Battu par Vettel dans le Maiden, Love Struck revient à la charge. Son entraîneur lui fait porter un attache-langue et tout porte à croire que ce harnachement l’aidera à calmer ses ardeurs. On voit retourner la situation en sa faveur.
L’heure est à la revanche du Maiden et cette épreuve se dispute sur 2100m, soit 300m en moins. Si dans le Ruban Bleu l’avantage était du côté de Vettel, ses adversaires, surtout Love Struck et Skippyjon Jones, devraient être mieux servis. Il ne faudrait pas pour autant éliminer Diamond Light et le poids léger Independence qui ose venir se mesurer à un échelon supérieur.
Ce dont on est certain, c’est que c’est Vettel qui devrait animer la course, associé une nouvelle fois à Kevin Ghunowa. Ce dernier s’entend bien avec sa monture et sait comment doser ses efforts malgré un numéro 8 au départ. Il devrait avoir le loisir d’imposer sa loi et n’aura pas d’excuse s’il ne fait pas l’arrivée. Concernant son entraînement, il a été plutôt conservé sur la fraîcheur.
La casaque bleu électrique aligne aussi Dustan, qui fait partie des poids légers de la course. Il a été confié à Girish Goomany car Jeanot Bardottier ne peut monter à 53 kg. Son entourage voit en lui un digne représentant dans le Maiden de 2016, mais il doit d’abord franchir un palier et c’est justement là l’occasion pour lui. Pour Dustan, le fait de retrouver un champ moins fourni est un avantage car cela lui évitera de trop faire les extérieurs en fin de parcours. Reste qu’il sera pour la première fois piloté par son jockey du jour.
Pour en revenir à Love Struck ou Skippyjon Jones, l’effet surprise n’aura pas lieu. On le veut ici parler de Vettel, qui avait été quelque peu oublié le 6 septembre dernier suite à son effondrement total dans le Golden Trophy. Love Struck était trop allant à sa dernière tentative, d’où l’idée de son entraîneur de lui attacher la langue. Le cheval est physiquement au point et on le croit capable d’avoir le dernier mot.
En ce qui concerne Skippyjon Jones, le Maiden fait déjà partie du passé. Les 2100m sont plus dans ses cordes. Swapneel Rama ne pourra pas venir dire que le parcours est trop long ou que Vettel ne peut aller jusqu’au bout de la ligne droite. Il doit monter sa course — un point c’est tout  — pour donner les meilleures chances à sa monture.
Diamond Light avait bien accéléré dans la dernière courbe lors de la 22e journée, mais n’avait pu continuer sur le même rythme. Il avait concédé trop de retard dans la partie initiale alors que le meneur avait imposé un rythme moins sélectif. On l’a vu travailler son endurance ces derniers jours et il peut toujours croire au succès.
Voyons maintenant les chances d’Independence, qui avait mordu la poussière le 19 septembre dernier dans un lot inférieur, mais qui avait ce jour-là pas moins de 61,5 kg sur le dos. Il est allégé de 8,5 kg cette fois parce qu’il vient affronter des chevaux nettement mieux classés que lui. Le fait de recevoir du poids est un avantage certain. Il est  physiquement au point et a très bien travaillé mercredi matin. Toutefois, un doute subsiste quant à sa tenue. Sur 1850m, on aurait dit que ça irait. Mais les 250m peuvent causer un problème, même si le départ sera donné dans la descente. Disons qu’il se présente comme un bon outsider.
Reste Tube Wave, qu’on a connu à un meilleur niveau que ses dernières tentatives. Il s’est déjà montré proche de Diamond Light en 2014. La présente saison l’a montré en baisse et il était à un certain moment question qu’on lui ôte les oeillères. On préfère le revoir. Quant à Ice Axe, c’est une énigme. Un sursaut reste possible, mais une place demeure plus à sa portée.
Pour la victoire, on fait confiance à Love Struck.