Notre système éducatif recèle de nombreuses absurdités. La palme de l’absurde revient à la règle suivante : un élève qui échoue en anglais au collège échoue dans toutes les matières. Il doit alors redoubler de classe. On peut comprendre qu’on veuille faire de la maîtrise de l’anglais une priorité. Cela est légitime. Mais à quel prix ? Il y a ainsi le cas de ces élèves qui ont eu d’excellents résultats dans leurs trois ‘Main’ et qui sont obligés de redoubler parce qu’ils ont échoué en GP.

Cela est d’autant plus grotesque que les 3 ‘Main’ suffisent pour être admis à l’université. Il est clair que cette règle est une des nombreuses reliques de notre histoire coloniale, dont on n’arrive décidément pas à faire le deuil. On vit dans le déni de ce qu’on est.

On persiste à enseigner l’anglais comme une langue maternelle alors qu’elle est une langue étrangère pour la majorité des Mauriciens et qu’elle est enseignée par des professeurs qui ne sont pas des locuteurs natifs de cette langue et qui ont souvent des difficultés à la maîtriser (désolé d’évoquer ce secret de Polichinelle). Échouer en anglais, dans les circonstances, n’est guère surprenant. Ce qui est surprenant que cet échec se mue en une tragédie avec les conséquences que l’on sait. On conviendra que cette règle est complètement absurde et qu’elle n’a plus aucune raison d’être. Invitons nos politiciens, qui démontrent sans cesse qu’ils savent toutes les nuances de la langue anglaise, à légiférer à ce propos.

Kachak-charli