La «papamobile» malgache a été élaborée par constructeur automobile Karenjy. © RIJASOLO / AFP

Lorsqu’il paradera dans les rues d’Antananarivo cette semaine, le pape François roulera… local. Pour sa visite dans la capitale malgache, il a renoncé à sa « papamobile » habituelle pour une voiture entièrement fabriquée sur la Grande île.

D’un blanc immaculé, parée de ses deux fanions aux couleurs du Vatican, la Mazana II, c’est son nom, a été dévoilée quelques jours à peine avant l’arrivée du Saint-Père.

« C’est avec beaucoup de joie que nous vous présentons la voiture papamobile », s’est enthousiasmé le nonce apostolique, Paolo Rocco Gualtieri, devant la presse, « le pape François sera ravi de visiter Madagascar à bord de cette voiture ».

Fabriqué par l’entreprise locale Karenjy, le véhicule reprend l’essentiel des caractéristiques du véhicule papal habituel.

Toit surélevé et transparent pour saluer les fidèles debout et sous la pluie, même avec une tiare, siège surélevé et pivotant pour les pauses entre deux ovations, accès par un escalier arrière pour éviter de coincer sa soutane dans la porte… tout est là.

« Les conditions imposées par le Vatican ont été toutes respectées dans la fabrication de cette voiture », assure le représentant du constructeur, Jean Fleuris Jaotody.

Seule différence, elle est invisible mais de taille, le toit vitré de la « papamobile malgache » est dépourvu de tout blindage.

« Le pape a choisi de ne pas ajouter de vitres blindées. Il préfère les voitures simples », a expliqué le père Germain Rajoelison, vice-coordonnateur de sa visite à Madagascar. « Il n’aime pas avoir un mur qui le sépare (de ses fidèles). Il veut vraiment être proche du peuple ».

Jean Paul II déjà

La voiture, forcément unique, a été patiemment fabriquée pendant cinq mois par quinze ouvriers à Fianarantsoa (sud-est), le berceau de l’entreprise Karenjy (« Ballade » en malgache).

Fondé en 1984, le constructeur vend tant bien que mal chaque année quelques dizaines de véhicules rustiques et bon marché (à partir de l’équivalent de 6.500 euros), qui peinent à concurrencer les grandes marques européennes ou asiatiques.

En 1989, Karenjy avait réussi un premier coup d’éclat en transportant le pape Jean Paul II dans un de ses modèles lors de son passage à Fianarantsoa.

Son responsable commercial, Henry Roussel, n’est pas peu fier d’avoir obtenu une nouvelle fois l’onction papale.

« Que le pape François utilise une papamobile fabriquée localement, c’est vraiment un symbole fort et un message d’espoir fort », se réjouit-il, « c’est une reconnaissance des qualités du savoir-faire des Malgaches ».

Le père Rajoelison n’est pas en reste, lui non plus.

« On dit souvent que notre pays est un pays pauvre. C’est un pays pauvre, mais regardez à quel point ces personnes sont compétentes », s’exalte-t-il en désignant les représentants du constructeur. « Cette voiture a été conçue par des gens venant de familles pauvres qui ont obtenu un emploi ».

Un parfait exemple, à ses yeux, du message social que le Saint-Père entend marteler lors de son étape malgache.

-AFP