La saison 2014 a pris son envol samedi et c’est l’écurie Gujadhur qui se place d’emblée en tête. Un doublé et la course principale en poche avec Tandragee, quoi de mieux pour commencer la saison 2014. La casaque bleu électrique et écharpe rouge a placé la barre très haut et ses adversaires auront à enclencher les grandes manoeuvres pour rester dans son sillage. Il faudrait aussi souligner la bonne entrée en matière de l’écurie Hurlywood, qui fait aussi bien que la casaque bleu électrique et écharpe rouge en remportant deux courses mais l’une d’entre elles a laissé un goût inachevé. Jean-Michel Henry s’est également bien mis dans le bain tout comme Rousset, Rameshwar Gujadhur et Foo Kune. Seul Merven a manqué à l’appel mais elle saura sans doute se rebiffer dès la semaine prochaine.
La première course principale revint à Tandragee, alors qu’Albert Mooney dut se contenter de la troisième place seulement. L’écurie Gujadhur eut l’insigne honneur de remporter la toute première Hinterland Cup et tout l’état-major de la casaque bleu électrique et écharpe rouge était en état de grâce. On retiendra surtout de cette course que Tandragee confirma son bon état de santé en ce début de saison et qu’Albert Mooney peut invoquer des conditions défavorables pour expliquer sa défaite, même si on pourrait avancer qu’il n’avait pas encore démontré qu’il est de la trempe des meilleurs.
Johnny Geroudis forfait, ce fut Benedict Woodworth qui le suppléa. Après la victoire de ce dernier avec Wieland, les feux étaient au vert pour une belle prestation de la part du favori de l’écurie Rousset. Albert Mooney prit le meilleur départ mais laissa partir Chief Mambo. Noel Callow vint placer Tandragee à l’extérieur d’Albert Mooney et ce fut à cet instant précis qu’Albert Mooney commença à tirer, et ce, jusqu’au bas de la descente. Les supporters du cheval avancèrent, sans doute avec raison, que leur protégé aurait sans nul doute offert une meilleure réplique s’il n’avait pas tiré dans le parcours. Ils trouvèrent aussi que Chief Mambo n’était pas parti assez vite. Ce qui est peut-être vrai si on jette un coup d’oeil sur les premiers 365m, mais il faudrait néanmoins reconnaître que le rythme était assez élevé. On serait plus pour un changement de tactique en ce qui concerne Albert Mooney. Bien souvent, un cheval se montre plus relaxe quand il court seul en tête et Green Keeper ne nous contredira pas. À l’état-major de l’écurie Rousset de voir si un changement de tactique pourrait être profitable.
On savait Chief Mambo plus fit en ce début de saison mais on ne s’attendait pas à le voir se montrer aussi résistant. On ne peut que le féliciter pour cette performance. Liquid Motion eut une course assez difficile et fut forcé à aborder la dernière courbe plus à l’extérieur. Il termina quatrième à un peu plus d’une longueur du vainqueur, tout en rendant du poids à tous ses adversaires. Ce fut une honorable performance. Tout comme pour Casey’s War, qui était en compagnie du champion de 2013 avant d’être débordé à l’approche du but.
Pour revenir à Tandragee, sachez qu’il rendait pas moins de 3 kg à Albert Mooney et 2 kg à Chief Mambo, et que son succès devient encore plus méritant. L’écurie Gujadhur et Noel Callow sont à féliciter pour ce brillant succès.
La journée avait débuté avec la victoire du favori Tornado Man de l’écurie Rameshwar Gujadhur, piloté par Jeanot Bardottier, qui fut irrésistible dans l’emballage final. De cette épreuve, il faudrait reconnaître que Bardottier prit la bonne décision de placer sa monture en troisième position à la corde alors que Miesque’s Wonder avait été lancé pour disputer le commandement à King Fahiem. Sunil Bussunt, le jockey de ce dernier, n’insista pas pour suivre en deuxième position. On remarqua que Lucky Colour avait complètement raté sa mise en action et que Saziwayo suivait en dernière position. Les positions restèrent inchangées jusqu’au dernier virage. Bardottier hésita quelque peu à l’amorce du dernier tournant avant de lancer sa monture vers le milieu de la piste. Sa monture passa à la vitesse supérieure pour laisser ses adversaires se placer pour l’emporter à son aise. Amaphupho versa beaucoup à l’intérieur mais parvint néanmoins à prendre la deuxième place devant Young Roya,l qui termina plaisamment. Par contre, Miesque’s Wonder termina à la peine et ne précéda que Saziwayo à l’arrivée.
Les nouvelles acquisitions de 2014 se firent remarquer dès leur entrée en lice avec Tiger Island qui s’illustra de belle manière et l’inédit Straight Jab qui prit la quatrième place. On savait que ces deux chevaux seraient à suivre au cours de la présente saison mais on ne les pensait pas suffisamment prêts pour se faire remarquer. On notera aussi les bonnes prestations de Meant To Be et Bright And Blue qui coururent en net progrès. Ce furent les bonnes notes de The Elaine Plate. Tiger Island, qui a déjà précédé son compagnon Zambezi Torrent dont on dit le plus grand bien, devrait être un bon atout pour l’écurie Gujadhur. De Straight Jab, on dira qu’il sera sans doute plus à l’aise à partir de 1500-1600m. Il est à noter qu’une objection avait été logée par Cédric Ségéon (City Of Choice) contre le gagnant, mais celle-ci ne fut pas retenue par le board des Racing Stewards.
Course sans problème pour Ryder Cup dans le premier kilomètre du calendrier avec une large domination à l’arrivée. Le poursuivant le plus proche, Night Club, se retrouva à plus de 4 L. On serait tenté de dire que la cause était entendue à l’ouverture des stalles quand Ryder Cup bondit littéralement de sa stalle de départ pour diriger les opérations. La facilité avec laquelle il l’emporta devrait lui permettre de viser plus haut cette saison. Night Club est à créditer d’une bonne course tout comme la nouvelle unité de l’écurie Allet Kapiti Coast, qui termina sur une plaisante note et qui devrait mieux se comporter sur un parcours rallongé à l’avenir. Déception de la part de Kentucky Sheik, de qui on attendait mieux.
Doublé pour Hurlywood mais…
Si la bonne performance de l’écurie Gujadhur n’a rien de surprenant, celle de la nouvelle écurie Hurlywood mérite d’être soulignée car on ne l’attendait pas à pareille fête avec un doublé. Randhir Pertaub a dû apprécier à sa juste valeur sa première réussite comme entraîneur de l’écurie Hurlywood quand Glory Boy se montra beaucoup trop fort pour ses adversaires. Donavan Mansour se permit même le luxe de baisser les rennes avant l’arrivée. C’était la troisième victoire d’affilée de Glory Boy, confirmant à l’occasion qu’il est bien sur la montante. On avait fait de Winged Captain notre favori, mais le cheval de Rameshwar Gujadhur trouva plus rapide que lui en Port Albert. Ce dernier imposa son rythme mais ne put aller jusqu’au bout. Il versa à l’intérieur sous l’effort, incommodant Soaring Free, qui aurait peut-être pu aspirer à mieux. Ce dernier est sans nul doute appelé à aspirer à mieux dans un futur proche. On peut en revanche être déçu de la course de Leo’s Rush, qui ne termina que cinquième, mais disons que l’absence des oeillères pourrait être pour quelque chose. Il faudrait par ailleurs souligner que Storm Alterno démarra avec plusieurs longueurs de retard.
Captain Tempest doubla la mise à l’issue de la 7e course mais cette victoire suscita beaucoup d’interrogations de par la tactique choisie par certains de ses concurrents. En premier, on retiendra celle de Rear Admiral, dont les ordres étaient de prendre les devants mais de ne pas insister si un adversaire voulait mener le peloton. Néanmoins, on fut surpris de voir le gris donner le champ libre aussi facilement à la monture de Donavan Mansour. Il faut souligner que le cheval de l’écurie Rousset dut être constamment repris durant le parcours par la suite (under restraint). Captain Tempest put imposer le rythme à sa guise — il avait fait le plus difficile dans les premiers 500m — avant de sprinter vers le but pour sa première victoire dans cette valeur où il avait échoué en deux occasions auparavant. Posse Comitatus, qu’on avait connu plus rapide au départ, tenta bien de revenir dans les derniers mètres mais il n’en fit rien tout comme Rear Admiral, qui dut se contenter de la troisième place devant Wonderlaine. Déception encore une fois du côté de l’écurie Serge Henry avec Monsieurnando. Il est à noter qu’à l’issue de la course, Ricky Maingard aurait, selon Randhir Pertaub, émis une remarque désobligeante à son égard et a conséquemment rapporté le cas aux Racing Stewards.
Jean-Michel Henry débuta sur les chapeaux de roue avec Maestro’s Salute, qui réalisa le bout en bout dans la huitième course. Mention pour Kevin Ghunowa dont c’était seulement la deuxième victoire au Champ de Mars. Le favori Ruby King, qui avait pris la bonne habitude de courir un peu plus en retrait, d’où ses trois succès, prit un excellent départ pour se retrouver en quatrième position. Il fut visiblement trop proche de la tête de la course, tirant même, et n’eut pas le même rendement en fin de parcours.
Wieland qui résiste jusqu’au bout. On ne s’y attendait pas vraiment, même s’il était considéré comme la deuxième chance de la course après Hot Rocket. En l’absence de Johnny Geroudis, ce fut Benedict Woodworth qui permit à l’écurie championne de 2013 de remporter une course dès la première journée. La Malaisien réalisa une course parfaite dans le sens où il prit un excellent départ pour facilement mener le peloton. Hot Rocket se retrouva en troisième position, barré par Uly, qu’on n’attendait pas à voir courir dans cette position. Wieland continua sur le même rythme avant de peiner dans les derniers 25m. Toutefois, le but arriva à temps pour lui permettre de résister à Arctic Sun qui, il faut le dire, suait beaucoup avant la course. Hot Rocket manqua d’accélération et se fit même devancer par Makes Me Wonder. Uly termina bon dernier.
Ricky Maingard et Robbie Burke s’invitèrent à la fête avec Tube Wave qui sortit une belle accélération le long des barres intérieures pour prendre la mesure de Double Dash, qui avait mis le nez à la fenêtre. Les turfistes se sont sûrement interrogés sur la dernière place du favori Ambassador Rex. Sachez que ce dernier se retrouva pris en épaisseur, cela dû à la tactique choisie par Derreck David sur Eagle Award. On serait tenté de se demander si le Sud-Africain de l’écurie Foo Kune s’est montré bien inspiré en dirigeant sa monture vers l’extérieur alors qu’il y avait de la place à l’intérieur pour placer sa monture.