Les Seychelles accueillent dans une semaine les 8es Jeux des Îles de l’océan Indien. Une manifestation que l’archipel organise pour la deuxième fois, après l’édition de 1997. Les autorités seychelloises ont pris toutes les dispositions pour que cette grande fête se déroule dans les meilleures conditions et pour que les athlètes et dirigeants feel at home.
Le cadre se prête beaucoup plus à des vacances qu’à l’organisation d’une compétition sportive. Aux Seychelles, la mer bleu turquoise et le soleil invitent au farniente. Mais les Seychellois sont aussi connus pour leur sens de l’organisation. Ils l’ont prouvé en orchestrant de beaux Jeux en 1993, mais aussi ceux de la CJSOI (Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien) en 1999 et 2006.
Pour les 8es JIOI, le gouvernement du Président James Michel n’a pas hésité un seul instant à injecter la somme de 254 millions de roupies seychelloises (635 m en roupies mauriciennes). À partir de là, les grandes manoeuvres ont été enclenchées. Les Seychelles ont aussi pu compter sur le soutien indéfectible de la Chine et de pays amis arabes pour compléter le budget de l’organisation. Les travaux de rénovation pouvaient alors démarrer…
Aménagement
Lors de la dernière réunion du CIJ (Conseil international des Jeux des Îles), tenue au début du mois d’avril dernier à Mahé, les organisateurs ont donné entière satisfaction aux délégués des autres pays présents. Le représentant mauricien à ce conseil, Vivian Gungaram, avait alors déclaré : “Nous sommes rassurés par rapport à l’organisation et la mise en place. Le COJI Seychellois a démontré dans une très large mesure aux membres du CIJ toute son organisation. Maintenant, il s’agit de voir dans la pratique comment les choses vont évoluer pendant les Jeux. Sur ce chapitre, je fais pleinement confiance aux Seychelles et au Commissaire Général, qui a une bonne expérience en la matière”.
À l’époque, le seul souci de Vivian Gungaram demeurait le Village des Jeux, situé sur l’île artificielle Persévérance. Il craignait que les travaux d’aménagement ne prennent pas fin à temps. Selon nos dernières informations toutefois, les choses ont beaucoup évolué et les athlètes devraient bénéficier de bonnes conditions d’hébergement.
Au niveau des infrastructures sportives, les Seychelles sont prêts à accueillir les compétitions dans les douze disciplines sportives, mais également les activités liées au volet jeunesse du Camp des Jeunes, introduit lors des Jeux de 2003 à Maurice. Les travaux de rénovation ont pratiquement tous été bouclés.
Flamme
En ce qui concerne l’aspect technique des compétitions, les organisateurs se sont assuré que tous les règlements ont été visés et approuvés par les fédérations internationales. Et afin que les compétitions se déroulent en toute transparence et pour éviter les couacs de 2007 à Madagascar, les organisateurs bénéficieront de la présence d’un délégué technique de la fédération internationale pour chaque discipline représentée.
Depuis l’arrivée de la Flamme dans l’archipel, il y a un peu plus de trois semaines, la fièvre des Jeux a déjà gagné les côtes seychelloises. La flamme, qui a quitté Madagascar, en passant par La Réunion, a été accueillie dans la liesse populaire à l’aéroport Pointe Larue, Mahé. Elle arrivera au Stad Linite à Roche Caïman, le 5 août, pour la cérémonie d’ouverture. Normalement, c’est un athlète ayant marqué le sport seychellois qui devrait allumer la vasque. Mais aucune information n’a transpiré à ce sujet.