Le gouvernement mauricien étudie la possibilité d’acheter 100 nouveaux autobus “semi-low floor” pour la Compagnie Nationale de Transport (CNT). C’est l’annonce faite par le ministre des Infrastructures Publiques Nando Bodha, qui participait au 35e anniversaire de la CNT au dépôt de Bonne-Terre, Vacoas.
L’État lancera bientôt un exercice d’offres international. Sollicité pour des précisions, le ministre a expliqué au Mauricien que l’État envisage même la possibilité de monter les autobus localement. Plus tôt lors de son intervention dans le cadre d’une cérémonie marquant les 35 ans d’existence de la CNT, Nando Bodha a donné quelques indications quant au projet d’un nouveau système de transport sophistiqué que le gouvernement actuel veut mettre en place avec la construction de nouveaux abribus, de nouvelles gares et de nouveaux autobus. Le ministre a cité comme  exemples les systèmes d’affichage des horaires d’autobus dans les bus shelters, comme tel est le cas dans les pays étrangers comme l’Australie. « Si cela se fait à l’étranger, pourquoi pas à Maurice », a lancé Nando Bodha.
Nando Bodha a toutefois reconnu qu’il faudra tout mettre en oeuvre pour surmonter les difficultés rencontrées par la CNT, reconnaissant que la corporation passe par une période difficile « Avant, les gens faisaient la queue pour entrer dans les autobus de la CNT, mais depuis l’accident de Sorèze, il y a une hésitation », constate ainsi le ministre. La CNT a plusieurs défis à relever, dont la « concurrence déloyale » avec les opérateurs illégaux et de nouvelles conditions de travail pour les employés. À ce propos, Nando Bodha a donné l’assurance aux employés de la CNT qu’il restera attentif à leurs doléances. « Je suis là pour vous écouter. Nous allons mettre de l’ordre dans tous les départements et à tous les niveaux », a-t-il promis. Et d’ajouter : « Vous avez mon soutien. Je suis là pour vous défendre auprès de la population, pour défendre vos intérêts au conseil des ministres, pour plaider auprès du ministère des Finances, du Travail… Je suis là pour me battre pour vous. » Dans la même foulée, Nando Bodha invité les syndicalistes à soumettre par écrit leurs doléances et propositions pour améliorer la situation à la CNT afin de faire de celle-ci une des compagnies le plus profitables du pays. « Notre vision est de faire de la CNT la colonne vertébrale du transport public », a-t-il affirmé.
Nando Bodha a fait l’éloge du nouveau chairman de la CNT, Ashvin Gokhool, qui sera chargé de « mettre de l’ordre dans la CNT ». Ce professionnel des finances est spécialisé dans la restructuration d’entreprises. Il est épaulé, en attendant la nomination d’un General Manager, par Jayavadee Sooben, Deputy Permanent Secretary au ministère. Nando Bodha a lancé un appel aux employés pour travailler en collaboration avec ces deux personnes nommées.
Le nouveau chairman de la CNT, Ashvin Gokhool, qui a été très bref dans son intervention, a affirmé que le plus gros défi à relever pour la CNT sera de faire de la corporation « un des fleurons du secteur du transport ». Et de lancer un appel à tous pour atteindre ce but. Nando Bodha, pour sa part, a été très sollicité par les syndicalistes et les employés à la fin de cette fonction. Ces derniers ont voulu s’entretenir avec lui pour lui présenter leurs doléances. Parmi celles citées avec insistance : le transport illégal, les lignes profitables de la CNT, des problèmes d’ordre interne et le PRB, entre autres.
La CNT a vu le jour en 1980 avec un dépôt de 180 bus pour 100 employés. Elle compte maintenant cinq dépôts avec une flotte de quelque 519 autobus et emploie environ 2 300 personnes. Elle opère sur 79 lignes.