Le badminton mauricien demeure l’une des plus belles chances de médailles lors de cette 9e édition des Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) à la Réunion. Emmenés par le Directeur Technique National (DTN) indonésien, Annas Jauhari, les badistes mauriciens devront se surpasser pour faire oublier le fiasco de 2011.
Le badminton local se doit de redorer son blason . Petit retour en arrière, sur sept médailles d’or en jeu à Mahé (Seychelles), Maurice n’en avait remporté que trois, en sus d’une médaille d’argent et d’une de bronze dans le tournoi individuel. Un bilan désastreux lorsqu’on connaît la domination sans partage de Maurice dans cette discipline depuis que les Jeux existent. L’heure est à la revanche. Il ne faudra cette fois-ci pas se louper et afficher un visage conquérant. Force est de constater que depuis 4 ans maintenant, le badminton a beaucoup évolué avec comme principale rampe de lancement, Kate Foo Kune.
Cette dernière, championne d’Afrique en titre, aura la responsabilité de mener les siens vers la victoire. Badiste chevronnée, elle sera définitivement attendue au tournant, à l’instar de ses coéquipières
Yeldy Louison, Shama Aboobakar, Nicki Chan Lam, Aurélie Allet et Kobita Dookhee. Chan Lam, qui s’entraîne en Angleterre, sera un apport de qualité qui compte en son sein de jeunes joueuses prometteuses que sont Allet et Dookhee. Du côté masculin, les espoirs seront placés sur les épaules du jeune et talentueux Julien Paul. Il a le potentiel pour glaner trois médailles (simple hommes, double hommes et double mixte) mais il devra se méfier d’un Maldivien, qui est annoncé comme l’un des grands favoris, notamment en simple.
Les autres sélectionnés sont Aatish Lubah, Sahir Edoo, Christopher Paul, Saheer Ramrakha, et Yoni Louison. En double, Paul devrait, selon toute vraisemblance,  être associé à un autre joueur de qualité, en l’occurrence Lubah. Ces deux badistes sont très complémentaires tout comme la paire Paul/Foo Kune qui devrait faire des étincelles sur les courts réunnionais. À ne pas négliger également le duo Yeldy Louison/Sahir Edoo. Revenus tout juste d’un stage en Indonésie,  ce, d’une durée de trois semaines, les badistes donneront le maximum pour faire la différence car l’honneur du pays est en jeu.
Bashir Mungroo, président de l’Association mauricienne de Badminton (AMB) a fait clairement ressortir que  la priorité absolue est  ni plus ni moins que le métal le plus clinquant. « Nous avons beaucoup investi dans la préparation des badistes, notamment le ministère de la Jeunesse et des Sports dans le stage en Indonésie. Personnellement, je ne me fais pas de souci car le moral des troupes est au beau fixe. Nous ne visons ni plus ni moins que la première marche du podium. Nous plaçons la barre haute car nous croyons dans le potentiel des joueurs », a-t-il souligné. À noter que les sélectionnés seront regroupées (Team-Building, sponsorisée par la Mauritius Union Group) pendant deux jours dans un hôtel des Plaines Wilhems les 28 et 29 courant.