celui de Gilbert Rousset une semaine plus tôt. Cet établissement s’est adjugé l’épreuve principale avec Seattle Ice qui étala sa classe pour surprendre les favoris. Avec Rs 571 000 récoltés en terme de gains, Serge Henry gagne un rang au détriment de Patrick Merven qui s’est pourtant tiré d’affaires avec Bali Mojo. Gilbert Rousset et Johnny Geroudis ont consolidé leur leadership grâce au favori Kite Surfer, tandis que Alain Perdrau et Keagan Latham récoltaient leurs premiers lauriers 2013 par l’entremise de How Many To Won. Les autres vainqueurs de la journée se nomment Allet (Isipho) et R. Gujadhur (Beach Club).
Battu de peu par Casey’s War à sa rentrée, Green Keeper faisait figure d’épouvantail dans The Gaëtan Halbwachs Cup, mais la surprise est venue de Seattle Ice. Ce dernier avait effectué une rentrée encourageante lors du premier acte, mais face à ses adversaires du jour, on n’offrait pas cher de sa peau surtout en considérant qu’il avait observé un long repos l’an dernier suite à des ennuis de santé. Mais Seattle Ice confirma qu’il était de grande classe et qu’il était capable d’affronter les meilleurs lorsqu’il évoluait à son top niveau. Et c’est au terme d’une sage course d’attente qu’il vint dominer ses sujets sur la fin. Le champion de l’écurie Rousset passa, lui, complètement à côté de la plaque, prenant la dernière place à l’arrivée.
Chief Mambo se montra le plus rapide au départ, mais il dut fournir un effort pour se placer aux avant-postes vu que Eskimo Roll, qui avait hérité de la première ligne, le fit travailler sur environ 200 mètres. Green Keeper évolua sur l’arrière main du cheval de l’écurie Gujadhur et lorsque ce dernier déboîta au Tombeau Malartic, il se retrouva en troisième épaisseur. On pensait que le favori allait améliorer sa position comme à sa dernière sortie afin de ne pas demeurer en épaisseur, mais ce n’est que lorsque Eskimo Roll disputa le commandement à Chief Mambo que Geroudis fit son move. Cependant, le jockey de l’écurie Rousset n’insista pas et se contenta de suivre à l’extérieur de son compagnon d’entraînement dès qu’Eskimo Roll se porta en tête. Druid’s Moon était quatrième à l’intérieur de Master Mascus, devant Super Storm, alors que Seattle Ice se faisait déborder par From My Heart au bas de la descente. Eskimo Roll tourna en tête dans la ligne droite, mais le manque de compétition joua visiblement contre lui et il fut incapable de passer à la vitesse supérieure. Druid’s Moon, en revanche, refit du terrain à son intérieur et fut le premier à le remonter. Master Mascus, à l’extérieur, vint se mêler à la lutte, tandis que les deux chevaux de l’écurie Rousset plafonnèrent. Seattle Ice qui était toujours bon dernier à l’entame de la ligne droite finale, bénéficia d’une ouverture entre Druid’s Moon et Eskimo Roll. La victoire fut longtemps indécise. Si Master Mascus prit la mesure du cheval de l’écurie Merven à quelques dizaines de mètres du but, Seattle Ice sortit le meilleur coup de reins pour mettre tout le monde d’accord. Eskimo Roll conserva la quatrième place devant From My Heart dont le jockey avait perdu la cravache à 150m de l’arrivée.
Auparavant, Stéphane Ladjadj s’était signalé dans l’épreuve d’ouverture sur Commodore Pete qui confirma qu’il vallait bien plus que la course de ses débuts lorsqu’il terminait à 25L du gagnant Kite Surfer. Commodore Pete se plaça vite dans le sillage de Jack Flash et d’Imperial Palace qui, de leurs premiers couloirs, se livrèrent à une petite lutte pour le commandement. Jack Flash imprima un train régulier avec le représentant de l’écurie Merven sur son arrière-main. Ryder Cup se positionna dans le dos de Commodore Pete et précéda par plus de deux longueurs Glory Boy qui menait le peloton composé de Santos, Tangerine en épaisseur, Double Grip, Zip It et Pride Of Prussia respectivement. Le rythme s’endurcit à 600 mètres de l’arrivée avec l’attaque de Ségeon. David ne se laissa pas faire et insista pour conserver l’avantage de la corde. Commodore Pete se rapprocha vivement à partir de la route, mais son cavalier attendit la dernière courbe pour le solliciter franchement. Ryder Cup était également lancé en épaisseur. Comme attendu, Jack Flash et Imperial Palace s’effacèrent. Commodore Pete mit le nez à la fenêtre en quelques foulées, il repoussa avec une certaine aisance l’assaut de Ryder Cup qui pencha quelque peu à l’intérieur. Glory Boy conclut honorablement pour compléter le podium. Les 1365 furent couverts en 1.22.64. Ce qui constitue un nouveau class record.
Serge Henry est également sorti en piste à l’issue de la deuxième course pour aller accueillir Variant. Ce bai de 5 ans courait toujours après son premier succès sur notre turf, mais il avait bénéficié d’une préparation méthodique avec pas moins de trois barrier trials afin d’améliorer son comportement au départ. Certes, il ne fut pas aussi prompt que Golden Sheik et Ask The Afghan, mais il démontra un joli pas initial pour se placer en quatrième position à l’extérieur de Sunday Monday et à l’intérieur de Mighty Fine. Parti lentement, Fort Stride avait vite recollé au peloton et précéda même Smartelli et Tobeastar. A 400m de l’arrivée, Rakesh Bhaugeerothee laissa filer les rênes à sa monture, mais ce n’est qu’à l’entame de la ligne droite qu’il se mit franchement en évidence. Golden Sheik se montra très accrocheur à la corde, mais le représentant de l’écurie S. Henry se montra plus percutant pour s’imposer par un peu moins d’une longueur.
Isipho à la régulière
Vainqueur sur tapis vert suite à la disqualification de Mc Naught, Isipho s’est imposé à la régulière dans The Jason Espitalier Noël Cup à l’issue d’une sage course d’attente signée Dereck David. Catch The Gers surmonta le handicap de sa huitième ligne pour prendre la direction des opérations après moins d’un furlong. Keep Walking se plaça sur son arrière-main avec Smitten à son intérieur devant Isipho flanqué de Mc Naught, Wing Man, Deux Fabuleax, Horay Henry, Mr Oshkosh et King Tut respectivement. Nullement inquiété, Catch The Gers régla le train à sa guise pour aborder le dernier tournant avec encore plein de gaz. David songea initialement de lancer sa monture à l’extérieur de Smitten lorsqu’il remarqua que ce dernier avait frôlé les barres intérieures en plusieurs occasions, mais il opta finalement pour l’intérieur après que le représentant de l’écurie R. Gujadhur eut quitté la corde dans la dernière courbe. Mc Naught et Deux Fabuleax étaient lancés au milieu de la piste, mais ne furent pas en mesure de prolonger leurs efforts jusqu’au bout. Catch The Gers se montra très accrocheur, mais Isipho sortit le meilleur finish pour forcer la différence sur la fin. Wing Man refit quelque peu de terrain sur le tard pour compléter le podium. Après avoir revisionné le film de la course, on pouvait constater que ses oeillères s’étaient déplacées et qu’il pouvait donc voir de l’oeil droit. Ce qui explique certainement que Wing Man heurta les barres intérieures sur la fin.
Revoilà Bali Mojo, serait-on tenté de dire ! Après une rentrée discrète, cet élève de Patrick Merven montra son meilleur visage en prenant la mesure d’un des favoris, Days Of Yore, au finish. Cédric Ségeon mit à profit sa première ligne pour s’emparer de la tête dès les premières encablures. Moins rapide, Juan Belmonte fut sollicité pour lui disputer le commandement dans la courbe. Le jockey de l’écurie Merven n’insista pas et laissa partir la monture de Gundowry dans la descente. Joyful se rapprocha pour se placer sur l’arrière-main du leader qui réduisit quelque peu l’allure. Ce qui fit que Days Of Yore qui suivait dans le dos du futur gagnant, se montra ardent. Le rythme s’endurcit à la rue du Gouvernement avec Joyful qui mit sous pression Juan Belmonte. Gaëtan Faucon déboîta sa monture au poteau des 400m et il attaqua franchement Juan Belmonte et Joyful à l’entrée de la ligne droite finale. Shakleton s’amena en épaisseur, tandis que Bali Mojo bénéficia d’un boulevard à la corde. Une belle empoignade s’ensuivit entre Faucon et Ségeon, mais Bali Mojo se montra plus combatif cette fois et prit la mesure de Days Of Yore à mi-ligne droite avant de conserver l’avantage jusqu’au bout. A noter que Massive Impact avait été retiré de la course sous l’ordre du Dr Christian Bourdet après avoir chuté dans le paddock. Les mises sur la nouvelle unité de l’écurie Foo Kune furent donc rembousées, tandis que 2 sous pour chaque roupie furent déduits sur les gains du cheval gagnant.
The Paul Langlois Cup livra l’arrivée la plus pointue de la journée. On dut avoir recours à la photographie qui donna raison à How Many To Won d’un nez devant le favori Captain Vedici. C’était surtout la première victoire 2013 de l’écurie Perdrau et celle de Keagan Latham sous ses nouvelles couleurs. On s’attendait à voir Danger Man ou Captain Vedici aux commandes, mais c’est How Many To Won qui prit les devants après avoir contourné le favori peu après le premier passage du but. Halabaloo était quatrième côté corde devant Tamworth et Bayard respectivement. Une fois les choses en main, Latham prit le soin de laisser souffler sa monture au maximum. Halabaloo déboîta au bas de la descente, mais il fut contraint d’aborder le dernier virage en épaisseur. Captain Vedici accrocha le leader à l’entame de l’ultime ligne droite, laissant présager une victoire facile. Cependant, une fois le nez à la fenêtre, le coursier de l’écurie S. Henry perdit sa combativité. On devait apprendre après la course que le cheval avait passé sa langue en dessus de son mors. How Many To Won en profita et maintint le rythme sous la conduite de Latham pour reprendre l’avantage dans les dernières foulées.
Kite Surfer sauve les meubles
Battu sur le favori Green Keeper dans l’épreuve phare, Johnny Geroudis n’a pas laissé passer sa chance sur Kite Surfer qui enregistra sa deuxième victoire consécutive en autant de sorties et qui permit à l’écurie Rousset de conserver sa belle série. De sa première ligne, Kite Surfer n’eut aucune peine à prendre la direction des opérations. Rock This Town qu’on attendait à la lutte pour le commandement, prit du temps à se mettre en action et dut fournir un gros effort pour se rapprocher en épaisseur avant de se placer sur l’arrière-main du meneur au Tombeau Malartic. Ball Park était installé en deuxième position à l’intérieur de Campus devant Mobschief qui condamna Cirac et Hopes And Desires en épaisseur. Captain James Cook ne précédait que Dupont Circle. Les choses se précisèrent avec l’attaque de Campus en épaisseur dans la dernière courbe. Cependant, le coursier de l’écurie Foo Kune ne fut pas en mesure de prolonger son effort jusqu’au bout. Ball Park en revanche, profita de l’écart du favori pour plonger à la corde. En quelques foulées, il prit l’avantage. Cependant, il pencha sur sa droite, forçant Cédric Ségeon à changer sa cravache de main. Malgré cela, il continua à verser à l’intérieur et il ne put être assisté comme il se doit par son cavalier. Kite Surfer dérivait, lui, sur sa gauche, mais lorsque Geroudis utilisa le bâton, il remit la tête à l’ouvrage pour reprendre l’avantage.
Après avoir ouvert son compteur avec Baynesfield une semaine plus tôt, l’écurie Rameshwar Gujadhur a remis ça avec Beach Club qui participait à l’épreuve de clôture où les parieurs avaient fait de Shahrukh leur favori. De course, il n’y en eut finalement point, car Beach Club eut le loisir de dicter son propre rythme pour ne plus jamais être rejoint. Il faut dire que le mauvais départ de Southern Heights a facilité la tâche du vainqueur, car de sa première ligne, le véloce coursier de l’écurie Perdrau aurait pu mener la vie dure au pensionnaire de Rameshwar Gujadhur. En l’absence d’opposition, Beach Club ne partit pas sur des bases élevées et lorsqu’il lança le sprint, aucun de ses adversaires ne fut en mesure de le remonter. Vu le manque de rythme, Shahruhk s’était, lui, montré ardent côté corde au milieu du peloton et son finish s’était avéré insuffisant pour inquiéter le vainqueur. Sylvester qui était également chuchoté, ne fut pas en mesure de jouer un rôle intéressant, mais il faut dire qu’il n’a pas obtenu une ligne droite des plus limpides.