Le groupe bancaire d’Etat parle de « rumeurs et fausses informations » pour tenter d’eenrayer la tendance baissière dans le sillage du dernier bilan financier

Depuis la publication de ses comptes du 29 avril, choquant plus d’un, avec des Bad Debts de Rs 7,7 milliards en trois ans et Rs 3 milliards au 31 décembre dernier, à travers le pays, la SBM s’est pris une volée de bois vert de la part de tous les politiciens de l’opposition, observateurs et analystes financiers et boursiers.  Chacun exprimant de vives inquiétudes ou critiques sur le montant des charges pour les créances douteuses et l’effondrement des profits du groupe au cours de cette période de Rs 3 milliards à Rs 15 millions. Hier, en dépit d’un communiqué émis à la mi-journée visant à « rassurer » clients et partenaires, le titre du groupe bancaire d’Etat a encore cédé 2,67% de sa valeur sur le marché boursier, après son plongeon de 14,8% de jeudi dernier. Désomais, la cotation de la SBM se fait sous la barre des Rs 4, soit Rs 3,65 contre la pointe de Rs 7.98 du 10 avril 2017.

Le communiqué de la State Bank of Mauritius avait pour objectif de tenter de redorer son blason en s’auto-congratulant de ses réalisations passées, comme étant « l’une des institutions les plus solides du pays,» avec des « assises financières solides ». Il n’a toutefois échappé à personne que la banque a pris bien soin, cette fois, de ne pas citer le nom de son Chairman hautement controversé , Sattar Hajee Abdoula,  dans ce communiqué d’hier, optant plutôt de placer en première ligne le discret PV Rao, Chief Executive de  SBM Bank (Mauritius) Ltd. Et devant le tollé soulevé suivant la publication de son bilan financier, le communiqué préfère noyer le poisson en parlant de « nombreuses rumeurs et fausses informations qui circulent sur les réseaux sociaux. »

Mais de l’avis général, ce communiqué n’aura été qu’un coup d’épée dans l’eau, n’ayant en rien atténué la colère sourde qui gronde dans divers milieux sur la gestion de l’institution, notamment au sein de la communauté des petits porteurs, surtout juste après la mise sous administration volontaire d’un autre « fleuron » para-étatique, Air Mauritius.

Ces éclaircissements n’ont d’ailleurs eu aucun effet sur la tendance baissière de l’action de la banque, depuis jeudi dernier. A la séance d’ hier, soit vers la mi-journée, l’action SBM avait perdu 3,47% pour être cotée à Rs 3.62.  A 13h30, elle était à Rs 3.60 (-4%). Finalement, a la clôture du marché, le titre valait Rs 3.65, en baisse de 2,67% par rapport à jeudi dernier. Le 29 avril, le titre de la SBM valait Rs 4.40. Le lendemain de la publication des comptes, il descendait à Rs 3.75, soit son « Worst Ever 1-Day drop (-14.8%) » selon la firme de courtage Axys, un niveau jamais atteint depuis 14 ans. Et ce lundi à la reprise des cours après le long week-end de la Fête du Travail, l’action SBM laissait encore des plumes. Durant les deux séances de jeudi 30 avril et ce lundi, la valeur de l’action est donc passée de Rs 4.40 a Rs 3.65, soit une baisse de quelque 17% depuis la publication du bilan financier, qui provoque des remous sur l’échiquier politique.

SBM perd 43,3% de sa valeur

Dans le segment ‘Banks/Insurance/Other finance’ de la Bourse de Maurice, SBM Holdings Ltd est actuellement le plus mauvais élève. En un an (year to date) et selon les données compilées par LCF Securities, le titre SBM a perdu 43,3% de sa valeur. Il est suivi de MCB Group qui a perdu 36,99% en un an, puis de Cim Financial Services (-25%) et Swan General Ltd (-20%). Les autres entités cotées sur le marche officiel dans le secteur financier (Mauritian Eagle Insurance et Mauritius Union Assurance) n’ont régressé que de 1,67% et 4,19% respectivement. SBM Holdings figure également en troisième position des ‘Bottom 5 performers’ du classement général sur le marché officiel.