Le ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire Satish Faugoo a déclaré que le gouvernement s’engage à préserver les zones humides. C’était la semaine dernière dans le cadre de la Journée internationale des zones humides à Pointe-d’Esny, marquée par l’ouverture officielle du troisième site classé Ramsar à Maurice, après ceux de Terre-Rouge et de Blue-Bay. M. Faugoo a aussi annoncé les démarches entreprises en vue d’inclure Mare-Sarcelle à cette prestigieuse liste.
« Government is fully committed to maintain and well manage the wetlands. Indeed Government is addressing issues relating to forest resources, biodiversity and wetlands in a holistic manner », a affirmé Satish Faugoo. Plus tôt, le ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire a souligné que « the Ramsar convention conducts several programmes throughout the world to highlight that wetlands are more than just a muddy swamp ». Et d’ajouter : « Many do not comprehend that they provide an important ecosystem service. And wetlands continue to be destroyed and degraded through poor management and pollution ».
Satish Faugoo annonce que son ministère travaille actuellement sur un plan de gestion des réserves nationales et des îlots. « We are pursuing our efforts to get Mare-Sarcelle wetland found at Bras d’Eau National Park designated as a Ramsar site », soutient-il. Ce site s’étend sur une superficie de 89,73 hectares dans le nord de l’île et abrite des espèces indigènes et endémiques. Outre les mangliers qui caractérisent ces zones humides, d’autres plantes et espèces animales y ont été répertoriées, dont le Orchid Oenellia, le Aphroditce et l’Acrostichum aureum… Les lieux accueillent aussi des oiseaux migrateurs comme celui de Pointe-d’Esny ou de Terre-Rouge.
La gestion de ces sites tombent sous la responsabilité du National Parks and Conservation Service du ministère de tutelle. Ses tâches sont : la protection des zones humides, la promotion et la conservation et l’utilisation de ces lieux de manière durable par le biais d’un partenariat public-privé en vue de tirer des avantages socio-économiques pour le bien-être de tous et sensibiliser la population sur leur importance. Selon le ministre, 35 % de ces sites à travers le monde sont associés à des activités touristiques avec 940 millions de personnes les ayant visiter en 2010.
Le ministre a aussi souligné que cet écosystème a mis des millions d’années pour devenir ce qu’il est. Par conséquent, c’est la responsabilité de tout un chacun de veiller à sa conservation. Satish Faugoo a indiqué que le troisième site classé Ramsar à Maurice couvre une superficie de 21,5 hectares. Il est caractérisé par l’eau saumâtre et le terrain marécageux favorisant la développement des fôrets de mangliers. Le site sert de terreau pour certaines espèces : crabes, mollusques et poissons. Les mangliers sont aussi connus pour agir comme « une protection contre l’effet de tsunamis et autres calamités naturelles ».
La cérémonie de la semaine dernière s’inscrivait aussi dans le cadre de la décennie internationale de la biodiversité 2011-2020. Satish Faugoo note que la préservation des zones humides et les campagnes de sensibilisition quant à leur importance sont liées au concept Maurice Île Durable. « The MID project aims at creating a greener and more sustainable Mauritius where economic, environment and ecological considerations prevail. »