Intervenant samedi dernier au Plaza, Rose-Hill, dans le cadre du rassemblement sous le thème « Non a Akaparman ek Soutyen a Dimounn ki dan Labandon » organisé par l’Observatoire de la démocratie pour commémorer le 179e anniversaire de l’Abolition de l’esclavage, Jack Bizlall a annoncé la publication prochaine d’un livre pour rendre hommage aux militants anonymes qui ont fait avancer la lutte des opprimés. Il a également exhorté les jeunes à prendre la relève dans le combat pour faire progresser la société mauricienne.
« Mo finn pran la responsabilite, le 29 zanvie dernie, dan minicipalite Port-Louis, kan ti pe rann omaz a Serge Rayapoulé, pou ekrir enn liv lor lalit bann militan ki finn disparet », a annoncé Jack Bizlall, président de l’Observatoire de la démocratie, devant environ 300 personnes éparpillées dans la cour du Plaza.
« Fason ki pou fersa-la li bien simp : mo pou al rod enn kamarad ki finn konn sa kamarad militan-la, mo pou dir lir “koz lor to kamarad” ! Mo pa pou bizin bel bel zistwar, mo pou demand-li rakonte ki lalit so kamarad ki finn mor la finn amene », a poursuivi l’orateur.
Pour Jack Bizlall, ce devoir de mémoire est essentiel pour la continuation de la lutte pour faire progresser notre société. « Avek sa liv-la, nou pou gagn enn souvenir de lalit ki sa bann kamarad-la finn amene lor koltar. Enn lalit ki mo finn kone ; enn lalit istorik, eroik… Enn lalit ki pou vinn imortel kan nou va finn ekrir-li ».
Pour le président de l’Observatoire de la démocratie, il est « très important » de connaître la lutte de ceux qui ont transformé la société mauricienne, avant et après l’Indépendance. « Serge Rayapoulé était de ceux-là ; li simbol sa type de militan ki kan ena problem ek bizin desann lor lari, li desann lor lari tou de swuit… Ek gagne alor boukou rezilta », a-t-il déclaré.
Jack Bizlall a, dans ce contexte, déploré que le Premier ministre, Navin Ramgoolam, ait été absent du pays alors que les “militants” luttaient pour transformer notre société. « Alor ki lezot ti pe lite, li ti kit pei li finn ale. Li pa finn konn lalit pos-indepandans ek apre li finn retourne kouma enn lerwa… Depi sa, li azir kouma lerwa sa pei Moris-la », a-t-il fustigé.
Le président de l’Observatoire de la démocratie a expliqué que le livre « Le Code Noir 2013 » vise à dresser un parallèle entre l’île Maurice sous l’esclavage et l’île Maurice de 2014. Des Mauriciens exclus des plages publiques, des victimes de nominations politiques aux victimes des licenciements abusifs en passant par les « incompris », tels que les homosexuels, les rastas consommateurs de cannabis et contestataires de la nouvelle carte d’identité biométrique nationale, ce document explique le cas de pas moins de 45 « insatisfaits » et d’« abandonnés » par les autorités gouvernementales.
Accusant Navin Ramgoolam « d’azir kouma enn lerwa », Jack Bizlall a dans ce contexte lancé des accusations contre le Premier ministre, en nommant certains proches du pouvoir qui se seraient enrichis grâce à cette proximité.
Jack Bizlall a exhorté les jeunes à reprendre le flambeau de la lutte pour l’avancement de la société tout en dénonçant une « oligarchie politique » qui s’est mise en place dans les principaux partis politique du pays. Il a affirmé qu’outre les jeunes, les intellectuels ont également un rôle important à jouer pour faire avancer la justice et l’égalité dans la société mauricienne. Il les a invités à se joindre au Kolektif 1er Fevriye.
Durant la journée, ils étaient plusieurs à se succéder au micro pour faire entendre leurs revendications. Parmi, le porte-parole du Tobacco Producers’ Commun Front, Majid Lallmahomed ; Yvan Ducasse, pour l’Observatoire des handicapés ; Elysee Chantoiseau, de l’Association of Retired Workers of the Sugar Industry ; Nathalie Spéville, de l’Association des familles des disparus en mer ; Hemandar Madhow, syndicaliste suspendu au MITD ; Georges Ah Yan, qui a parlé de l’accaparement des plages et l’avocat Dev Ramano.
Jeff Lingaya agissait comme maître de cérémonie.