Attendue depuis huit ans et annoncée depuis la fin de juin, l’ouverture d’accès à la montagne du Morne, site mauricien classé patrimoine mondial de l’UNESCO, aura lieu dans la matinée du dimanche 24 juillet 2016. C’est ce qu’a appris Le Mauricien de sources bien informées.
À cette occasion, une cérémonie officielle sera organisée par le ministère des Arts et de la Culture au lieu où, dorénavant, tous ceux qui souhaitent l’escalader démarreront leur activité en toute liberté. Une plaque commémorative sera dévoilée à cet effet. Outre le ministre des Arts et de la Culture, Santaram Baboo, le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme et des Communications extérieures, Xavier-Luc Duval, également président du comité responsable de la mise en oeuvre des recommandations de la Commission Justice et Vérité, sera présent. Les habitants de la localité et les associations socioculturelles seront parmi les invités à cette cérémonie.
En ce jour historique, une ascension de la montagne sera organisée. Gageons toutefois que sa réalisation dépendra de la météo et ceux qui souhaitent le faire, notamment pour aller jusqu’au sommet où se trouve une croix, devront sans aucun doute s’assurer de leur bonne condition physique. Samedi dernier, lors d’une visite des lieux, XLD devait affirmer au Mauricien que « l’accès jusqu’au pied de la montagne est un peu long. Il faut faire quelques kilomètres. Une fois la piste officiellement ouverte, les gens pourront escalader jusqu’au sommet. Il faut bien entendu prendre en considération les conditions physiques de tout un chacun et les conditions climatiques ».
Le couple Pipou, qui a aussi eu l’occasion de faire le parcours à l’annonce de l’ouverture en juin, évoque les différents niveaux de difficultés de l’ascension. Il faut compter entre une heure et demie et deux heures dépendant de la condition physique des escaladeurs pour faire tout le parcours, selon nos interlocuteurs. Christophe Pipou devait souligner que « la randonnée est facile jusqu’au plateau d’herbe qui se trouve à une altitude de 255 mètres. Puis le sentier devient plus escarpé jusqu’au baobab avec un niveau de difficulté moyen jusqu’au plateau de basalte et plus abrupt jusqu’au sommet ».
Une fois le sommet atteint, ce sera sans aucun doute un bonheur que d’admirer la vue imprenable sur le lagon, mais peut-être aussi la fleur nationale, le Trochetia Botonianna.