Le Centre d’éducation et de développement pour les enfants mauriciens (CEDEM) a procédé le week-end dernier au lancement d’un nouveau programme de réhabilitation à l’intention des enfants victimes d’abus ainsi qu’à leur famille. Le programme est mis à exécution au Jardin de la paix que gère l’association avec le soutien de Trident Trust Company (Mauritius) Limited, à Calodyne. La présidente du centre espère ainsi que « le CEDEM pourra faire la différence … ».
La singing bowl therapy, le guided imagery meditation, le théâtre, le massage, les conseils, le chant et la musique, la danse et l’expression corporelle et les contes sont autant d’activités thérapeutiques que proposent le CEDEM dans le cadre de son programme de réhabilitation. La directrice du centre Rita Venkatasawmy affirme que chacune de ses activités a une fonction spécifique dans le processus de réhabilitation de l’enfant ou de la personne victime d’abus.
L’objectif est de les aider à surmonter leurs traumatismes et de s’exprimer de manière sereine, d’encourager la relation entre l’enfant et sa famille, de les éduquer et les sensibiliser sur la question d’abus.
Observant que la situation se dégrade de jour en jour à Maurice, Rita Venkatasawmy espère que le CEDEM pourra faire la différence en proposant ce programme. « Le problème s’aggrave et je suis attristée par ce qui se passe. Il n’y a pas un jour où nous n’entendons pas un cas d’enfant victime d’abus. J’espère qu’au niveau de la prévention et de la réhabilitation, nous pourrons faire la différence », fait ressortir notre interlocutrice. Elle souligne que la présence des membres du gouvernement à l’ouverture officielle du centre est un encouragement à poursuivre sur cette route.
Rita Venkatasawmy indique qu’outre les enfants victimes d’abus du CEDEM, ceux du Rehabilitation Youth Centre (RYC), de la Child Development Unit (CDU) ou d’autres centres, le Jardin de la paix accueille aussi les membres de leur famille.
« Toutes les activités ont un bienfait sur l’enfant comme sur l’adulte qui par exemple a subi un burn-out. Les contes s’adressent aux enfants mais aussi aux plus grands. Ils les poussent à la réflexion. Ont aussi lieu des discussions de groupes », soutient-elle en ajoutant que le Jardin de la paix offre aussi un espace pour la formation.
Ce projet réalisé avec le soutien de Trident Trust Co Ltd pourra accueillir entre 20 et 25 enfants par mois et pour résultat, en un an, ils devront être 250-300 qui en bénéficieront. Un transport sera mis à leur disposition gratuitement de leur lieu de résidence à Calodyne et pour le retour également. Le déjeuner et le goûté seront aussi offerts. Tout le service est gratuit, indique notre interlocutrice.
La compagnie Trident Trust a pris l’engagement de le soutenir sur un an sous son programme de responsabilité sociale, fait ressortir Mme Venkatasawmy au Mauricien.
L’ouverture officielle du Jardin de la paix a eu lieu samedi dernier, à Calodyne, en présence des ministres Sheila Bappoo (Sécurité sociale), Lormus Bundhoo (Santé) et de celui Mookhesswur Choonee (Arts).