Les protégées de Lindsay Wilson devront se surpasser en terre réunionnaise car l’objectif sera avant tout de renouer avec un podium après les déconvenues de 2007 (Madagascar) et 2011 (Seychelles). Pour rappel, à Mahé, elles avaient été sorties au stade des préliminaires. La dernière médaille de la sélection féminine remonte à 2003 (bronze) à Maurice. Il est grand temps de rectifier le tir. 
Le volley-ball féminin aura fort à faire face à l’armada réunionnaise qui fait figure d’épouvail lors de ces Jeux au même titre que les Seychelloises qui seront, comme à l’accoutumée très difficiles à battre. Mais il est grand temps pour l’équipe mauricienne de vaincre le signe indien et de renouer enfin avec le podium. La dernière médaille de bronze remonte à 2003 alors que le plus précieux métal, les volleyeuses l’avaient remporté aux Seychelles en 1993 sous les ordres de Christian Marty et de Fayzal Bundhun. Pour rappel, en 1985 et 1990, Maurice était montée sur la deuxième marche du podium.
Autant dire que le groupe de Lindsay Wilson ne se porte pas trop mal, lui qui a surtout misé sur un jeune groupe pour encadré  la capitaine courage, Nathalie Létendrie. Lors de la 21e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) au Kenya, les filles ont réalisé un parcours honorable en terminant à la 7e place après avoir enregistré une victoire contre le Botswana lors du match de classement. Ces frottements face aux meilleures équipes du continent ont été bénéfiques pour la bande à Lindsay Wilson qui est revenue du Kenya avec le sentiment d’avoir vécu une expérience enrichissante. La sélection jouera deux matches, aller et retour, contre la Réunion, ce qui s’annonce très difficile. Sans compter que l’île soeur possède en son sein la centrale Myriam Kloster (25 ans), Most Valuable Player (MVP) de la saison 2014/2015 du Championnat de France de volley-ball féminin avec l’Entente Sportive Le Cannet-Rocheville. Il faut dire que le coach réunionnais David Françoise s’est réjoui de la présence de cette contreuse de qualité internationale qui sera l’une des joueuses les plus en vue du tournoi.
Par contre, d’autres présélectionnées se sont désistées, à l’instar d’Inès Bawedin, qui devra se rendre aux États-Unis pour ses études universitaires, de sa soeur Valérie, d’Annabelle Dany et de la libéro Audrey Legad. Quoi qu’il advienne de ces deux confrontations face à la Réunion, les Mauriciennes sont assurées de disputer les demi-finales. À ce stade de la compétition, l’adversaire devrait être soit les Seychelles (tenants du titre), soit Madagascar, les deux équipes favorites de la poule A, l’autre équipe étant les Maldives. Pour ce grand rendez-vous, Lindsay Wilson a opté pour un effectif qu’il connaît bien en misant sur Nathalie Létendrie (capitaine), Vanessa Chellumben, Rachel Christine, Melody Mootoosamy, Felicia Julie, Stacy Armoogum, Liza Bonne, Alison Labour, Priscilla Kelly, Elizabeth Mohungoo-Bouti et les soeurs Latour (Joanita et Lucy). Espérons que la mayonnaise prendra et que cette fois-çi elles ne rentreront pas à Maurice avec des médailles en chocolat.