Revenue à la vie après presque deux années (2011 et 2012) de l’éthargie, la Fédération mauricienne de Natation a certes repris sa place au sein du paysage sportif mauricien, mais aussi petit à petit dans le Week-End Hit Parade des Fédérations. De la 14e place pour son retour au sein de ce classement l’année dernière avec 0.5 point, la FMN a fait un bon spectaculaire pour se retrouver aujourd’hui à la 8e place pour 2.5, soit 2 points de mieux par rapport à son classement de l’année dernière. Dans un classement à 10 points, une note additionnelle de 2 points prend toute son importance quand la FMN se retrouve avant des fédérations comme le tennis de table, le triathlon ou le cyclisme.
Faut dire que cette année, la FMN a surtout été prolifique au niveau des résultats, pas de l’ensemble de ses nageurs, mais de quelques éléments en particuliers qui permettent aujourd’hui à la FMN de mieux se placer. Dans le top liste de ces nageurs qui portent haut les couleurs de la natation mauricienne figure un certain Bradley Vincent qui a  affolé tous les chrono cette saison. Depuis Christophe Lim, la natation mauricienne n’avait pas encore retrouvé un sprinter de talent et surtout rempli de potentiel, y compris celui de gagner une qualification pour les Jeux Olympiques de Rio. De 52.76s en 2013 son chrono sur 100m nage libre est passé à 50.52s durant cette saison, réussie lors des Jeux du Commonwealth.
Comme Bradley Vincent, il y aussi la jeune génération de nageurs de club ou qui s’entraînent avec le Directeur Technique National (DTN), Philippe Pascal, avec le soutien du TFES qui a tenu la dragée haute lors des Jeux d’Afrique de la Jeunesse avec notamment Elodie Poo Cheong qui, à elle seule, a gagné 4 médailles d’argent et le bronze du relais 4x50m. Sans compter la razzia de médailles qu’il y a eue lors des Championnats d’Afrique de la Zone 3-4 en Zambie.
Autant dire qu’au niveau des structures, la gestion est pour le moins saine, même si c’est désormais une certitude qu’un renouvellement des nageurs est plus que nécessaire et que les clubs, friands des couloirs pour se faire de l’argent, doivent être plus participatifs au niveau de la pépinière. Le fameux projet de la natation pour tous promis par Harold Lai lorsqu’il est arrivé à la présidence de la FMN n’a jamais vu le jour et doit-on alors s’étonner que des clubs n’ont même pas participé aux championnats nationaux d’été. Si la natation avec la mise en place de la structure TFES laisse à penser que c’est une discipline qui marche toute seule. Tel n’est pas le cas, cette fédération est sans doute rongée par des problèmes internes et d’égo.
Un bon point pour la FMN qui a organisé, même dans des conditions difficiles, toutes ses compétitions. Mais elle gagnera à être plus au point au niveau de la communication et surtout plus inventive pour la saison 2015.