Cette affaire ne date pas d’hier. Depuis la rentrée des classes, c’est la cacophonie dans le centre de Curepipe, plus précisément à la rue Commerford. Pour cause, des bornes ont été installées afin d’empêcher le parking sauvage des deux côtés de la route. Sauf que, cette mesure, à la base louable, cause plus de problèmes qu’elle n’en résout.

C’est connu, il n’y a pas beaucoup d’aires de stationnement à Curepipe, mis à part le parking à l’arrière du bâtiment du CEB et la rue Commerford, devenue le lieu idéal pour se garer gratuitement et en toute sécurité. Sauf que, depuis que des bornes ont été installées, les automobilistes qui, auparavant se garaient sur les passages piétons, se garent maintenant carrément sur la route. La grande allée qui pouvait laisser passer aisément deux voitures en sens inverse a été réduite, mettant en danger la sécurité des étudiants et piétons.

En effet, la rue Commerford est connue pour abriter deux collèges, l’un en face de l’autre, soit le collège Lorette de Curepipe et le Collège Saint-Joseph. Lindsay Marion est fatigué d’écrire et de solliciter les offi ciers municipaux pour tenter de résoudre le problème. Un groupe de parents d’élèves et lui se sont rendus durant la semaine à la municipalité de Curepipe pour tenter d’obtenir un rendez-vous avec le maire. « Tous les jours, il y a des embouteillages monstres. On passe plus de 40 minutes à attendre que la route se désengorge », dit-il.

C’est donc plus d’un millier d’étudiants, sans compter les petits de la Junior School et de l’école primaire gouvernementale James Toolsy qui, tous les matins se rendent à l’école en empruntant cette seule route, où sont garés les bus d’école, les voitures de parents… Un cafouillage énorme que les policiers peinent parfois à maîtriser. Ce groupe de parents d’élèves espère ainsi qu’une solution sera vite trouvée. Nous n’avons malheureusement pas pu obtenir une réaction du maire. Affaire à suivre