Les récentes précipitations nous avaient permis d’espérer une amélioration dans nos principaux réservoirs. Hélas, il s’avère finalement que le Plateau central et la région de Mare-aux-Vacoas sont toujours déficitaires. Un constat accablant après déjà deux mois d’hiver !
Les Mauriciens s’en souviennent : ils auront dû plus d’une fois sortir leur parapluie ces derniers temps. Une pluviosité qui, c’est vrai, aura dans l’ensemble été relativement bien accueillie, l’état de nos réservoirs n’étant pas au beau fixe. Malheureusement, les récentes grosses pluies n’auront pas changé la donne en ce qui concerne les régions les plus touchées par la sécheresse. En l’occurrence, le Plateau central et la région de Mare-aux-Vacoas sont toujours déficitaires en termes de précipitation. Idem pour le sud du pays, estiment les experts du service météorologique de Vacoas. Un constat, disent-ils, qui prend en considération les chiffres allant du 1er mai au 23 juin. Côté positif : la pluviométrie dans les autres régions du pays est, elle, dans les normes, notent les météorologues.
Reste donc que le réservoir de Mare-aux-Vacoas ne se remplit toujours pas. Une situation des plus inquiétantes puisque ce réservoir – le principal du pays – affiche un taux de remplissage inférieur à la normale depuis plusieurs mois. Un petit coup d’oeil sur les chiffres de ces 14 derniers mois suffit pour s’en convaincre. Selon ces derniers, depuis mai 2010, la région de Mare-aux-Vacoas a ainsi été au total dix fois déficitaire en termes de précipitations (voir premier tableau). Celle-ci aura même été la moins arrosée en avril dernier.
En analysant la répartition des pluies pour ces deux premiers mois d’hiver, la pluviométrie pour les régions de Mare-aux-Vacoas, du Plateau central et du sud de l’île est inférieure à la moyenne générale, calculée sur la base de chiffres enregistrés entre les années 1970 à 2000. Les moyennes pour ces régions sont ainsi de : 56 % pour Mare-aux-Vacoas (272 mm de pluies enregistrées, contre 486 normalement) ; 64 % pour le Plateau central (240 mm, contre 373 mm) ; et 65 % pour le Sud (240 mm, contre 369 mm) (voir deuxième tableau). Un débalancement des conditions météo expliquerait le déficit de pluies dans les régions précitées, selon les météorologues.
Dame Nature aura cependant été plus clémente depuis le début de l’hiver pour les autres régions, à savoir le Nord (97 %), l’Est (100 %) et l’Ouest (207 %). Rajen Mungra, directeur adjoint intérimaire de la station météo de Vacoas, fait ressortir que la moyenne pluviométrique en hiver est de 666 mm. Un chiffre qui devait être atteint cet hiver selon un rapport de projections publié récemment par les services météorologiques. « En un peu moins de deux mois, Maurice a recueilli un total de 227 mm de pluies, ce qui représente plus d’un tiers de la moyenne (34 %) saisonnière », explique Rajen Mungra. Et de poursuivre : « Pendant ce laps de temps, nous avons bénéficié d’un tiers de la pluviométrie moyenne. Et il nous reste encore quatre mois avant la fin de l’hiver. »
Sans compter, estime l’expert, que le pays peut encore compter sur des anticyclones et d’autres phénomènes météorologiques pour nous apporter de la pluie. D’ailleurs, poursuit-il, notre pays n’est pas le seul à souffrir d’un déficit en termes de précipitations. « D’autres pays, dont la France et les États-Unis, font face à cette situation. Les événements extrêmes donnent lieu à des périodes de sécheresse, d’inondations et d’autres phénomènes. Avec le changement climatique, il faut s’attendre à ce que ces événements se multiplient », conclut Rajen Mungra.
De son côté, la Central Water Authority maintient ses coupures d’eau.