Dixième l’année dernière avec un total de deux points, l’Association mauricienne de Handball (AMH) est aujourd’hui neuvième avec une note de 2.5 points. Une légère progression pour une discipline qui a démontré des signes encourageants. En effet, l’AMH a démontré, cette année, sa capacité de rebondir après avoir connu, l’année dernière, quelques soucis au niveau de sa gestion. Elle a repris du poil de la bête et l’AMH repose aujourd’hui sur une équipe soudée et déterminée, emmenée par le président Daniel Gérard. Sans compter  le soutien du Français Dominique Filleul qui possède une longue expérience en la matière.
Ce que nous pouvons retenir de cette année 2014, c’est la capacité du comité directeur à gérer les problèmes auxquels elle a été confrontée. Il y a eu d’abord les démissions des entraîneurs nationaux en début d’année et ensuite, plus récemment, le cas de Jessie Thérèse. Avec beaucoup de discernement, Daniel Gérard et son équipe ont su se sortir de cette impasse sans pour autant freiner l’avancement du handball. Aujourd’hui, la discipline respire à nouveau et poursuit sa route tranquillement vers les Jeux des Iles de l’océan Indien de l’année prochaine, à La Réunion. Au niveau de la préparation de ses deux sélections nationales justement, l’AMA a tout mis en oeuvre pour que Maurice puisse réaliser une bonne performance à ces Jeux.
Il y a d’abord eu la venue des anciennes gloires croates qui, qu’on le veuille ou non, a dopé la sélection nationale masculine. Ensuite, l’AMA a utilisé ses bonnes relations avec l’île soeur pour bénéficier de la venue des équipes réunionnaises. Prochainement, deux autres équipes seront à Maurice pour une nouvelle tournée. C’est dire qu’on ne chôme nullement au sein de cette fédération. En terme de gestion également, l’AMA n’a pas grand-chose à se reprocher. On peut même avancer que Daniel Gérard fait l’unanimité autour de lui. Contrairement au passé ou le comité directeur avait démontré une certaine fragilité.
Au niveau de son calendrier, l’AMA peut se réjouir d’avoir organisé ses compétitions. Une façon de témoigner du respect envers ses licenciés. En revanche, nous estimons que l’AMA gagnerait à faire beaucoup plus d’effort au niveau de la base en mettant en place des écoles de handball à travers l’île. Car ce n’est qu’en ce faisant qu’elle pourra voir enfin augmenter le nombre de club. Car trop longtemps, cette fédération repose sur un nombre très restreint de club. Et ce n’est surtout pas Daniel Gérard et ses membres qui nous dirons le contraire.