L’AMB (Association mauricienne de Boxe) n’égalisera pas le fameux record de l’AMA (Association mauricienne d’Athlétisme), seule fédération à avoir réussi le six à la suite (2000 à 2005). Elle se contentera d’avoir réalisé le cinq à la suite (2007 à 2011), car 2012 n’a pas vraiment été l’année de la boxe, contrairement à 2011 où les boxeurs s’étaient affirmés aux Championnats et Jeux d’Afrique – six médailles d’or au total -, après des Jeux des Îles raté aux Seychelles. Cette fédération chute à la troisième place avec un total de 6 points contrairement à 2011 où elle avait été la première fédération à atteindre les 9.5 points.
Cette année, ce sont les performances qui ont joué contre l’AMB. Dans les trois compétitions internationales auxquelles elle a participé, elle n’a pas ramené la moindre médaille. A la Bocksai Cup en février, en Hongrie, Richarno Colin n’a pas été en mesure de ramener l’or comme en 2011. Lors du tournoi qualificatif pour les Jeux olympiques, Richarno Colin et Olliver Lavigillante ont été éliminés en quarts de finale, alors qu’aux JO, les deux Mauriciens ont été éliminés avant les quarts . Lors du dernier déplacement, notamment aux Championnats du monde en Arménie, les jeunes n’ont  pas non plus réalisé une grosse performance.
Rien qu’à ce niveau, l’AMB a laissé des plumes, par rapport au kick-boxing et au judo. Nous dirons même que la différence s’est faite dans ce domaine. On peut aussi avancer que certains récents tiraillements au niveau du comité directeur sont venus mettre à mal cette forteresse. Elle n’offre plus cette solidité, cette solidarité qui étaient les siennes et qui lui ont permis de dominer nettement le sport mauricien au cours de ces cinq dernières années. C’est un signal clair que tout ne fonctionne plus avec la même sérénité et que la gestion est devenue difficile surtout en cette fin de mandat de l’actuel comité directeur. Ce qui est vraiment dommage lorsqu’on sait que cette discipline a, à plusieurs reprises, fait honneur au pays, dont cette mémorable médaille de bronze de Bruno Julie, aux Jeux olympiques de Pékin, en Chine, en 2008.
En revanche, l’AMB a prouvé sa capacité de former des jeunes et que les Pole Espoir et Pole Jeunes vont permettre à cette discipline de durer sur plusieurs années. Une formation qui débute à la base au sein des comités régionaux avant que les meilleurs n’intègrent les Pole, puis le centre de formation et la sélection nationale. Sur le dossier formation, l’AMB a été irréprochable, tout comme au niveau de son calendrier local. Fidèle à ses habitudes, cette fédération a tout mis en oeuvre, afin de satisfaire ses nombreux licenciés à travers le pays. Qui plus est, les comités régionaux ont également joué le jeu en organisant, à tour de rôle, un gala. Ce qui prouve qu’il y a une réelle volonté à faire avancer les choses et permettre à la boxe de jouer un rôle phare dans le paysage sportif local.