La ministre de l’Égalité des Genres, Mireille Martin, estime que la célébration des 50 ans de l’Union africaine est l’occasion opportune pour accélérer la mise en oeuvre des dispositions qui figurent dans les divers instruments africains. C’était ce matin, à l’occasion d’un atelier de travail sur l’égalité des genres qui a réuni les cadres de la fonction publique, à Quatre-Bornes.
Mireille Martin indique qu’il s’agit du troisième atelier de travail sur l’égalité des genres et inscrit cet événement dans le cadre des activités qu’organise le gouvernement pour marquer les 50 ans de l’Union africaine.
Le présent atelier de travail a pour but de permettre aux fonctionnaires, dont la plupart des participants sont des femmes, de se familiariser avec quatre outils : la charte africaine des droits humains ; le Protocol of the African charter on human and people’s rights ont he rights of women in Africa ; le AU solemn declaration on gender equality ; et the AU Gender policy. L’objectif est qu’ils puissent soutenir le gouvernement dans le cadre de son action de « Women’s empowerment and gender equality ».
« The knowledge of these instruments will enable you to grasp their strategic importance and subsequently help you in devising appropriate policies, programmes and projects in your respective Ministries », soutient Mme Martin.
L’atelier se tient sur deux jours, aujourd’hui et le 4 juin. Le professeur Sheila Bunwaree agit comme personne ressource durant ces deux jours. Les participants sont invités à s’interroger et à lui poser toutes les questions nécessaires en vue de rendre ces instruments compréhensibles. Professeur à l’Université de Maurice, Mme Bunwaree est aussi membre de plusieurs réseaux travaillant vers l’égalité des genres en Afrique, souligne la ministre.
Mireille Martin a aussi annoncé la diffusion prochaine, par la Gender Unit de son ministère, d’un compendium des documents clés relatifs à l’égalité des genres dans tous les départements du gouvernement. « It will be a comprehensive document to be used as a reference on gender equality issues », soutient-elle. Ce document devrait permettre aux personnes responsables de l’implémentation des instruments orientés par l’égalité des genres dans les ministères d’évaluer le travail qui se fait.