Dans le cadre des célébrations officielles du 177e anniversaire de l’abolition de l’esclavage à Maurice, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et d’autres personnalités procéderont à un dépôt de gerbes le 1er février, au pied de la « montagne sacrée » du Morne. Une autre cérémonie aura également lieu la veille, le 31 janvier, à Pointe-Canon.
Le Centre Nelson Mandela pour la Culture africaine (CNMCA) organise pour sa part un rallye, le 31 janvier également, pour commémorer l’abolition de l’esclavage. Le départ sera donné à 9 h 30 au Bassin-des-Esclaves à Pamplemousses. Le Bassin-des-Esclaves est l’endroit où les esclaves prenaient leur bain, à l’époque, avant d’être envoyés dans les plantations. Une visite est prévue au « cimetière des Noirs et des Blancs », toujours à Pamplemousses, « dans un esprit de réconciliation », explique Danielle Turner, la directrice du CNMCA.
Cette dernière procédera à l’allumage d’un « flambeau de la liberté », en compagnie du père Philippe Fanchette, président du board du CNMCA, du frère Julien Lourdes, et d’une jeune habitante de la localité. De là, le convoi se rendra à Rose-Hill et, au cours du trajet, le flambeau changera de main à 19 stations de relais. Dix-neuf étapes choisies pour leur valeur symbolique et historique.
La procession prendra la direction de Terre-Rouge, et s’arrêtera à Plaine-Verte, où avait été décapité le prince malgache Ratsitatane. Les participants se rendront ensuite à l’Aapravasi Ghat, qui avait accueilli les premiers esclaves africains et malgaches à leur arrivée dans l’île.
Cette première partie du rallye verra les participants se diriger vers la Place d’Armes, passer devant l’Hôtel du gouvernement, le Jardin de la Compagnie, le canal Dayot et le vieux pont de la Grande-Rivière-Nord-Ouest.
La procession s’arrêtera ensuite au Plaza, à Rose-Hill, après un parcours d’environ 20 km. Le « flambeau de la liberté » sera par la suite emmené à Rivière-Noire. Une deuxième procession se dirigera aussi vers Le Morne et Trou-Chenille, où une veillée sera organisée.
Ceux qui suivront cette procession n’auront pas le temps de s’ennuyer, les organisateurs ayant prévu pour eux une animation musicale, des sirandann et du slam.
Wi Nou Kapav, l’hymne de la liberté écrit par Danielle Turner, interprété par Ingrid Arles et mis en musique par les stagiaires de l’atelier Menwar, sera repris pendant le rallye. De même, les sirandann de Julien Lourdes seront également lus. Les habitants des régions avoisinantes, de même que tous les Mauriciens, sont invités à se retrouver au stade de Rivière-Noire, avant de se rendre sur le site du Morne. Les personnes âgées de la localité seront invitées à raconter la vie d’antan aux jeunes. Les participants auront, en outre, l’occasion d’écouter une traduction du poème de Rudyard Kipling, If.
Pour ce 177e anniversaire, la collaboration de l’église catholique de Maurice a été sollicitée, afin que les cloches de toutes les églises du pays carillonnent au même moment, soit à 18 h 00 le 31 janvier.
Jacques David, un des commissaires de la Commission Justice et Vérité, a annoncé que c’est un habitant du Morne qui prendra le dernier relais de la flamme, « car ce sont eux les gardiens de la montagne sacrée du Morne ».
La flamme sera éteinte le mercredi 2 février à midi.