Pas moins de quatre doublés ont été réalisés hier. Le premier de Joorawon pour le compte de deux entraînement différents, mais aussi ceux de Merven, Allet et Gujadhur avec deux différents jockeys chacun. Grâce à ces nouveaux succès, Rye Joorawon prend seul la tête du classement avec 7 réalisations, tandis que Bardottier rejoint Lerena au niveau des 5 victoires. L’épreuve phare de ce rendez-vous qui constituait la première manche des 4-ans, fut remportée par Kremlin Captain, entraîné par Ramapathee Gujadhur, qui ne se laissa pas impressionner par les mieux classés en dominant au finish le régulier et courageux Nordic Warrior.
Tout était ficelé par Ramapathee Gujadhur afin que Kremlin Captain participe à la première manche du championnat des 4-ans. Une victoire acquise deux semaines plus tôt en C6&7 (B41) lui permettait de gagner quatre points, suffisants pour être éligible de participer à ce Groupe 3 qui accueillait les chevaux détenant un Rating de 40 ou plus. L’entraîneur n’avait d’ailleurs pas caché ses ambitions et il avait annoncé qu’il allait confier cette monte à un light weight jockey — Derreck David avait été cité dans un premier temps — vu que Bardottier ne faisait pas le poids à 53kg. Après son premier succès, ce fils de Captain Al était dans une condition nettement améliorée même s’il n’arborait pas encore sa belle robe de l’an dernier. Vu la présence des véloces Reim et Captain Magpie, tous pensaient que Nordic Warrior aurait à faire un effort pour conserver sa position tête et corde, mais en jenant un coup d’oeil au chronomètre, on réalisa qu’il le fit sans sortir de son pas. Captain Magpie n’insista que sur une centaine de mètres avant de se placer tranquillement dans le dos du meneur. Reim qui avait hérité d’une ligne extérieure, améliora graduellement son rang avant de se retrouver sur l’arrière main de Nordic Warrior aux abords du Tombeau Malartic et Bardottier se contenta de cette position. Dans la descente, le meneur durcit l’allure. Dans la dernière courbe, il était toujours en main, tandis que les deux chevaux de Ramapathee Gujadhur étaient déjà mis sous pression. Davy Bonilla ne s’était toutefois pas encore donné à fond. Il attendit les derniers 150m pour le faire. Aidé de son poids plume, Kremlin Captain grignotta du terrain à vue d’oeil pour remonter Nordic Warrior qu’il domina par un peu plus d’une longueur. Le malheureux de la course se nomme Kimberly Al qui vit l’ouverture entre Roman Manner et Captain Magpie se refermer devant lui à mi-ligne droite. En ce qu’il s’agit de Reim, il n’était visiblement pas fin prêt. Malgré son lourd handicap et sa septième ligne, il fut crédité d’une performance honorable en attendant la Duchesse où ses ambitions seront certainement revues à la hausse.
L’entraînement Gujadjur doubla la mise avec O’Chee Pan qui effectuait son baptême du feu sur notre hippodrome. Ce bai de 4 ans devenait le premier du contingent de nouveaux à s’imposer cette saison. Bardottier ne fit que placer sa monture dans le dos d’Act Of Valor qui fut le plus rapide au départ avant de se faire déborder par Even Chance. Ce dernier dut toutefois faire un effort afin de pouvoir adopter sa tactique favorite et il le paya sur la fin face à O’Chee Pan et Cools Style en fin de parcours. Act Of Valor qui était donné comme le favori, confirma qu’il ne possédait pas assez de tenue malgré son gabarit. Al Mahara eut un parcours exécrable en épaisseur tout comme Midnight Master qui fut bousculé dans la descente avant de buter suite à une série d’incidents qui démara avec Act Of Valor. Bonne fin de course de Gharbee qui vint coiffer Smitten pour la quatrième place.
Doublé de Joorawon
L’épreuve d’ouverture fut marquée par le retrait de Van Der Scaler qui s’était cambré dans sa stalle quelques secondes avant que le juge du départ n’ait lancé le go. Le représentant de l’entraînement Gujadhur se retrouva à terre pendant quelques secondes et il débattit lorsqu’un handler ouvrit manuellement la stalle Bongo Beat, qui lui marcha probablement dessus, lançant quelques coups vers la monture d’Oodith et celle de Bonilla qui était dans le troisième couloir. Jeanot Bardottier se démena pour s’extirper sans et sauf du premier couloir. Lorsque Van Der Scaler fut dégagé, Dr Christian Bourdet examina Don’t Tell Mama, puis moins longuement Bongo Beat afin de s’assurer que ces deux coursiers ne furent pas touchés lors de cet incident. Ce retrait eut probablement une incidence sur la course, car Van Der Scaler aurait été capable d’insisté de sa première ligne et de mené la vie dure à Don’t Tell Mama qui avait vite fait de déborder Bongo Beat pourtant plus rapide avant d’imprimer un train relavivement lent. Power Dive surmonta le handicap de sa ligne extérieure pour se porter sur le flanc du meneur qui lança le sprint à 600 mètres de l’arrivée. A ce moment de la course, on savait que la tâche des finisseurs allait être compliquée. Effectivement la victoire se joua entre les deux chevaux de tête, mais c’est Power Dive qui eut le dernier mot à l’issue du meilleur finish. Même s’il ne put inquiéter le vainqueur, Fyrkat confirma qu’il est meilleur au finish et que la tactique employée la dernière fois était peu judicieuse et méritait probablement d’être questionné.
Joorawon doubla la mise et enregistra sa cinquième victoire consécutive grâce à Why Worry. Si ce dernier était un outsider, sa victoire ne constituait pas une surprise dans la mesure où il avait réalisé une reprise remarquée, terminant à moins de 3L du vainqueur bien qu’il fut incommodé dans l’emballage final. Cette fois, il suivit en one off au milieu du peloton avant de faire l’effort dans la dernière courbe. Il accrocha d’abord Phiri E Kwatile qui avait toujours été aperçu sur l’arrière main du meneur avant de dominer ses sujets avec une certaine autorité. Le favori Eagle Award ne put faire mieux qu’une troisième place. Arabian Empire qu’on espérait retrouver au sein du peloton de tête, opta pour la course d’attente après un mauvais départ et ne put jamais quitter les derniers rangs.
Streetbouncer sans opposition
Après trois semaines sans, Darryl Holland a retrouvé le sourire grâce à Streetbouncer. Ce dernier était donné comme grand favori en l’absence de son récent vainqueur et il ne laissa pas passer sa chance, inscrivant même un nouveau class record malgré la présence des false rails à 2M50. En effet, il boucla le kilomètre en 56.57, améliorant la marque de Hail Atlantis par 3 centièmes. De sa première ligne, le représentant de l’entraînement Allet s’élança en tête facilement et dicta son propre rythme sans être inquiété avant de se détacher irrésistiblement dans la ligne d’arrivée. Son compagnon d’entraînement Prince Paseo, duquel on attendait une performance significative sur son parcours de prédilection, ne fut jamais en mesure de faire sentir sa présence. Mais il faut dire que dans le rond des présentations déjà il n’était pas à l’aise dans sa démarche. Le rapport du vétérinaire indique qu’il boitait bas après la course.
Vincent Allet doubla la mise, pas avec le récent vainqueur Rasheed, mais par l’entremise de Master Mascus qui était confié à Sunil Bussunt. L’évolution du betting était une indication claire des intentions de l’état major, puisque la cote de la doublure passa de Rs 1500 à Rs 700, tandis que celle de Rasheed connut une courbe contraire passant de Rs 400 à Rs 820 pour une mise de Rs 100. Rasheed se montra plus ardent que la dernière fois sur la partie initiale, mais il se retrouva plus en retrait dans la dernière courbe — la dernière fois le champ n’était composé que de six chevaux —, mais n’accéléra pas comme prévu. Master Mascus imprima, lui, une allure régulière et alors que Posse Comitatus l’accrocha à l’entrée de la ligne droite, il accéléra à nouveau pour s’imposer d’une encolure. Bottom Dollar suivit dans une position plus rapprochée que d’habitude et forcé en épaisseur dans la dernière courbe, il ne fut pas capable de produire son finish habituel. Not Liable fut malchanceux, car il n’obtint pas le passage entre Gray’s Champ de Rasheed dans la ligne d’arrivée. Cependant, il ne parraissait pas être en mesure de pouvoir inquiéter le vainqueur. Après la course Jean Michel Henry rapporta Rehaze Hoolash pour ne pas avoir suivi ses instructions. Les ordres étaient de suivre en mid-field vu qu’il trouve que le cheval a tendance à se désintéresser de la course lorsqu’il est trop en retrait. Effectivement après deux furlong, Ghost Dog était déjà décroché, mais il termina en force pour s’approprier la cinquième place. L’enquête a été ajournée à mardi vu que Sherman Brown, qui a été appelé comme témoin par Hoolash, avait déjà quitté l’hippodrome.
Makes Me Wonder surprend Dustan
Sur le papier, il était difficile de pronostiquer contre Dustan dans The Norbert Poupard Cup. Si on aurait préféré plus long pour le sujet de Shailesh Ramdin, on estimait qu’avec la présence de plusieurs chevaux rapides, il pourrait faire la différence au finish, mais c’était sans compter avec la fameuse incertitude du turf une nouvelle fois. Après avoir débordé Makes Me Wonder sur le premier furlong, Aspen Emperor fut taquinné par Lion’s Print qui n’insistait plus au poteau des 1200m. Jeanot Bardottier prit le soin de se placer dans le dos du meneur. Ce dernier put souffler dans la descente avant d’accélérer à nouveau à 600 mètres de l’arrivée. Dustan était à l’intérieur de Parceval et dut être sollicité afin de ne pas se laisser décrocher. Le favori attendit la ligne droite finale pour amorcer son attaque. Brown dirigea sa monture à l’extérieur de Makes Me Wonder, mais au même  moment, ce dernier se décalait derrière Lion’s Print. Dustan fut ainsi contraint de contourner How Many To Won également. Brown se démena comme un beau diable, mais le but arriva trop tôt pour lui, mais à temps pour Rama sur Makes Me Wonder qui en profita pour enregistrer sa deuxième victoire consécutive. Dans la chambre des commissaires, on aurait eu vent que la GRA compte, durant la semaine, demander des explications sur la course de ce favori. Certes, il y a eu cet incident dans la ligne d’arrivée qui a probablement coûté la victoire à Dustan, mais les pressions externes ne sont pas justifiées dans ce cas présent et cela ne mérite visiblement pas une enquête plus approfondie.
En s’imposant sur le favori Max Rapax dans l’épreuve de clôture, Derreck David est venu mettre fin à des rumeurs selon lesquelles le torchon brulait entre le jockey sud-africain et son employeur. Cette course ne fut qu’une simple formalité pour le favori qui surclassa le lot, à l’issue d’une sage course d’attente de David. Rax Rapax s’imposa par 2.80L et offrit à Gilbert Rousset sa quatrième victoire de la saison.