Les 14 sports qui figureront au programme des Jeux des îles de l’océan Indien 2015 ont été dévoilés hier. Y figurent notamment le tennis, de retour après une absence en 2011, mais surtout le handball, seulement présent pour la deuxième fois de l’histoire.
Il n’y a donc pas « eu de bataille, mais un travail au préalable sur la base des voeux de chaque pays », comme l’a souligné Jean-François Beaulieu en préambule. Le président du Comité régional olympique et sportif (Cros) et secrétaire général du Conseil international des Jeux (Cij) a le sens de la formule. Hier midi, à l’issue d’une journée et demie de travaux, ont été désignés les sports qui figureront au programme des Jeux des îles 2015, qui se tiendront du 28 juillet au 7 août à La Réunion. Une liste issue de tractations, d’arrangements entre amis et de contraintes logistiques, l’organisation ne voulant pas dépasser le seuil des 2 200 athlètes.
Les trois membres de chacune des sept délégations appelées à voter ont eu toute la soirée et toute la nuit de mercredi à jeudi pour y penser, mais aussi en discuter, convaincre et se mettre d’accord, avant de voter hier matin et désigner 14 sports. Deux l’étaient d’office : natation et athlétisme, qui auront également leur volant handisport. 12 autres, parmi les 26 candidats, ont recueilli une majorité de suffrages.
Sans surprise, les inamovibles basket-ball, boxe anglaise, cyclisme sur route, football, haltérophilie, tennis de table et volley-ball y figurent. Le badminton, le judo et la voile, quasiment toujours au programme des Jeux, également. Le tennis, absent en 2011 aux Seychelles pour la première fois, fait son retour. La seule surprise est venue du choix du handball, qui pour la deuxième fois sera présent aux Jeux. La première, c’était déjà à La Réunion, en 1998, pour les hommes seulement. Cette fois, les filles sont aussi invitées à la fête.
Ce sport roi sur l’île devient, dans le cadre des Jeux, pour les Réunionnais ce que la pétanque a été pour les Malgaches, retenue deux fois lors des Jeux qu’ils organisaient en 1990 et 2007 : une vitrine pour leur sport et deux médailles d’or acquises.
Le handball, comme les autres sports choisis, a su créer l’adhésion et rentrer dans l’équation posée par le Comité d’organisation des JIOI (Coji), qui proposait les disciplines au vote du conseil. « Le critère principal a été de choisir des sports où un maximum de pays sont concernés, explique Patrick Legros, président du Coji. Nous avons aussi souhaité avoir au maximum les hommes et les femmes dans chaque discipline. »
Deux seulement ne respecteront pas la parité : la boxe et le cyclisme sur route. Au total, « entre 2 000 et 2 100 athlètes » sont attendus selon les calculs du Coji. Une idée plus précise de la taille de chaque délégation sera connue le 1er décembre, date butoir fixée à chaque pays pour s’engager dans chaque sport. Et régler les 25% des frais d’inscription, amendement apporté à la charte des Jeux pour limiter les désistements.
La machine est donc lancée, la désignation des sports étant « le coup d’envoi des Jeux », ont répétés en coeur le Cij et le Coji. Mercredi 16 octobre, tous les présidents de ligue des sports retenus seront réunis au Coji. À charge pour eux désormais de « définir les règlements techniques et l’implantation des compétitions », détaille Patrick Legros.
À charge pour ce dernier de déterminer le lieu du prochain village. Ce sera soit à La Possession soit découpé entre Saint-Denis et Saint-Paul. Et à charge pour le rugby, la lutte, l’équitation, le karaté et le golf de s’organiser pour inscrire leur sport au programme des Jeux en démonstration. Un petit lot de consolation, que le golf va notamment saisir. Qu’ils devront eux-mêmes s’offrir, sans le soutien financier du Coji.