Ils déplorent « l’indifférence » de la banque face à leurs difficultés financières, alors que les planteurs et les éleveurs ont vu leurs dettes rayées

La Federation of Sea Fishermen Associations (FSFA) a manifesté hier devant la Development Bank of Mauritius (DBM). Elle déplore le fait que la banque n’ait pas agréé à sa requête pour rayer les emprunts des pêcheurs datant de 1998. Ces derniers disent éprouver des difficultés à honorer leurs engagements, étant donné que la pêche connaît des jours difficiles avec le changement climatique. Ils appuient leurs demandes sur le fait que les éleveurs et les planteurs ont, par le passé, bénéficié d’un tel traitement en période de difficultés.

Atma Shanto, négociateur de la FSFA , rappelle que la fédération a eu une réunion de travail avec la direction de la DBM il y a quelques mois, ainsi qu’avec le nouveau ministre de la Pêche Sudhir Maudhoo récemment. Dans les deux cas, la question a été évoquée. Il rappelle qu’il y a 20 ans, des pêcheurs avaient, selon un plan mis en place par le gouvernement, emprunté Rs 200 000 auprès de la DBM pour l’achat de bateaux de pêche. Toutefois, avec le temps et les difficultés survenues dans le métier, notamment avec le changement climatique et la baisse des prises, il est devenu très compliqué pour eux de continuer à honorer leurs engagements. « Dans le passé, quand des planteurs et des éleveurs avaient des difficultés, on rayait leurs dettes. Pourquoi joue-t-on à l’indifférence lorsqu’il s’agit des pêcheurs ? Le Premier ministre avait dit que tout le monde doit être traité de la même façon dans ce pays. »

Il ajoute que « justice doit être rendue » aux pêcheurs, qui vivent des situations difficiles. « Aujourd’hui, il y a un impact très sévère dans la mer. Les pêcheurs n’arrivent plus à gagner leur vie. De plus, régulièrement, la mer est houleuse et ils ne peuvent sortir en mer pour aller pêcher. Avant les élections générales, il y avait toutes sortes de promesses, mais maintenant, on joue à l’ignorance. » Atma Shanto précise que la DBM est une banque à vocation sociale et que, de ce point de vue, elle aurait dû être sensible aux problèmes des pêcheurs.

Pour sa part, Steve Rambane, président de la fédération, confie que la majorité des pêcheurs ont remboursé une bonne partie de leurs emprunts. Toutefois, les intérêts se sont accumulés. « On avait emprunté Rs 200 000 et, aujourd’hui, certains doivent Rs 350 000 à Rs 400 000. De plus, quand nous avons les allocations de mauvais temps, on en déduit 50% pour la DBM. »

Atma Shanto invite le nouveau ministre de la Pêche, Sudhir Maudhoo, à prendre les taureaux par les cornes afin de trouver des solutions à ce secteur, qui contribue à l’économie du pays. « A la veille du Nouvel An, les pêcheurs sont dans le noir. Il y a des ministres qui font le White Christmas, mais ici, les pêcheurs font le Black Christmas. » Il ajoute qu’à cette période, avec le mauvais temps, ils seront contraints de rester à terre. « La Bad Weather Allowance ne permet pas aux pêcheurs de nourrir leur famille. Le gouvernement se vante d’avoir introduit le salaire minimum, mais qu’en est-il pour les pêcheurs ? »