« Certains disaient même que ces Jeux allaient être un fiasco au niveau des résultats. Mais les athlètes ont prouvé le contraire et ont accompli le miracle qu’on attendait d’eux », avait déclaré le ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden, à l’heure de sa conférence de presse bilan après les 9es JIOI. La question que l’on se pose est de savoir de quel miracle parle-t-il quand on sait que la majorité des 14 disciplines ont lamentablement échoué, notamment les disciplines collectives où cela a été le naufrage. Qui plus est, la venue des entraîneurs français, Charles Tassin (basket-ball) et Fabrice Chalendar (volley-ball), sur intervention personnelle du ministre, n’a rien apporté comme en témoigne le tableau ci-dessous.
Ce qu’il faut aussi mettre en contexte, c’est que plus de médailles ont été mises en jeu lors de ces 9es Jeux, alors qu’en athlétisme, à titre d’exemple, trois participants ont été entrés  par épreuve contrairement au passé où il n’y avait que deux athlètes par pays. Venir maintenant dire que le sport mauricien a, tel le phoenix, ressurgi de ses cendres en six mois seulement, est tout simplement ridicule. Car comme nous l’avions fait ressortir précédemment, le mérite des médailles remportées revient aux athlètes, à leurs entraîneurs et au travail de longue haleine entrepris par une poignée de disciplines et ce, avec le support offert par ceux en place au cours de ces quatre dernières années.
D’ailleurs, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, a contacté Week-End pour féliciter tous les athlètes mauriciens qui ont participé à ces Jeux. « Ce qui me touche encore plus, c’est qu’au retour des Jeux, certains athlètes, accompagnés de leurs parents, sont venus me voir dans la soirée à mon domicile pour me remercier et me montrer leurs médailles. D’autres sont venus le lendemain pour exprimer leur reconnaissance. Je pense que c’est la meilleure récompense qu’on puisse avoir », a-t-il déclaré.