Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden, a tenu une conférence de presse jeudi dans les locaux de son ministère (Port-Louis) pour dresser un bilan de ces 9es Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI, 1er-9 août) où le Club Maurice a terminé avec un total de 66 médailles d’or, 49 d’argent et 70 de bronze. Plus que positif.
C’est avec une immense fierté que Yogida Sawmynaden s’est présenté à la presse jeudi, lui qui a salué la performance du Club Maurice lors des récents JIOI en terre réunionnaise. « Depuis ma prise de fonctions en décembre de l’année dernière, j’avais fait ressortir que ces Jeux seraient le déclic du sport mauricien. C’est le déclic que j’attendais car les résultats sont là avec 66 médailles d’or remportées, 49 d’argent et 70 de bronze. Cette performance est incroyable, extraordinaire », fait-il ressortir. Il soutient que, « Beaucoup de personnes étaient sceptiques par rapport aux chances mauriciennes. Certains disaient même que ces Jeux allaient être un fiasco au niveau des résultats. Mais les athlètes ont prouvé le contraire en étant à la hauteur des attentes placées en eux, même si les conditions n’étaient souvent pas réunies en terre réunionnaises ».
Mention spéciale également aux handisportifs qui selon Yogida Sawmynaden, doivent être mieux considérés, eux qui ont récolté 11 médailles d’or en athlétisme et 3 en natation. « J’ai été agréablement surpris par les handisportifs. Au sein de mon ministère, nous leur accorderons une attention particulière. J’en fait la promesse ». Il est également revenu sur les sports collectifs qui constituent la déception de ces Jeux. « Il y a encore beaucoup de travail à faire à ce niveau. Mais je constate qu’il y a de quoi espérer puisque les volleyeurs sont revenus avec la médaille de bronze, ce qui n’était plus arrivé depuis longtemps. Il faut voir le côté positif des choses, c’est après 12 ans que le volley-ball a retrouvé la Coupe d’Afrique des Nations, au Kenya pour les filles et en Égypte pour les garçons », explique notre interlocuteur.
En ce qu’il s’agit du sport roi, le football, il soutient que le manque d’expérience de la jeune équipe a joué en défaveur du Club M. « C’est un groupe jeune qui a encore besoin de progresser. Il ne faut pas oublier également que le football local a retrouvé la COSAFA Cup après deux ans d’absence. Ce sont des facteurs qui comptent ». Yogida Sawmynaden a par ailleurs annoncé la réouverture des centres de formation régionaux. « Il faut que chaque discipline collective bénéficie d’une pépinière de talents. C’est primordial pour la survie du football, du handball, du basket-ball et du volley-ball ». Il a également tenu à remercier les Directeurs Techniques Nationaux (DTN) qui ont fait de l’excellent boulot. « Je pense à Urdas Constantin (haltérophilie), Charles Tassin (Basket-Ball), Fabrice Chalendar (Volley-Ball), Andrew Smith (Cyclisme), Roberto Ibanez (Boxe) et Huang Ming (Tennis de Table) entre autres », précisant toutefois que celui du ballon orange a été mal utilisé.
Merci aux DTN
« Charles Tassin a été mal utilisé par les entraîneurs. C’est un cas d’incompréhension. Il ne faut pas que cela se reproduise », a t-il soutenu. « Nous sommes sur la bonne voie. Je tiens à remercier le président du Club Maurice, Giandev Moteea, le Kop Moris de Benoit Souchon qui ont vibré comme un seul homme derrière nos représentants et à toutes les instances qui ont assuré la bonne préparation des athlètes. D’un point de vue sportif, c’était vraiment exceptionnel. Je ne peux pas demander plus », ajoute notre interlocuteur. En ce qu’il s’agit de l’organisation, le ministre de la Jeunesse et des Sports a affirmé que « nos athlètes n’étaient pas logés de la meilleure façon qui soit. Les soucis d’ordre logistique sont également venus miner le quotidien des athlètes alors qu’au Village des Jeux, ils ont fait face à des problèmes de transports. Toutefois, ils ont gardé le cap pour rester concentré jusqu’au bout. Chapeau bien bas ».
L’objectif demeure maintenant les Jeux d’Afrique qui se tiendront du 1er au 19 septembre au Congo-Brazzaville. « Nous allons tout faire pour tirer notre épingle du jeu lors de cette compétition. D’ailleurs, les haltérophiles, qui ont glané 21 médailles d’or lors des JIOI, vont repartir en stage en Roumanie », souligne le ministre. En ce qu’il s’agit du boycott des Comores de ces 9es JIOI, Yogida Sawmynaden s’est dit attristé par cette situation. « Personnellement, j’étais triste de voir les Comores quitter la compétition. C’est toutefois un non-respect de la Charte des Jeux. C’est un incident diplomatique entre les Comoriens et les Mahorais qui a fait tache. Je pense toutefois que le Conseil International des Jeux (CIJ) a pris la sage décision de ne hisser que le drapeau des Jeux et de ne jouer aucun hymne national. Sans quoi, les Jeux auraient connu leur dénouement prématurément », a-t-il spécifié.