La région est totalise 149 974 électeurs pour les circonscriptions N° 8, 9 et 10 — Quartier-Militaire/Moka, Flacq/Bon-Accueil et Montagne-Blanche/GRSE. Cinquante-sept bureaux de vote accueilleront les électeurs souhaitant accomplir leur devoir civique. Outre quelques remous, tel le parachutage de dernière minute de Pratibah Bholah, ex-MSM passée au PTr, des allégations de corruption à l’encontre d’Indira Seebun (PTr) et une alerte cardiaque pour « le roi de l’Est » Anil Bachoo, la campagne s’est déroulée dans un calme apparent. L’attention ces deux prochains jours sera bien entendu braquée sur le duel mettant aux prises Pravind Jugnauth, leader du MSM, et son oncle Ashok Jugnauth, qui a viré au rouge…
Aucun incident à déplorer dans la circonscription N° 8 lors de cette campagne électorale malgré l’animosité qui perdure entre les deux chefs de file des deux alliances. Les partisans de l’Alliance Lepep se sont souvent déplacés aux rassemblements conduits par les candidats Pravind Jugnauth, Leela Devi Dookun-Luchoomun et Yogida Sawmynaden. On n’oubliera certainement pas celui de Camp-Thorel où SAJ a été accueilli par des partisans très en verve. Les candidats de ce bloc sont d’ailleurs catégoriques dans leurs discours : « Lepep deryer nou lalyans » et « Bizin sanzman ». Ils ne ratent aucune occasion de soutenir que deux candidats de l’alliance PTr/MMM, Ashok Jugnauth et Pratibah Bholah, sont des transfuges du MSM.
Pour leur part, Ashok Jugnauth, Pratibah Bholah et Sanjeeven Permal du PTr/MMM ont également été actifs sur le terrain, participant à des heures tardives à des réunions, même si la pluie a joué au trouble-fête la semaine dernière. Alors que deux congrès du PTr/MMM ont dû être annulés, celui de Quartier-Militaire s’est déroulé en présence des leaders Navin Ramgoolam et Paul Bérenger. Les candidats de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité jouent surtout la carte de l’unité nationale, incitant l’électorat à infliger une cuisante défaite à leurs adversaires. Il est même question de donner « une bonne correction » et « d’enterrer la carrière politique » de Pravind Jugnauth lors de cette joute électorale.
Dans la circonscription N° 9, le duel au sommet mettant aux prises le chef de file de l’alliance PTr/MMM, Anil Bachoo, et l’ancien commissaire de police Raj Dayal, candidat de l’Alliance Lepep, s’était fait déjà ressentir dès le coup d’envoi de la campagne électorale. Les attaques les plus acerbes étaient essentiellement centrées sur ces deux têtes affiches. Les thèmes « Bachoo so kass santi koltar » et « Dayal so kass santi kanf » ont été les leitmotivs des rassemblements dans cette circonscription englobant Poste-de-Flacq, Queen-Victoria, Saint-Julien et Brisée-Verdière, entre autres.
Le ministre des Infrastructures publiques et chef de file de l’alliance PTr/MMM dans la circonscription N° 9, Anil Bachoo, s’est fait une frayeur en pleine campagne électorale. Après une réunion politique nocturne le mardi 25 novembre, il a été victime d’un malaise. Sa garde rapprochée devait immédiatement prendre les dispositions pour le transférer d’urgence au centre hospitalier de Flacq avant qu’il n’obtienne sa décharge le lendemain. Depuis cet épisode, les rumeurs vont bon train concernant les raisons ayant provoqué le malaise de Bachoo…
Au N° 9 toujours, l’Alliance Lepep, avec ses trois candidats Raj Dayal, Raj Rampertab et Pradeep Roopun, avait annoncé la couleur à Flacq le 19 novembre, pour donner un coup d’accélérateur à la campagne en présence des principaux leaders, dont SAJ. La réplique n’avait pas tardé à venir avec une démonstration de force de l’alliance PTr/MMM dès le lendemain à Lallmatie avec les leaders Navin Ramgoolam et Paul Bérenger.