La jeunesse de l’océan Indien, soit les moins de 17 ans, sera réunie pour la grand-messe sportive, cette semaine ( du 9 au 16 juillet), à l’issue des 8es Jeux de la CJSOI (Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien) qu’organiseront les Comores. Une première pour l’archipel après l’échec d’organiser les deuxièmes Jeux en 1997 pour des raisons politiques. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces Jeux se tiendront dans la plus grande simplicité comme en témoigne du reste le nombre de disciplines sportives inscrites aux Jeux (athlétisme, football féminin et basket-ball masculin). Idem pour le volet jeunesse qui se déclinera en trois activités seulement (musique et orchestre, peinture et Assemblée de la Jeunesse).
Les 8es Jeux de la CJSOI ne seront pas comme les précédents et les athlètes en sont conscients.  Le ministre de la Jeunesse et des Sports, aussi bien que les différents responsables de fédération ont mis les athlètes devant les faits, à plusieurs reprises et récemment, lors du grand rassemblement tenu au Casela. Car ces Jeux ne seront certainement pas des Jeux Cinq étoiles et ce, en raison des moyens limités des Comores. Il n’empêche que les organisateurs y ont mis beaucoup de coeur dans l’organisation de cet événement, afin de faire de cette huitième édition une réussite, notamment au niveau de l’accueil. Les Comoriens miseront beaucoup sur cet aspect, afin de compenser leur manque de moyen.
Il faut cependant dire que les choses n’ont pas été faciles pour les Comores, car la CJSOI a été très exigeante envers les organisateurs. Car il n’était surtout pas question de voir ces huitièmes Jeux annulés comme en 1997. Il n’empêche que les Comoriens ont fait preuve de persévérance et de détermination, afin d’obtenir la confiance des membres de la CJSOI. Plusieurs visites y ont été organisées dans l’archipel et le dernier déplacement en date, soit le mois dernier, effectué par le secrétaire-général de la CJSOI, à savoir le Mauricien Ram Lollchand, a laissé entrevoir une lueur d’espoir et ce, même si quelques petits soucis subsistaient toujours, plus précisément au niveau des infrastructures.
Dans l’ensemble, la majorité des travaux entrepris a été bouclée, à Moroni, comme sur l’île d’Anjouan, située à 25 minutes de vol de l’île Grande Comores. On peut même avancer que les Comoriens, surpris il y a quelques semaines par de grosses inondations, ont pu tout mettre en oeuvre pour combler leur retard. Cela à la satisfaction de Ram Lollchand, lequel a même eu des garanties auprès du directeur du Comité organisateur des Jeux, nommément Madiane Issa, que les travaux seront prêts à temps, plus précisément au stade de Moroni où se tiendra, demain après-midi, la cérémonie d’ouverture. Une cérémonie haut en couleur mettant en valeur les richesses culturelles de l’archipel. Une cérémonie protocolaire est aussi prévue simultanément au gymnase Missiri d’Anjouan à l’intention des basketteurs et officiels qui  résideront sur l’île en raison de la compétition de basket-ball masculin.
Conditions d’hébergement correctes
Pour ce qui est du stade de football situé à l’Académie nationale du Football, à Mitsamiouli, où se jouera le tournoi de football féminin à sept, on peut avancer qu’il n’y aura pas de gros problème. Car selon Ram Lollchand, les joueuses seront logées dans de bonnes conditions dans les dortoirs de ce centre construit par la FIFA (Fédération internationale de Football Association) dans le cadre du GOAL Project. Des toilettes additionnelles, aussi bien que des douches ont été installées, alors que des cloisons devaient être placées dans les dortoirs.
En parlant d’hébergement toujours, Ram Lollchand a précisé que les athlètes et officiels n’auront pas trop à se plaindre puisque les organisateurs ont fait les arrangements nécessaires pour que tout le monde soit logé dans de bonnes conditions. C’est ainsi que les filles en athlétisme, aussi bien que les participants au volet jeunesse seront les mieux lotis, étant logés au Retaj Hotel (ex-Novotel). Les garçons en athlétisme seront hébergés à Les Arcades, alors que le personnel médical résidera à La Grillade. Les basketteurs seront eux à l’hôtel Johana Livingstone sur l’île d’Anjouan.
Pour ce ce qui est des arrivées dans l’archipel, il convient de souligner que ce sont les Djiboutiens qui étaient attendus en premier, jeudi, avec une délégation forte de 26 personnes, soit la plus petite des sept pays participants. Les Réunionnais (61 personnes) était attendus vendredi, alors qu’une partie de la délégation mahoraise de 48 personnes était attendue jeudi. Le reste de la délégation doit arriver aux Comores aujourd’hui. Idem pour les Malgaches (68 personnes), dont la deuxième partie de la délégation posera ses valises à Moroni demain. Comme indiqué plus haut, les délégations mauriciennes (65 personnes) et seychelloises (61 personnes), qui ont voyagé ensemble sur un vol spécial, sont arrivées à Moroni hier.
Par ailleurs, le président du CIJ (Conseil international des Jeux des Iles), le Réunionnais Jean-François Beaulieu, est arrivé vendredi, alors que le secrétaire-général de la CJSOI, Ram Lollchand, est, lui, sur place depuis jeudi dans le but d’épauler les organisateurs pour faciliter l’arrivée des délégations. Le secrétaire-général de la CONFEJES (Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la francophonie), le Mauritanien Youssouf Fall, fera également le déplacement aux Comores pour assister à ces Jeux et est attendu aujourd’hui.