Les Championnats d’Afrique U15 de badminton sont de retour à Maurice sept ans après. Cette 7e édition prévue du 1er au 10 août, devrait accueillir la plupart des meilleurs badistes de la catégorie, nous dit Raj Gaya, vice-président de l’Association mauricienne de badminton (AMB). Mais des surprises ne sont pas à écarter, compte tenu de la progression affichée par les pays nord-africains ces dernières années dans divers championnats et tournois continentaux.
Maurice aura à défendre ses deux titres obtenus en 2015 au Caire dans le tournoi par équipes mixtes et en double garçons, ainsi que trois médailles d’argent et une de bronze. À ce jour, sept pays ont d’ores et déjà confirmé leur présence, à savoir l’Égypte, l’Algérie, l’Ouganda, l’Afrique du Sud, la Namibie, les Seychelles et Maurice, évidemment. Les quatre premiers cités sont des pays phares du badminton continental, Maurice également. D’autres pourraient d’ici quelques jours confirmer leur participation, bien que le délai d’inscription se soit déjà écoulé. Ce nombre pourrait atteindre une dizaine, tel que c’est attendu.
Pour l’heure, le groupe de 20 joueurs duquel a émergé une présélection de 12 badistes s’entraîne sérieusement en cette période de vacances scolaires. Ce groupe a été placé depuis le début de l’année sous la coupole de Sandy Gaya, l’épouse du vice-président de l’AMB. Jusqu’en 2009, elle faisait partie de l’équipe nationale féminine d’Égypte.
De plus, les badistes étrangers qui seront présents devraient prolonger leur séjour à Maurice en s’alignant, une fois les Championnats d’Afrique terminés, aux Internationaux de Maurice juniors, tournoi qui servira de qualification pour certains pays en vue des prochains Jeux Olympiques Jeunes prévus du 6 au18 octobre 2018 à Buenos Aires (Argentine) et pour lesquels Maurice s’est vu accorder une wild card, le bénéficiaire étant Alexandre Bongoût. Ces Internationaux juniors étaient déjà inscrits au calendrier d’activités de l’AMB quand celle-ci a appris, il y a environ deux mois, qu’elle bénéficierait d’une invitation spéciale pour Buenos Aires.
Pour en revenir aux Championnats d’Afrique U15, il faut savoir que le tournoi fut introduit en 2007 pour promouvoir le niveau chez les jeunes. Plusieurs joueurs qui y ont émergé ont intégré depuis l’élite africaine, parmi la Mauricienne Kate Foo Kune, qui devint d’abord championne d’Afrique juniors du simple dames en 2011, puis championne seniors en 2013. Elle est devenue depuis lors la n°1 Africaine du simple dames. La Congolaise Devins Nestar Mananga Nzoussi avait été elle aussi à l’avant-plan en U5 lors de l’édition 2012 au Cameroun, avant de participer en 2014 aux Jeux Olympiques Jeunes à Nankin en Chine.
Si Maurice avait fait pâle figure à la découverte du tournoi qu’elle organisait en 2010 avec la génération composée, entre autres, des Julien Paul, Aurélie Allet, Raessah Rassoolkhan, Shama Sandooyea et Rhea Dokhee, elle s’est depuis toujours distinguée aux éditions suivantes. En 2012 à Yaoudé au Cameroun, elle avait obtenu trois médailles d’or, deux d’argent et une de bronze, dont les titres du simple garçons par l’entremise de Kounal Subbaroyan, ainsi que le double hommes et le double mixte.
En 2014, elle revenait de Kampala, Ouganda, avec huit médailles, dont l’or du double hommes du tournoi individuel, ainsi que cinq médailles d’argent et deux de bronze. Puis en 2015 au Caire (Égypte), elle avait décroché l’or par équipes pour la première fois en battant 3-1 en finale l’Algérie, après avoir dominé l’Ouganda en demi-finale. Au final, Maurice termina en tête du tableau des médailles en accrochant également l’or du double garçons par l’entremise du tandem Alexandre Bongoût-Harsh Jankee, et trois médailles d’argent en simple garçons, double filles, double mixte et une de bronze en double mixte.