Le 1er février, date de l’abolition de l’esclavage à Maurice, était observé hier par un grand nombre de Mauriciens. Certains avaient fait le déplacement jusqu’au Morne, site symbolisant la lutte et la résistance des esclaves marrons, classé patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco depuis 2008. La journée était marquée par une messe, une cérémonie officielle de dépôt de gerbes et une visite du public au village reconstitué de Trou-Chenille. Mais aussi par un… pique-nique sur la plage.
La journée au Morne a démarré, pour la plupart de ses habitants et ses invités – dont le Président de la République Kailash Purryag –, par une messe dite en la paroisse du village à 9 heures. L’urgence de la mise en oeuvre des recommandations formulées par la commission Justice et Vérité, dans son rapport soumis au gouvernement, en a été le thème central.
À l’issue de la messe, les gens étaient conviés à la cérémonie officielle de dépôt de gerbes devant la statue de l’esclave inconnu au pied de la montagne du Morne. Ce monument s’inscrit dans le projet « Les routes de l’esclave et de l’engagé ». En raison du temps pluvieux, le dépôt de gerbes par les personnalités du pays – dont le Président de la République, le Premier ministre Navin Ramgoolam et le leader de l’opposition Alan Ganoo –, n’a pas eu lieu à 11 heures comme prévu, mais à la fin de la cérémonie officielle.
Ce sont les enfants du Morne qui ont donné le coup d’envoi officiel de la manifestation en entonnant l’hymne national. Le président du Morne Heritage Trust Fund (MHTF) Edley Chimon leur a succédé avec un discours de circonstance. Les personnes présentes dans la salle verte ont eu l’occasion d’entendre et de prendre connaissance de la déclaration de l’abolition de l’esclavage : The proclamation of Abolition of slavery, un document écrit en anglais et en vieux créole, parlé à l’époque. Les deux versions ont été lues. Ils ont aussi eu l’occasion d’entendre les dix noms d’esclaves les plus connus.
Après son discours, le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval, la vice-Présidente Monique Oshan-Bellepeau et le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee étaient invités à remettre des ordinateurs portables aux trois meilleurs élèves du CPE du Morne.
Un groupe d’enfants du Morne ont ravi le public en présentant un slam. Des messages forts qui témoignent du dur labeur et de la lutte des esclaves face à la domination. Des messages d’espoir aussi. Ils ont ensuite laissé la place au Premier ministre, le temps d’un discours qui aura duré environ 3/4 d’heure.
La partie protocolaire de la célébration de l’abolition de l’esclavage était aussi marquée par le lancement d’un ouvrage publié par la Kreol Speaking Union, Proverb Ilistre, et d’un kit pédagogique du MHTF. Un exemplaire a été offert aux maîtres d’écoles et recteurs des écoles primaires et secondaires de la région.
Les habitants du Morne et le Group Abaim ont clos cette partie de la journée par un spectacle.
Pendant ce temps, sur la plage publique, de nombreux Mauriciens avaient décidé de profiter de cette journée de congé pour un pique-nique entre amis ou en famille. L’heure était à la fête.
Pour leur part, le Premier ministre et son épouse se sont rendus chez Elizabeth Louis, la doyenne du village, le temps d’une « tasse de thé » avant de se rendre dans le village reconstitué.