C’est une équipe de natation quasiment renouvelée qui ira défendre les couleurs de Maurice dans une semaine à La Réunion. Dans la liste 2011 du directeur technique national, Philippe Pascal, on retrouvera à nouveau en action dans le bassin   de 50m de Michel Debré,  les Darren Chan Chin Wah, Olivia de Maroussem, Heather Arseth, Emily Chan Chee, Mélodie Naidoo, Mathieu Marquet et Elodie Poo Cheong entre autres. Ce qui nous pousse à dire que la sélection des 19 nageurs pour ces Jeux est une vraie composition entre la génération qui pourrait bien prendre une « retraite » après ces Jeux et ceux qui seront appelés à prendre le pouvoir dans les bassins de Mauricien avant 2019.
A une exception près cependant. En effet, sur la liste de Philippe Pascal figure un certain Bradley Vincent qui fera les premiers Jeux de sa carrière, mais qui possède cependant une solide expérience bâtie sur ces quatre dernières années. Il est aussi vrai de dire que le nageur du CAMO n’est pas né de la dernière pluie et que pour des raisons propres à lui il avait mis entre parenthèses sa carrière de nageur pour ne retrouver la sensation du bassin qu’après les Jeux des Seychelles.
A lui seul, il représente un argument sérieux pour que l’équipe de la natation mauricienne reste dans le même tempo de 2011 avec 8 médailles d’or, notamment dans les épreuves de sprint. Reste que Bradley Vincent n’est pas le seul nageur qui a été formé à l’étranger sur ces quatre dernières années. Si le frère de celle (Mélissa Vincent) qui avait fait gagner  la seule médaille d’or des Jeux de Maurice en 2013 a passé la saison 2014-2015 à Maurice pour cause de blessure, il a été cependant formé en Afrique du Sud à ses débuts  pour se perfectionner au Pretoria High Performance Center (PHPC) avec une bourse du TFES. Vient dans cette même tempo, Darren Chan Chin Wah qui s’est envolé aux Etats Unis après les Seychelles, tout comme Olivia de Maroussen qui avait choisi la France, tandis que Heather Arseth, elle, vit aux Etats Unis.
Logiquement la sélection de Maurice doit bien faire pour ces JIOI, sauf que deux éléments peuvent jouer aux trouble fêtes. Il s’agit, en effet, de la participation de ces quatre nageurs aux Mondiaux de Kazan dans la même foulée que les JIOI et une équipe réunionnaise qui n’a pas chômé et qui a fait appel à tous ses ‘Kréopolitains ». C’est à dire leur nageurs qui évoluent en France. Les chronos affichés à ce jour par ces nageurs ne sont pas tout a fait rassurants et faut dire que Philipe Pascal, qui n’a pas changé son style de préparation, par rapport aux Seychelles doit se montrer  un fin stratège pendant la compétition pour exploiter toutes les failles que laissera apparaître l’équipe de Frank Schott pour s’imposer.
Toutefois à ne pas négliger, sous aucun prétexte, la formation de Seychelles au sein de laquelle  il y a deux perles,notamment une certaine  Felicity Passon qui a démontré sa capacité dans différentes compétitions africaines. Ces dernières ont vite remplacé les soeurs Austin vieillissantes, mais qui ont quand même gardé de beaux restes, notamment Shannon qui est née en 1994, qui a, de ce fait, le même âge que Oliva de Maroussem et Heather Arseth.
Les dés ne sont pas encore jetés à propos de la compétition de natation et il va sans dire que les places de podium  seront chers et seuls ceux et celles qui ont le potentiel qui y accéderont.