Photo archive : Agaléga

Maurice est un état clé pour l’Inde dans l’océan Indien. D’ailleurs, l’intérêt que porte la Grande péninsule sur cet océan grandit davantage face à la présence de la Chine, qui a déjà établi sa base militaire à Djibouti.

« Mais pour l’Inde, il n’est pas question d’établir une base militaire à Agalega, même si le pays entreprend des travaux en ce moment », a lancé Abhijit Singh Head de la Maritime Policy Initiative de l’ORF.

L’intérêt de l’Inde pour Agalega est l’un des sujets discutés de manière claire et nette la semaine dernière à New Delhi entre les responsables du “thinktank” Observer Research Foundation (ORF) et les journalistes de Maurice et des Seychelles.

« L’Inde ne veut pas établir une base militaire à Agalega », a catégoriquement lancé Abhijit Singh, Head de la Maritime Policy Initiative de l’ORF. Si la question de la présence de l’Inde à Agalega est souvent soulevée, Abhijit Singh soutient que l’Inde « n’a jamais fait mention de son intérêt d’établir une base militaire sur cette île ».

Selon lui, l’Inde développe des infrastructures, soit la construction d’une piste d’atterrissage pour accueillir de gros porteurs et une jetée. « L’Inde ne veut, en aucun cas, établir une base militaire », martèle-t-il.

Il ajoute que « l’Inde aide à développer les infrastructures sur cette île pour de meilleures patrouilles dans cette partie de l’océan Indien ». Pour lui, l’Inde « bénéficiera » également en développant les infrastructures sur l’île. « Nous ne ferons rien qui portera atteinte à nos intérêts », rassure-t-il.

Abhijit Singh se dit « conscient » que les politiciens des îles de l’océan Indien se posent des questions sur l’intérêt de l’Inde dans l’océan.

« Notre relation avec Maurice est très différente par rapport à d’autres îles de l’océan Indien. Nous n’avons même pas cette relation avec le Sri Lanka », dit-il, et fait ressortir que c’est l’Inde qui a aidé Maurice à établir le National Coast Guard dans l’île. « Maurice ne doit s’inquiéter de rien », fait-il ressortir.

La position de l’Inde sur Diego Garcia, soutient de son côté, Sushant Sareen, cadre de l’Observer Research Foundation, « n’a pas changé » même si l’Inde détient un “logistics agreement” avec les États-Unis dans l’océan Indien.

Il ajoute que Maurice est un pays « plus important » pour l’Inde par rapport à la Grande-Bretagne, même si l’Inde a un lien avec ce pays. « Notre cœur est avec Maurice lorsqu’il s’agit des Chagos », dit-il.

Maurice et les Seychelles, selon Abhijit Singh, sont « deux États clé » dans l’océan Indien. La politique Indo-pacifique de l’Inde, dit-il, tourne autour de l’océan Indien. « Les deux pays sont importants dans ce puzzle géopolitique », dit-il.

En 2015, lorsque le Premier ministre de l’Inde, Narendra Modi, avait visité ces deux îles, l’objectif était de venir avec le Sagar Programme, qui vise à protéger l’océan Indien. « À travers ce programme, nous nous engageons davantage avec les îles de l’océan Indien », dit-il, et cite comme exemples, le Sri Lanka, les Maldives, les Seychelles et Maurice.

De ce fait, il avance que la marine indienne s’est « solidement » engagée dans l’océan Indien, notamment aux Seychelles et à Maurice. Grâce à cet engagement, des officiers du National Coast Guard de Maurice sont aussi formés en Inde pour assurer la sécurité de nos eaux territoriales. Des équipes techniques de l’Inde sont aussi à Maurice tout comme aux Seychelles.

« Des bateaux indiens ont effectué des patrouilles sur la Zone économique exclusive de Maurice et des Maldives deux fois par an », a-t-il indiqué.

Abhijit Singh ne compare pas l’Inde à la Chine s’agissant de sa présence dans l’océan Indien. Si la Chine a déjà une base militaire dans l’océan Indien, il soutient que l’Inde « n’adoptera pas » la même démarche que celle entreprise par la Chine.

« Nous ferons le pas uniquement lorsque nos pays amis sont d’accord d’abriter nos facilités et nos actifs », dit-il. Même si l’Inde patrouille l’océan Indien depuis les deux dernières décennies, il avance que « l’Inde ne forcera jamais Maurice ou les Seychelles à abriter sa base militaire ».

Les défis auxquels fait face l’Inde dans l’océan Indien, selon ce responsable, est la piraterie, le changement climatique, la pêche illégale et le trafic. « Ce sont des domaines sur lesquels l’Inde se focalise », dit-il. Le développement dans l’océan Indien est aussi « un défi important ».

À ce sujet, il cite les projets de l’économie bleue, les infrastructures et la conscientisation s’agissant de l’océan. Il fait ressortir qu’une chaîne de “coastal radars” est déjà en chantier et qu’un Information Fusion Centre a été mis en place à Gurgaon « afin de recueillir toutes les informations dans l’océan Indien dont le but sera le partage ».

La présence de la Chine dans l’océan Indien est aussi reconnue par l’Inde. « C’est une force qui émerge dans l’océan Indien », reconnaît-il, ajoutant que la Chine a une base à Djibouti. Sur la sécurité maritime, dit-il, plusieurs projets ont été entrepris. La formation des officiers, qui travaillent dans le secteur maritime, « est assurée par l’Inde ».