Casey’s War, un nom qui restera à jamais dans les mémoires de Ricky Maingard. Que de chemin parcouru par ce cheval depuis sa première victoire en 2011, un succès qu’il avait partagé avec Irish Patriot alors qu’il était en C6. Il compte maintenant 12 victoires dans l’escarcelle dont huit chez l’élite. Sans vouloir diminuer les mérites de Casey’s War qui sont grands, il faudrait néanmoins faire ressortir qu’il bénéficia des circonstances de l’épreuve. Dans un premier temps, Twitter, pourtant le plus rapide à l’ouverture des stalles, se fit par la suite prendre de vitesse par Genuine Leather. Il fut ainsi question de savoir si Twitter aurait le même rendement dans la course d’attente. Eskimo Roll en profita pour venir se placer à son extérieur. Casey’s War avait trouvé la position idéale juste derrière ce trio. Arctic Sun n’était pas trop distancé derrière Wieland, pendant qu’Adeste Fidelis fermait le cortège et on le croyait à cet instant de la course battu. Tout restait possible, mais Darryl Holland prit la décision de démarrer juste avant le dernier virage. Twitter essaya de réagir à cette accélération tandis que Casey’s War plongea à l’intérieur, suivi d’Arctic Sun. Comme il fallait s’y attendre, Darryl Holland avait surestimé sa monture, qui baissa de pied à 100m de l’arrivée. Casey’s War en profita pour mettre le nez à la fenêtre. Twitter ne trouva pas un second souffle. Par contre, son compagnon d’écurie, qui avait été contraint à poursuivre son effort à l’extérieur, termina sur une excellente note pour échouer à une encolure de Casey’s War. Arctic Sun domina Twitter pour la troisième place.
9e doublé en 12 journées
pour le tandem Ségeon-Merven

La journée avait débuté par la victoire de Wing Man, qui permit à l’écurie Serge Henry d’ajouter un autre succès à son palmarès. Et là, on doit saluer la bonne monte de Dinesh Sooful. Le cheval, qui avait été très bien préparé vu qu’il était dans une forme splendide dans le rond des présentations, suivit les deux favoris, Max Rapax et Absalom, durant tout le parcours. Il faudrait souligner le tempo imprimé par les chevaux de tête. Dans un premier temps, ce fut Sheriff Marshall qui mena le peloton avant de se faire doubler par Put Foot Singe. Teamog suivait en troisième position. À mi-parcours, on arriva déjà à la conclusion que ces trois chevaux éprouveraient des difficultés pour bien terminer. Au début de la descente, Super Villain trébucha et força Max Rapax vers l’extérieur et fut arrêté par son jockey. On attendait l’emballage final avec impatience et on retrouva Max Rapax et Wing Man à la lutte dans la dernière courbe. Ce mano a mano continua jusqu’au poteau et ce fut Wing Man qui l’emporta d’une tête. Absalom n’eut pas le même finish et dut se contenter de la troisième place devant Ice Trigger.
On fut quelque surpris par la vélocité de Mc Naught au départ de l’épreuve du kilomètre. On se dit que Dinesh Sooful avait eu la main heureuse puisqu’il venait de remporter la course d’ouverture. Cependant, c’était mal connaître le favori Act Of Valor. Ce dernier se contenta de suivre tranquillement en deuxième position avant de forcer la décision, l’emportant facilement devant Social Newtwork, qui donna son maximum avant de courber l’échine. Troisième de l’épreuve, Win A Million résista de peu au retour de Cool Style.
Doublé pour Rye Joorawon, quand il permit à l’écurie Mahess Ramdin de renouer avec le succès, alors que Judge The Stride ouvrait son compteur. En l’absence de Nordic Warrior, on avait accordé une bonne chance à ce cheval. De plus, en regardant de plus près la carte de cette épreuve, on fut d’avis que les chevaux de tête, Deux Fabuleax, Soaring Free et Bongo Beat, pouvaient se gêner mutuellement et que cela ferait l’affaire de Judge The Stride. Ce fut quelque part ce qui se passa. Deux Fabuleax eut à lutter avec Soaring Free dans la partie initiale et fut titillé par Bongo Beat en deux occasions par la suite. Soaring Free resta néanmoins bien placé dans l’emballage final. Il fit du reste impression jusqu’à mi-ligne droite avant que Judge The Stride ne se manifestât. Il serait bon de souligner que si la monture de Rye Joorawon n’avait pas versé à l’intérieur dans la ligne droite, elle l’aurait emporté par une plus grande marge.
Battu sur la ligne lors des deux premières épreuves, Johnny Geroudis se racheta de très belle manière avec Emerald Approach qui ne fit qu’une bouchée de ses adversaires. On craignait un manque de rythme dans cette épreuve, mais on fut bien servi par Dual Asset, qui avait pris les devants après avoir pris le meilleur sur Parceval et Corredor. Cependant, dès qu’il se retrouva seul à l’avant, Davy Bonilla reprit sa monture et le rythme baissa en intensité en tête de montée. Emerald Approach, dernier du peloton, commença à tirer et Johnny Geroudis le laissa progresser pour prendre la tête des opérations aux environs des 1200m. Le Sud-Africain laissa sa monture courir à son rythme et celle-ci prit quatre à cinq longueurs d’avance sur Dual Asset. Le tempo resta élevé dans la descente. Le premier à réagir de l’arrière fut le favori Carcassonne, suivi de Rasheed. Emerald Approach ne baissa pas de pied en ligne droite et put conserver plus de trois longueurs d’avance au poteau. Dans la lutte pour les places, Rasheed devança Carcassonne et Beacon Flare.
La 5e course s’annonçait compétitive et ils étaient plusieurs chevaux à se tenir de près. Ce fut toutefois celui qu’on avait peut-être éliminé un peu trop tôt, Master Mascus, le numéro 2 de l’écurie Allet, qui rallia le but en vainqueur. Il réalisa une course de bout en bout, là où Luke Currie avait échoué à sa dernière tentative. Cependant, à l’issue de la course, l’apprenti Vikram Sola, cavalier de Roman Manner, logea une objection contre le gagnant pour interférence en ligne droite. Master Mascus lui ferma le passage à environ 100m de l’arrivée et il dut ralentir pendant plusieurs mètres et ne put être monté comme il se devait. En étant repris, Roman
Manner perdit son momentum et se fit souffler la deuxième place par son compagnon d’écurie Captain Firth. Les Racing Stewards devaient logiquement trouver que la gêne subie par Roman Manner eut une incidence sur le résultat de la course qui fut amendé en conséquence. De la course, on fut déçu de la performance de Recall To Life, à moins que son jockey n’ait surestimé ses possibilités actuelles. On pouvait aussi s’attendre à mieux de la part de Hot Rocket. Mais si on jette un coup d’oeil sur les temps fractionnés de la course, on dira qu’il fallait être fort pour réaliser moins de 47” dans les derniers 800m.
Cédric Ségeon et l’écurie Merven s’ajoutèrent à la fête de la journée de samedi avec King’s Guard qui bénéficia d’un parcours de rêve pour renouer avec le succès. En effet, au départ, Southern Heights eut à compter avec Arabian Empire, qui montra son intérêt pour la position tête et corde. L’épreuve fut lancée sur un bon tempo. Carson City se mit de la partie avant le dernier virage en essayant d’avoir le first run sur Southern Heights. Ce dernier ne se laissa pas enfermé et dut accélérer plus tôt que prévu. Pendant ce temps, King’s Guard suivait tranquillement avant d’accélérer en ligne droite. Comme il fallait s’y attendre, il fit la différence. Arabian Empire, lui, termina bon dernier.
Doublé également pour Cédric Ségeon et l’écurie Merven, leur 9e en 12 journées, avec l’apport de Princeton, qui se montra intraitable au finish de la dernière course. Le hongre sortit une belle accélération pour dominer Eagle Award, Seneschal et Leisure Jet, alors que le train avait été mené par Skywalk Luke.