Malgré le retour à la normale depuis le début de la semaine de la situation au Lycée Sir Guy Forget à Centre de Flacq, le dossier du Mauritius Institute of Training and Development reste d’actualité. Le processus de recrutement au MITD a été au centre d’une controverse parlementaire à la suite d’une interpellation de la parlementaire du MMM Lysie Ribot. Le ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree est venu de l’avant pour rappeler ses menaces de poursuites contre ceux qui affirment en dehors de l’hémicycle que la majorité des employés recrutés l’année dernière habitent la circonscription Mahébourg / Plaine-Magnien (No 12), où il a été élu aux élections générales du 5 mai de l’année dernière. Pour ne pas être en reste, le député Steve Obeegadoo a de son côté engagé un nouveau bras de fer avec son successeur au ministère de l’Éducation en revenant sur le dossier des problèmes au Lycée Sir Guy Forget et la situation prévalant à la Private Secondary Schools Authority (PSSA) marquée par des protestations des membres du personnel pour un meilleur traitement.
Le ministre de l’Éducation a fait comprendre à Lysie Ribot que la liste des personnes employées depuis l’année dernière par le Mauritius Institute of Training and Development (MITD) sera placée à la bibliothèque de l’Assemblée nationale après l’exercice de compilation actuellement en cours.
Lysie Ribot : Le ministre peut-il expliquer le traitement de faveur accordé à ceux employés au titre de General Assistance, qui sont placés presque automatiquement sur le Permanent and Pensionable Establishment (PPE), alors que des inspecteurs doivent attendre au moins dix ans pour cette même procédure ?
Vasant Bunwaree : I need notice.
Paul Bérenger : Des rumeurs persistantes circulent selon lesquelles la majorité de ces employés en service depuis l’année dernière sont des électeurs de la circonscription du ministre ?
Bunwaree : Je traîne en justice pour des dommages et intérêts ceux qui colportent ces allégations à mon encontre en dehors de l’hémicycle. Il faut reconnaître que l’année dernière dans certaines circonscriptions, les constructions d’école ont été en plus grand nombre que dans d’autres. De ce fait, le recrutement s’est fait dans la région. Nous ne pouvons demander à des personnes de traverser le pays pour aller travailler. Je répète que je vais saisir la justice contre ceux qui font état de ces allégations…
Bérenger : Ma question est simple…
Bunwaree : J’ai déjà donné des explications. Il se peut qu’il y ait davantage de recrutements dans des circonscriptions où il y a eu de nouvelles écoles…
Ribot : Pour ces recrutements, le ministre peut-il confirmer si les appels à candidatures ont été lancés ?
Bunwaree : Everything has been done according to procedures…
Au chapitre de la grève des étudiants du Lycée Polytechnique Sir Guy Forget, Vasant Bunwaree a confirmé que la situation est rentrée dans l’ordre depuis lundi. Une séance de travail a réuni samedi des représentants des étudiants et le ministre de l’Éducation. Un accord est intervenu sur les points en litige, en l’occurrence la reconnaissance du Brevet de Technicien sanctionnant les cours, la possibilité pour les étudiants de poursuivre des études subséquentes à l’Institut Supérieur de Technologie, le remplacement du management du lycée, la mise en place d’une PTA et d’un Students’ Union, le volet de Health and Safety et la coopération avec la France.
Le ministre de l’Éducation a fait comprendre que des cours de rattrapage sont prévus à la suite de la grève qui a affecté les activités du lycée. « Un nouveau manager a été recruté sur contrat d’une durée d’une année et un Managing Committee comprenant le nouveau manager et des membres du Senior Staff a été mis en place », a ajouté Vasant Bunwaree en faisant un tour d’horizon des mesures prises pour résoudre les problèmes.
Vasant Bunwaree a fait état des conclusions de deux experts français, qui ont recommandé l’introduction du Bac professionnel pour remplacer les cours au lycée polytechnique Sir Guy Forget. Un autre expert français est attendu en fin de semaine pour poursuivre les consultations à ce sujet.
Steve Obeegadoo : Je constate que le ministre a pris deux longues semaines pour accorder une attention aux problèmes du lycée polytechnique Sir Guy Forget et trois autres pour entendre les points de vue des étudiants alors qu’il aurait été plus facile et rapide de régler ce problème ?
Bunwaree : Je ne partage pas l’avis de l’honorable membre de l’opposition. Tout le monde sait ce que cela veut dire de traiter avec des étudiants. Mais il y avait une chose qui m’intriguait. C’était la deuxième année du MITD alors que pour la première année, il n’y avait aucun problème. Pourquoi maintenant ? Il me fallait comprendre. C’était vraiment curieux.
Obeegadoo : There was no award of diplomas since 2009. Le ministre a rencontré samedi une délégation des étudiants du lycée. Des engagements ont été pris. Quand mettra-t-il sur papier ces points où il y a eu accord ?
Bunwaree : I don’t know where the Honourable Member got his information. J’ai fait émettre un communiqué à l’issue de la réunion. Au ministère, nous travaillons sur un autre document en vue de régler la situation…
Obeegadoo : I’m very happy. Mais le ministre peut-il nous expliquer comment le responsable du syndicat, qui a été amené à soumettre sa démission de ses fonctions au lycée la veille, s’est vu offrir le poste de manager le lendemain ? Il n’y a pas eu d’appel à candidatures. Le ministre est-il au courant du fait que le manager peut ne pas détenir les qualifications requises pour occuper ces importantes fonctions ?
Le Deputy Speaker intervient pour demander au député du MMM de venir de l’avant avec une interpellation spécifique ayant un rapport avec la substantive question. Cette remarque de la présidence soulève des protestations des rangs de l’opposition.
Bérenger : Mais le ministre a personnellement fait état de ce contrat d’un an dans sa réponse et de son propre gré. Il est normal que nous lui réclamions des précisions.
Bunwaree : I’ve been informed that all procedures have been followed.
D’autre part, le ministre de l’Éducation a été amené à faire un état des lieux à la PSSA à la suite d’une interpellation du même député Obeegadoo. Vasant Bunwaree a confirmé la réception d’une lettre du PSSA Employees Union en date du 20 mai dernier évoquant la nécessité d’une restructuration de la PSSA et une série de problèmes au sein de cette institution dans le cycle secondaire privé, allant du manque de personnel à de nombreux postes vacants, à l’absence de programme de formation.
Le PSSA Employees Union a également dénoncé une absence de dialogue entre la direction et les membres du personnel, suscitant du même coup un climat d’incompréhension. « La direction de la PSSA a été priée d’instituer un mécanisme en vue de favoriser un dialogue constant au sein de l’institution. Des brainstorming sessions sont également prévues en vue d’une révision complète de la PSSA pour l’adapter aux nouvelles exigences dans le secteur de l’éducation. All interested parties have been invited to submit proposals so as the PSSA may become a more effective institution », a soutenu le ministre de l’Éducation, qui a fait état de consultations en vue de soumettre des propositions au Pay Research Bureau (PRB).
Obeegadoo : Le ministre est-il conscient du fait que le nombre d’officiels, dont la responsabilité est d’assurer les inspections dans les collèges privés, a connu une baisse de manière sensible. Il est passé de 30 à 13… Peut-il nous expliquer les raisons derrière cet état de choses ?
Bunwaree : Dans le contexte de la réforme, nous allons procéder à une révision de la PSSA Act. Des séances de travail à cet effet sont prévues dans les jours qui suivent.
Obeegadoo : Le ministre a préféré ne pas répondre à la question. Puis-je le confronter au fait que la principale raison demeure les conditions de service de cette catégorie des membres du personnel de la PSSA. Les Education Officers ne trouvent-ils aucun avantage pour venir renforcer les rangs de la PSSA ?
Bunwaree : We are looking into that.