Un peu moins de six mois après le meurtre de sang froid de Michaela Harte, une Irlandaise âgée de 27 ans venue passer sa lune de miel au Legends Hotel à Grand-Gaube, le début de l’enquête préliminaire devant le tribunal de Mapou se déroule avec des parties en présence véritablement à couteaux tirés. Les deux suspects, Avinash Treebhowoon et Sandip Mooneea, deux anciens employés de cet établissement hôtelier, se sont lancés dès lundi dans une série de dénonciations à peine les hostilités ouvertes au prétoire du tribunal. Personne dans ce qui peut être perçu comme le camp adverse n’a été épargné. La magistrate Sheila Bonomally a été prise à partie avec des accusations d’absence d’impartialité et des limiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT) ont essuyé des allégations de brutalité policière lors de l’étape initiale de l’enquête.
Le ministère Public, mené par Me Mehdi Choonee du State Law Office (SLO) impatient de pouvoir ouvrir la série de témoignages ou encore d’étaler des preuves de culpabilité, contre-attaque sur deux fronts. D’abord, le SLO a soumis une requête pour que l’un des trois avocats de la défense, Me Ravi Rutnah, se désiste en vue d’éviter des cas de conflits d’intérêts. Mais cette motion a été contestée. La question devra resurgir dans les jours à venir avec les dessous de l’enquête. Dans un autre ordre d’dées, le ministère public est d’avis que les avocats de la défense n’ont fait qu’avoir recours à des tactiques dilatoires pour gêner le bon déroulement de cette enquête préliminaire, suivie avec une attention particulière en Irlande.