Le 63e Congrès de la FIFA s’est achevé hier soir au Swami Vivekananda International Convention Centre à Pailles. Ce congrès a été particulièrement marqué par l’adoption des statuts pour renforcer les sanctions dans la lutte contre la discrimination et le racisme.
Lors de son discours en ouverture du congrès hier matin, devant les délégués des 208 associations membres de la FIFA, le président de la FIFA, Sepp Blatter, a souligné « l’importance capitale pour l’ensemble de la communauté du football d’achever notre processus de réforme et améliorer ainsi notre façon de travailler. Nous allons par la même occasion établir de nouvelles normes dans le domaine de la gouvernance du sport. Nous avons connu une période difficile. Le football et ses dirigeants ont traversé de rudes épreuves. »
Le président de la FIFA est également revenu sur l’importance du combat contre la discrimination et le racisme. « Cette année, nous avons assisté à des événements odieux, qui ont semé le trouble dans le football et dans le reste de la société. Je fais ici référence à la politique de la haine : racisme, ignorance, discrimination, intolérance et préjugés. Nous avons tous en horreur cette puissance barbare, immorale et destructrice », a-t-il soutenu.
Sepp Blatter a également fait part de son espoir d’envoyer un message fort aux racistes, grâce à la nouvelle Task Force dirigée par Jeffrey Webb, et à la résolution implacable soumise au vote cette semaine. Le président de la FIFA n’a pas prêché dans le désert puisque lors de l’item 11.2 concernant la lutte contre la discrimination et le racisme durant la première partie du Congrès, les associations membres ont approuvé cette décision.
« C’est un signal très fort que nous avons envoyé aux racistes. Cela démontre que nos réformes apportées commencent à porter leurs fruits », a-t-il remarqué. Ensuite, il a été question de la manipulation des matches. À ce stade, les délégués ont soutenu cette motion pour lutter contre la tricherie. Selon les indications, la FIFA envisage de travailler en liaison avec les gouvernements et aussi avec les autorités policières.
Toujours est-il que la limite d’âge et la durée de mandats n’ont pas été présentées comme une motion. Le congrès a décidé de les renvoyer à 2014, le temps d’étudier en profondeur ces implications. Les délégués ont aussi approuvé les élections des comité d’audit et éthiques, entre autres.
En ce qui concerne le problème de la Fédération palestinienne de football, Sepp Blatter a fait ressortir que la FIFA n’a pas de pouvoir pour régler des problèmes politiques. Il a en revanche demandé au congrès de le mandater pour entamer une mission auprès des autorités concernées. « La Palestine souffre d’une politique complexe de la région. Le football est unificateur. J’espère qu’au prochain congrès une solution sera trouvée », a-t-il déclaré.
Sepp Blatter a par ailleurs remercié les délégués et tous ceux qui ont travaillé pour rendre possible ce congrès. Il a encore une fois déclaré que ce congrès à Maurice était exceptionnel et que c’était un bon choix.