sur le Tour de Maurice.
Steward Pharmasse a encore de beaux restes malgré ces 36 piges (37 en aôut), lui qui a été le grand bonhomme de la 6e étape du Tour de Maurice cycliste (199,5 km), réputée la plus difficile. En effet, le sociétaire du FFSC-KFC s’est imposé au sprint à l’arrivée du stade George V avec un chrono de 3 heures, 22 minutes et 26 secondes devant les Sud-Africains Ian Pienaar et James Tennent et le Mauricien Yannick Lincoln qui ont tous été crédités du même temps. Nous avons eu droit à une course très animée, plus spécialement à hauteur de Camp Diable où un groupe se forma avec Jaco Ferreira, Steward Pharmasse et les Réunionnais Damien Leguay et Luciano Grondin, du Club Cycliste St Louisien qui comptaient alors une minute et huit secondes d’avance sur le peloton.
Mais à Souillac, trois d’entre eux, à savoir Ferreira, Pharmasse et Leguay, prirent la poudre d’escampette prenant 02’12 d’avance sur le peloton. C’est le moment que choisit le champion de Maurice en titre pour s’illustrer, laissant ses deux poursuivants sur place à Montée Gaston puis à Bassin Blanc. Pharmasse aborda ses cols avec courage, volonté et une impressionnante facilité. « Ce n’était pas facile. J’ai eu  du mal mais j’ai donné mon maximum. Avant la course, j’ai constaté que je pouvais me battre pour le maillot à pois. Je n’étais pas loin du leader Jaco Ferreira. Je me suis alors élancé comme un damné sur les Prix Montagnes », explique-t-il. Après avoir parfaitement négocier ses montées, nous pensions alors qu’il se dirigeait facilement en solo vers une victoire d’étape.
Mais il fut rattrapé à Pétrin par Lincoln, Ben Melt Swanepoel, Ian Pienaar et James Tennent qui n’avaient pas encore dit leurs derniers mots. Arrivé à hauteur de Grand Bassin, tout laissait présager qu’ils se dirigeaient tous vers le sprint final même si Tennent, qui accusait trois secondes de retard sur Lincoln, a tenté de s’extirper du lot à Nouvelle France, bien rattrapé par Lincoln et consorts. À 300 mètres de l’arrivée, c’est Lincoln qui enclencha les hostilités mais il sera très bien repris par Pharmasse, spécialiste de sprint. Il se permit même le luxe de subtiliser le maillot à pois à Jaco Ferreira, qui s’est également beaucoup démené dans cette partie. Ce maillot est d’autant plus paradoxal pour Pharmasse quand nous savons tous que c’est un sprinteur.
Lincoln garde la cadence
Le vainqueur de l’étape est très content d’avoir remporté la victoire . « C’est un plaisir de toucher la ligne d’arrivée en premier. Nous avons débuté le Tour difficilement mais petit à petit les choses se sont mises en place et nous avons progressé. J’ai saisi l’opportunité de prendre le maillot à pois et je me battrai pour le conserver. Thierry David en fera de même avec le maillot rush sur les épaules. Je tiens à remercier le sponsor KFC, les dirigeants et ma famille qui sont à l’origine de mon succès », indique-t-il. Yannick Lincoln a, de son côté, gardé son maillot jaune avec toujours trois secondes d’avance sur son plus proche poursuivant, James Tennent.
Mais le quintuple vainqueur du Tour de Maurice n’est pas totalement satisfait, lui qui aurait préféré avoir beaucoup plus d’avance sur le deuxième au général. « J’espérais pouvoir créer un réel écart dans la bosse et partir en solo comme je l’ai déjà fait précédemment. Mais cela a été très dur. Mais je dois tirer un grand chapeau à mes coéquipiers qui m’ont beaucoup aidé, à l’instar de Sébastien Tyack et Michael Khedoo qui m’ont permis de rester serein. Ils m’ont emmené au pied de Bassin Blanc dans les meilleures conditions et pour cela, je tiens à les remercier chaleureusement. J’ai vraiment senti un groupe soudé. Swanepoel a également été un valeureux soldat. J’ai pu également constater qu’il y avait une belle solidarité, notamment avec le Péreybère Sports Club et l’Union Cycliste de Rose-Hill qui ont beaucoup roulé », fait ressortir Yannick Lincoln.
L’entraîneur national, José Achille, est lui content que l’équipe mauricienne ait répondu présente et soit exacte au rendez-vous. « Nous avons bien travaillé et nous sommes restés vigilants. Nous avons fait le boulot. Il ne faut pas oublier que l’étape d’aujourd’hui (hier) est très éprouvante. Nous nous sommes battus jusqu’au bout et nous devons en être fiers ». À noter que le départ de la course a été donné à Grande Rivière Nord Ouest.