Le président de la Government Teachers Union, Vinod Seegum estime qu’avec l’intention de l’Etat d’abolir les leçons particulières pour les Standards 4 et 5 ainsi que le CPE, l’État accapare l’autorité parentale et tend à prendre des décisions à la place des parents. À cet effet, la GTU se mobilise en vue d’une marche à Quatre-Bornes ce samedi pour sensibiliser le public et les autorités à l’importance de laisser le choix aux parents s’agissant de l’avenir de leurs enfants. « Nous ne sommes pas en train d’encourager les leçons privées, mais nous luttons en faveur de la liberté parentale. Laissons les parents décider de ce qui est mieux pour leurs enfants », affirme au Mauricien M. Seegum.
La GTU campe sur sa position. L’État, dit-elle, ne peut une fois de plus venir imposer son choix aux parents. « Nou ankor dan enn demokrasi. Donn bann zenfan enn meyer enkadreman ek sanz kurikulum, paran mem pa pou bizin avoy zot zenfan leson », soutient Vinod Seegum. Le président de la GTU est d’avis que le gouvernement devrait plutôt se concentrer sur d’autres problèmes qui affectent l’éducation nationale et s’attaquer au taux d’échec au CPE au lieu « d’imposer des mesures aux parents ; tou lezour nou pe tan krim e violans, se sa bann dimounn ki fin fel zot CPE la mem ki tomb dan la delinkans apre », estime-t-il. Dès le début, poursuit-il, la GTU a constamment mis l’accent sur l’importance de maintenir les leçons particulières au niveau de la Std IV puisque 40 % des questions pour le CPE en émanent justement.
Par ailleurs, le président de la GTU est d’avis que le ministère de l’Éducation veut remplacer les leçons particulières par l’Enhancement Programme. La population, dit-il, ne réalise pas qu’à travers ce programme, le ministre de l’Éducation est en train d’étendre les heures d’écoles jusqu’à 17 h. « Nou pa pou aksepte ki dan sa pei la lekol vin enn garderi institusyonel », indique M. Seegum. Et d’avancer : « Le ministre Bunwaree veut introduire l’Enhancement Programme dans l’Education Act ; c’est illégal car ce n’est qu’un programme établi sur une période de temps. Comment peut-il intégrer une loi ? » Soulignons qu’en 2009, la GTU avait mobilisé plusieurs centaines de ses membres à une marche de protestation contre la décision du ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, d’abolir les leçons particulières. La GTU, qui dit représenter quelque 5 000 enseignants, a invité une fois de plus ces derniers à faire entendre leur voix. Ainsi une grande mobilisation est prévue ce samedi à partir de 10 h dans le Teacher’s Centre à proximité de la foire de Quatre-Bornes. Depuis quelques jours, le président de la GTU se rend dans plusieurs écoles de l’île en vue de conscientiser les enseignants sur l’importance de cette rencontre. « Si enn enseignant pa azir se ki li pe aksepte ki lekol ale ziska 17 h », dit-il.
Vinod Seegum annonce sa ferme intention de recourir au Privy Council en vue de contester la décision du ministre de l’Éducation d’apporter des amendements à l’Education Act pour rendre illégales les leçons particulières. À cet effet, les enseignants seront, lors de la rencontre de samedi, appelés à voter une résolution. « Nous avons déjà établi les contacts avec certains hommes de loi britanniques », fait ressortir M. Seegum. Il déplore par ailleurs que certains syndicats, qui, soutient-il, « sont dirigés par le ministère de l’Éducation » essaient de saboter la mobilisation prévue samedi. « Sa mem zour zot pe rod organiz enn ta activité pou anpes ban profeser partisip dan sa manifestation-la. Zot pe anbet la popilasyon », s’insurge Vinod Seegum.