Avant dimanche dernier, André Emilien, 38 ans, n’avait accroché qu’une troisième place en 2010. C’était lors de la première édition du trail de Rodrigues remporté par Ivan-Cliff Rose, un autre Rodriguais. Sixième en 2011, il n’avait plus réalisé de performance significative sur ce 38 km. L’année dernière, André Emilien était absent ayant accompagné son frère en Inde pour des soins médicaux. En ralliant l’arrivée dimanche dernier en premier à la réserve François Leguat dans le temps de 3h 38.55, il est devenu le héros de tout un peuple. La Française Maud Gobert s’est ,elle, offerte la victoire chez les dames en 4h 19.31 devenant la première étrangère à s’imposer sur ce trail. Antoinette Milazar, triple vainqueur de cette compétition dont celle de l’année dernière, était  à l’île de La Réunion pour participer au relais marathon de Saint Benoît.
A Rodrigues, on ne parlait que d’André Emilien dimanche à son arrivée à Anse Quitor à 9h38. Même le lendemain, dans les rues de Port Mathurin et à travers Rodrigues, on avait toujours une pensée spéciale pour la grosse performance réalisée la veille qui aura tout simplement été sensationnelle. Avec le Mauricien Vishal Ittoo, vainqueur de l’édition de l’année dernière, André Emilien faisait partie des favoris de la course, au même titre que ses deux compatriotes, nommément le jeune Liraud Flore (19 ans) et Sylain Flore.
Une course qui s’est d’ailleurs jouée entre les trois premiers nommés qui affichaient sérieusement leur prétention après les premiers kilomètres. Dans les hauteurs de Montagne Cabris, le peloton était lâché, Liraud Flore ayant pris les devants précédant André Emilien et Vishal Ittoo.
A Graviers, soit au 10e km, Liraud Flore a accentué son avance à deux minutes sur André Emilien, alors que Vishal Ittoo accusait lui un peu plus de retard. Il faut dire que le Mauricien n’était pas dans sa peau et il nous l’avait confié peu  avant le départ à Pointe Coton. « Je ressens toujours une grosse fatigue depuis ma participation aux Templiers en France (Ndlr : deux semaines avant la course) où j’avais été contraint d’abandonner au 64e km. Les conditions étaient très difficiles avec le froid», nous disait-il. Cela se voyait dans la course, car lors de la descente d’Eau Vannée, il n’y avait plus qu’un seul homme: André Emilien. Il avait fait la différence et pris une sérieuse option en dominant ses adversaires sur la redoutée montée de Source Ti Gomme entre Graviers et Jeanette. Ce n’est d’ailleurs qu’après sept longues minutes qu’on apercevait Vishal Ittoo effectuer la descente. Liraud Flore a été victime de crampes depuis Mourouk où il a même fait une chute se blessant au genou. Il abandonnera finalement au 25e km, à Rivière Coco.
André Emilien passait ensuite à la vitesse supérieure pour s’attaquer à la montée de Papayes, décrite par les organisateurs comme le point le plus difficile de la course dans le sens où elle intervient après 28 km de course. C’est en souriant que le Rodriguais est apparu à la tête de cette montée, avant de s’attaquer aux derniers kilomètres. Il s’est même permis le luxe de rallier l’arrivée en sprintant et ce, sous les applaudissements du public. « C’était une course facile. Je me suis très bien préparé, mais de là à terminer premier, je ne m’y attendais pas. Je suis donc très content et surtout très satisfait de ma performance. J’ai pris la tête de la course au 14e km à Mourouk. Si je n’ai rencontré aucune difficulté pendant tout le long du parcours, c’est parce que je suis un habitué de ce genre d’épreuve », confiait-il à la presse.
Grâce à cette performance, André Emilien a gagné un voyage tout frais payé à l’île de La Réunion pour participer, en mai prochain, au trail du Volcan. Vishal Ittoo termina deuxième avec un retard de 15 minutes. Malgré cela, il se disait satisfait de sa course. « J’ai fait une course tranquille et pour la première fois, j’ai eu l’occasion d’admirer le paysage. Je  remercie toute la grande famille du trail ici présent, le comité organisateur et les Rodriguais pour ce très bon moment. »
 Chez les dames, la Française Maud Gobert, championne du monde de trail en 2011, n’a eu aucune difficulté en s’imposant en 4h 19.31 devant la Réunionnaise Fatima Hibon (5h 07.12) et la Rodriguaise Marie James Agathe (5h 09.34). « Il y avait une très belle ambiance, mais aussi une forte chaleur. J’ai donc fait ce qu’il fallait en buvant beaucoup d’eau.  J’ai pris beaucoup de plaisir à admirer le beau paysage et surtout l’attitude des gens dans les villages. C’est dommage que je n’avais pas de bonbons, puisque j’aurais tant aimé m’arrêter pour partager avec les enfants. Cela me donne définitivement envie de revenir l’année prochaine, mais tout dépendra de mon emploi du temps», a-t-elle déclaré.