L’équipe française du Judo Club Escale d’Angenteuil s’est imposée 8-2 face à une sélection de l’océan Indien dans le cadre de la 3e Coupe féminine par équipes du JC St Denis, tenue samedi dernier au dojo régional de St Denis. Christiane Legentil (-52 kg) a été l’unique vainqueur pour son équipe.
Christiane Legentil et Sarah Sylva (-57 kg) sont les deux Mauriciennes retenues au sein de l’équipe de l’océan Indien, comprenant également la Malgache Asaramanita Ratiarison (-48 kg) et les Réunionnaises Sylvie Clapier (-48 kg), Marion Lagourde (-70 kg) et Valérie Bègue (-78 kg).
Chaque judokate a livré deux combats durant cette compétition, disputée selon le système aller-retour. Au final, l’équipe française a remporté la Coupe grâce à huit victoires décrochées contre deux à son adversaire. Il convient de faire ressortir cependant que Christiane Legentil a été l’unique vainqueur du côté de l’océan Indien.
« Elle s’est imposée à l’aller comme au retour avec conviction. Elle a fait forte impression durant cette compétition et les dirigeants du Judo Club Escale d’Argenteuil l’ont félicitée pour sa prestation », déclare Joseph Mounawah, directeur technique de la Fédération mauricienne de judo et disciplines associées (FMJDA).
Christiane Legentil, vice-championne d’Afrique en juin dernier, souligne pour sa part que cette 3e Coupe féminine du JC St-Denis lui a permis de s’exprimer à un autre niveau. « La compétition s’est très bien passée et j’ai donné le meilleur de moi-même ».
Après la bourse olympique dans le cadre des JO de Rio en 2016, Christiane Legentil a décroché une bourse du Trust Fund for Excellence in Sports grâce au support de la compagnie Lottotech.
Le directeur technique de la FMJDA, qui avait accompagné Legentil et Sylva à St Denis, indique qu’il a eu l’occasion de se faire une idée du niveau des Réunionnaises en prévision des 9es Jeux des îles de l’océan Indien en août 2015 à La Réunion. « L’équipe réunionnaise possède de bonnes combattantes dans certaines catégories, mais nos judokates peuvent sortir du lot dans certaines catégories. Il ne faut pas oublier Madagascar, connue habituellement pour sa force de frappe en féminin. Mais les données pourraient changer d’ici à l’échéance 2015 ».