« C’est un battant, un survivant et un enfant miraculé! » C’est  ainsi que Vindoomutee Tohooloo décrit son fils qui, depuis sa naissance, se bat contre la mort. Faisant le récit de ces 12 dernières années, elle explique la souffrance physique et psychologique que son fils endure au quotidien. « Il n’a jamais connu une vie normale car chaque jour pour lui se révèle être un parcours de combattant. Son état se détériore de jour en jour. À cause  d’une défaillance au niveau de la vessie et de son système d’excrétion, Karan se voit contraint de porter des couches. Néanmoins, mon enfant a la rage de vivre, c’est pour cela qu’il n’est pas question pour moi de baisser les bras et je me battrai jusqu’au bout pour mon fils, pour qu’il puisse un jour vivre normalement », dit-elle.
De plus, Vindoomute Tohooloo soutient que malgré toutes ces épreuves, Karan a participé cette année aux épreuves de la Certificate of Primary Education (CPE). « Il n’a malheureusement pas réussi ses examens mais on ne peut pas le blâmer car pendant deux ans, il n’a presque pas pu se rendre à l’école en raison de sa maladie. C’est un enfant qui fait face à beaucoup d’épreuves. Il n’est pas bien dans sa peau et à l’école, il n’a jamais pu se faire des amis. Il était souvent victime de moqueries car les enfants ne comprennent pas pourquoi il doit encore porter des couches », explique-t-elle.
Cependant,Vindoomutee Tohooloo affirme que c’est la générosité des Mauriciens qui a donné une lueur d’espoir à sa famille et à son fils. « Grâce à la générosité de nombreux Mauriciens qui, à travers des dons, ont financé les différentes opérations, l’année dernière, mon fils a pu découvrir la joie de vivre loin des hôpitaux. Après chaque opération, il continue à s’épanouir. Désormais, il peut jouer, monter à bicyclette, s’amuser et faire les choses simples de la vie qu’il ne pouvait pas se permettre de faire avant, à cause de sa maladie. Je ne remercierai jamais assez tous ceux qui l’ont aidé jusqu’à présent », dit-elle.   
Néanmoins, depuis le début de cette année, les problèmes de santé de Karan ont refait surface. « Cette année, Karan a eu d’autres complications, notamment à la vessie et aux reins. Après avoir subi une intervention de la vessie en septembre dernier, il doit avoir recours à une intervention chirurgicale rénale le plus vite possible. Une fois de plus, je lance un appel de détresse à la population mauricienne car son état de santé ne cesse de se détériorer de jour en jour », dit-elle. Selon la mère, les soins du petit Karan coûteront Rs 1.2 millions car il devra se rendre en Inde. « Nous espérons que notre appel sera entendu car nous sommes une famille modeste et nous n’arrivons pas à couvrir les soins coûteux de Karan. Nous souhaitons plus que tout qu’il puisse enfin vivre normalement », confie-t-elle.
Pour ceux qui veulent aider à améliorer la vie du petit Karan, des numéros de comptes sont mis à la disposition du public: Mauritius Commercial Bank: 000441293409; State Bank of Mauritius: 01510100208834, et Mauritius Post and Cooperative Bank Ltd: 0200013641300001.