Une médaille d’argent en windsurf (Fabrice Leclézio) et une de bronze en Laser Standard (Robert Rault) alors que les filles étaient rentrées bredouilles. Les Mauriciens avaient ratés leur rendez-vous sur le plan d’eau d’Eden Island en 2011 aux 8es jeux de l’océan Indien (JIOI) aux Seychelles. Mais Maurice compte rectifier le tir cette fois-ci, avec une équipe rajeunie.
Ces 9es JIOI à La Réunion aura un goût particulier pour la voile mauricienne. Du 1er au 9 août, Mike Lafleur vivra son dernier rendez-vous indianocéanique en tant qu’entraîneur national puisqu’il prendra sa retraite une fois les jeux terminés. Après avoir passé plus de 12 ans à ce poste, le coach compte sortir par la grande porte à l’île soeur. Pour atteindre ses objectifs, des entraînements assidus ont été menés depuis quatre ans. Pour couronner le tout, les 12 barreurs étaient en stage à l’île soeur quelques semaines avant que les jeux ne débutent.
Le camp d’entraînement « intensif » à l’île soeur a été décortiqué minutieusement et des repères ont également été pris. « Dans les eaux du Port, nous nous sommes mesurés à un plan d’eau très technique et très différent de celui de Maurice dans le lagon de Grand-Baie, auquel on s’est habitué. À La Réunion, les vents mesurent entre 4 et 6 noeuds, pouvant passer également à plus de 9 noeuds, la mer est agitée et les courants sont très forts alors que dans le lagon de Grand-Baie c’est tout le contraire », fait ressortir Christopher Bon, le capitaine de l’équipage, avant d’ajouter que ces quo-équipiers et lui savent désormais à quoi s’en tenir.
Ainsi, Mike Lafleur ne passe pas par quatre chemins pour faire part de son intention de créer la surprise à La Réunion. « Il y a sept médailles d’or en jeu, nous y allons pour tout rafler. L’équipe est très soudée.Tout ce que nous avons appris pendant notre préparation sera mis en pratique là-bas. À savoir que nous ne négligeons pas non plus les valeurs physiques, psychologiques et nutritifs sur lesquelles nos avons énormément travaillé. Ces éléments sont notre atout pour aller chercher le podium en terre réunionnaise », affirme le coach.
Pendant leur stage à La Réunion, Lafleur a eu également l’occasion de voir les Réunionnais à l’oeuvre. « Ils ont déjà sorti la grosse artillerie en matière d’équipements  haut de gamme et flambant neuves. Leurs barreurs sont également dans de très bonnes conditions pour le grand rendez-vous. Mais ils ne nous font  pas peur. Au contraire, c’est eux qui devraient se méfier de nous », avance-t-il. Ainsi Mike Lafleur a plus d’un tour dans son sac.
Ce dernier compte, au sein de son équipe, un mélange de barreurs d’expériences, notamment Vandame Lafleur et  Christopher Bon qui seront à leur deuxième JIOI. Il y aura également des jeunes comme Axel Florine et Celine Baptiste qui seront à leur premiers jeux indianocéaniques qui auront à coeur de prouver tout leur talent. Pour accomplir leur objectif qui est de monter sur la plus haute marche du podium, les Mauriciens seront mis, avant tout, à une rude épreuve dans six jours, dans les eaux du Port à la base nautique des Mascareignes.