Afin de marquer le 178e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, l’Association socioculturelle rastafari (ASCR) tiendra sa marche annuelle au Morne le vendredi 1er février. Le départ se fera à l’église de Cassis à 9 h. Les marcheurs se rendront au Morne puis à Trou-Chenille, un site symbolique.
« La marche du 1er février est très importante. Le Morne c’est un endroit mystique. C’est un endroit sacré. C’est là cot banne esclaves inn refuz Babylone », a fait ressortir José Rose, président de l’ASCR, lors d’une conférence de presse. L’ASCR a aussi pointé du doigt le gouvernement. « Quand on a organisé notre premier pèlerinage, le gouvernement nous avait beaucoup aidés. Cette aide n’a pas été renouvelée ».
Par ailleurs, selon l’ASCR, « ena travailleurs Sri Lankais ek Indiens ki vinn Moris, kifer pas fer banne africains vini ? L’Afrique ziste à côté », s’est interrogé le président de l’ASCR.
Le président de l’ASCR a aussi fait part de son désir de « revaloriser l’histoire malgache » à Chamarel, un « village marron ». L’association souhaiterait faire une plaque historique à Chamarel afin que les Mauriciens et les touristes puissent connaître un peu plus l’histoire.