En 1968, des amis scouts de la troupe de Ste-Croix – avec à leur tête Lyndsay Savournaden – décident de lancer un mouvement de scoutisme à Roche-Bois, le quartier qu’ils habitent. Ils pouvaient difficilement prévoir que 45 ans après, leur initiative allait continuer à avoir un impact si positif sur la vie de plusieurs générations de jeunes de la localité. Gizelle Savournaden, mémoire vivante du mouvement, aujourd’hui Deputy Chief Scout au niveau de la Mauritius Scouts Association, nous en parle.
Chez les Savournaden, à Roche-Bois, le scoutisme, c’est une affaire de famille. « Mon défunt époux Lyndsay était un jeune scout à Sainte-Croix quand, il y a 45 ans, il a décidé, avec des amis – scouts comme lui –, de prendre contact avec le père Robert Giraud (alors curé à l’église Notre Dame de l’Assomption, Roche-Bois, Ndlr) pour lancer une troupe de scouts à Roche-Bois », raconte Gizelle Savournaden avec enthousiasme. Aujourd’hui, cette enseignante est Deputy Chief Scout au niveau de la Mauritius Scouts Association (voir encadré).
Forts du soutien du père Giraud, Lyndsay et ses amis se lancent alors dans un exercice de recrutement, poursuit notre interlocutrice. « Ils ont commencé à faire du porte-à-porte dans le quartier de Roche-Bois, expliquant aux habitants ce qu’est le scoutisme et, surtout, pourquoi il était important que leurs enfants soient ainsi encadrés. D’autant qu’il n’y avait, à cette époque, en 1968, aucun mouvement de jeunes dans le quartier », ajoute-t-elle. C’est ainsi que, petit à petit, le 16e Scout Group s’est constitué.
A cette époque, les activités de ce nouveau mouvement scout étaient intimement liées à celles de la paroisse de Notre Dame de l’Assomption. « Les samedis, ce sont les scouts qui montaient la tente qui servait d’église, et certains d’entre eux restaient toute la nuit à veiller », se rappelle Pascal Papet, Assistant Group Scout Leader au 16e Scout Group de Roche-Bois et gendre de Gizelle Savournaden. « Chez nous, le scoutisme est presqu’une affaire de famille. Mon défunt beau-père est le fondateur du mouvement à Roche-Bois, mon épouse et moi nous y sommes engagés, sans compter les autres membres de la famille, qui le sont également », précise-t-il.
Mais pour Gizelle Savournaden, le scoutisme dépasse de loin le cadre familial. « Je peux, sans me tromper, affirmer qu’il y a, dans chaque famille à Roche-Bois, au moins un membre qui est passé, à un moment ou à un autre de sa vie, dans notre mouvement », explique-t-elle, non sans fierté. Pour la Deputy Chief Scout au niveau de la Mauritius Scouts Association, le 16e Scout Group de Roche-Bois a été « une école de vie » durant ces 45 dernières années pour de nombreux jeunes du quartier. « De très nombreux anciens membres ont reconnu être ce qu’ils sont grâce à ce qu’ils ont appris durant leur passage au mouvement », explique-t-elle. « C’est comme si les enseignements du scoutisme permettaient à ces jeunes de développer tout leur potentiel. Aujourd’hui, nous avons des sportifs, des artistes et d’autres professionnels parmi ceux nous ayant fréquenté », se félicite-t-elle. Une des plus grandes fiertés du 16e Scout Group de Roche-Bois, c’est d’avoir été la pépinière du club de foot, qui a connu son heure de gloire : les Roche-Bois Boys Scouts. « Ce sont les scouts de Roche-Bois, sous la férule de mon défunt époux, Lyndsay, qui a fondé ce club de football. Au début, tous les joueurs étaient scouts », lance Gizelle Savournaden.
Dans le cadre des célébrations des 45 ans de leur groupe, les scouts de Roche-Bois ont assisté à une messe d’action de grâce dimanche dernier à l’église de Notre Dame de l’Assomption. Mais d’autres activités sont également prévues, notamment une exposition de photos retraçant l’histoire de cette troupe ainsi que des actions caritatives.
« C’est comme un rituel établi au fil des ans. Nous allons, comme à chaque anniversaire, déposer des fleurs sur la tombe du fondateur au cimetière de Roche-Bois », explique encore Gizelle Savournaden.